mercredi 13 septembre 2017

CETTE PASSERELLE QUI PERMET AUX GRANDES AMES DE COMMUNIQUER AVEC LES PETITES

Ils m'ont dit qui j'étais - Mazarine Pingeot (2003) "Dites-moi ce que vous lisez, je vous dirai qui vous êtes est un de mes jeux favoris." La lecture comme révélateur de soi, de sa propre histoire, de son propre parcours, de sa propre recherche d'un sens intérieur: tel est le coeur du récit de Mazarine Pingeot qui, de la Comtesse de Ségur à Stéphane Mallarmé, nous raconte une part d'elle et, en définitive, comme une part de nous... "Lire reste une action non tournée vers le monde actuel, la réussite, le déploiement de ses qualités... [Lire la suite]

mercredi 21 juin 2017

LE COEUR ENSEVELI DANS CETTE ALLEGORIE*

Villa Kérylos - Adrien Goetz (2017) "Le grec ancien est une langue qui s'apprend très lentement et qui s'oublie très vite." 1956, à Nice. Achille Leccia, soixante-dix ans, revient dans la villa où il a grandi: la villa Kerylos, construite au début du XXe siècle par Théodore Reinach, un érudit féru de Grèce antique. A l'époque de la construction, la mère d'Achille était employée dans la maison du voisin des Reinach, l'ingénieur Gustave Eiffel, et c'est avec l'appui de Théordore que le garçon a échappé à son milieu,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 7 juin 2017

PETER PAN

Conversations avec un enfant curieux - Michel Tremblay (2016) "Tiens, ton mot favori qui revient. Pourquoi. Pourquoi tu veux toujours savoir pourquoi?" Michel a 8 ans et dans le Montréal de 1950, il veut tout savoir. Alors il questionne, il demande, il raisonne même, au point de tenir tête: la religion, les croyances, le cinéma, la famille, l'école... tout y passe et c'est auprès de sa mère Réhauna, de son père et de sa tante Bartine qu'il essaye d'avoir des réponses. Pourquoi son père a-t-il acheté un pont, comment parler... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 31 mai 2017

UN NOM POUR LA NOSTALGIE

Les feux de Saint-Elme - Daniel Cordier (2014) "Cet objet obscur et encombrant dont le goût était celui du chagrin et de la nostalgie avait un nom: le passé!" Printemps 1936, dans le pensionnat de Saint-Elme, en Aquitaine, Daniel Bouyjou, 16 ans, se prend de passion pour son voisin de classe, David Cohen, de deux ans son cadet. Militant à l'Action Française, maurassien patenté, royaliste de conviction et élevé par un beau-père antisémite, Daniel vit ses années de collège comme dans une bulle. N'hésitant pas à assouvir sa... [Lire la suite]
mercredi 24 mai 2017

L'HISTOIRE AIME LE GÂCHIS

Grande vacance - René Bonnell (1997) "Alger, comme d'autres villes du pays, était coupée en deux. Tout musulman surpris en quartier européen était abattu. Aucun Européen ne revenait vivant d'une incursion en secteur arabe. Les tueurs des deux camps échangeaient les victimes sur les trottoirs. L'armée ne sortait de ses casernes que pour faire le ménage. Elle veillait à la propreté des rues en regardant s'étriper les Algérois, homologuait les massacres à défaut de les empêcher." Printemps 1962, dans les rues d'Alger la blanche.... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 17 mai 2017

L'OPPROBRE SEUL FAIT LE CRIME

A la recherche du temps perdu. / IV. Sodome et Gomorrhe - Marcel Proust (1921-1922) "Quelquefois l'avenir habite en nous sans que nous le sachions, et nos paroles qui croient mentir dessinent une réalité prochaine." Paris, printemps 1899, le narrateur qui va sur ses 19 ans, poursuit son apprentissage du Monde. Introduit chez la Princesse de Guermantes dans Le côté du Guermantes, il découvre les faux-semblants de cette société à laquelle il veut tant appartenir. A l'occasion de cette soirée d'initiation, il apprend... [Lire la suite]

mercredi 11 janvier 2017

PARCE QUE TU PARTIRAS ET QUE NOUS RESTERONS

"Arrête avec tes mensonges" - Philippe Besson (2017) 1984, dans le lycée d'un petit village français. Philippe a 17 ans, il est en terminale scientifique, il sait qu'il est homosexuel, il ne l'a dit à personne et il le vit bien. Avec son physique passe-partout et sa réputation de premier de la classe, Philippe n'est pas une figure du lycée; tant mieux, il peut contempler Thomas Andrieu à loisir et en toute discrétion, ce fils d'agriculteur, élève de terminale comme lui et entouré de jolies filles. Et puis un jour, Thomas propose à... [Lire la suite]
mercredi 28 septembre 2016

SENTIMENTAL COMME UN POUSSIN

L'innocent - Christophe Donner (2016) "L'innocence est un édifice qui s'écroule peu à peu, de bacchanales en orgies solitaires, impossible de dire quand elle s'arrête." Christophe à 14 ans, il vit à Paris chez son père, chez sa mère, en alternance, et il adore Boris Vian. Christophe est beau, mais il ne le sait pas. Il veut faire la révolution: on est en 1969, normal. Christophe veut faire du théâtre, ou en écrire, ou autre chose de politique: il a une conscience gauchiste en éveil, normal. Mais surtout, l'adolescent veut une chose:... [Lire la suite]
mercredi 22 juin 2016

NOS BONHEURS VONT S'INTERFERANT

A la recherche du temps perdu / II. A l'ombre des jeunes filles en fleurs - Marcel Proust (1919) "Qu'est-ce qui vous aurait dit que la petite fille que vous regardiez, sans lui parler, jouer aux barres, serait votre grande amie chez qui vous iriez tous les jours où cela vous plairait?" Paris, à la fin du XIXe siècle, le Narrateur-enfant de Combray que l'on avait laissé encore innocent décortiquant ses premiers émois lors de sa rencontre avec Gilberte Swann aux Champs-Elysées (voir ici) entretient dorénavant une amitié avec... [Lire la suite]
mercredi 15 juin 2016

FUGITIVES (Proust 4e acte)

A la recherche du temps perdu. / I. Du côté de chez Swann (Deuxième partie: Un amour de Swann / Troisième partie: Nom de pays: le nom) - Marcel Proust (1913) "Les Verdurin n'invitaient pas à dîner: on avait chez eux 'son couvert mis'. Pour la soirée, il n'y avait pas de programme. Le jeune pianiste jouait, mais seulement 'si ça lui chantait', car on ne forçait personne et comme disait M. Verdurin: 'Tout ça pour les amis, vivent les camarades!' " Paris, sous le règne de Napoléon III. Charles Swann, un ami de la famille du... [Lire la suite]