mercredi 9 mai 2018

OBJETS TROUVES

Souvenirs perdus - Christian-Jaque (1950) avec Edwige Feuillère (Florence), Suzy Delair (Suzy Henebey), Danièle Delorme (Danièle), Gilberte Géniat (Solange, l'épicière), Pierre Brasseur (Philippe), François Périer (Jean-Pierre Delagrange), Gérard Philipe (Gérard de Narçay), Bernard Blier (Raoul, le policier), Yves Montand (Raoul, le chanteur de rue), Odette Barencey (Le logeuse de Philippe), Gaby Basset (La chanteuse de cabaret), Yolande Laffon (Mme veuve Delagrange), Armand Bernard (Armand, chauffeur et valet de Jean-Pierre), Jean... [Lire la suite]

mercredi 11 avril 2018

J'AI BESOIN QUE SOIENT RANIMES MES EMOTIONS

Mon tour du monde - Charles Chaplin (1933, réédité en 2014) Janvier 1931. Epuisé par le très long tournage de son nouveau film, Les lumières de la ville (City lights), Charles Chaplin décide de prendre plusieurs jours de vacances dans le Londres de son enfance, à l'occasion de l'avant-première du film prévue dans la capitale britannique. Ce congé dans son Europe natale, intialement prévu pour durer quelques semaines, durera finalement 16 mois, de février 1931 juin 1932. Parti des Etats-Unis au coeur de l'hiver, le plus célèbre des... [Lire la suite]
mercredi 17 janvier 2018

UN COEUR TENDRE QUI HAIT LE NEANT VASTE ET NOIR*

Dédé - Achille Essebac (1901 - version modifiée en 1909) "Ses cheveux étaient couleur de feuilles mortes. Je me rappelle cela d'abord parce que ce fut à l'automne que je le connus." Octobre 1883, Marcel Thellier est au collège et fait la connaissance, le jour de la rentrée, d'un nouvel élève: André Dalio que sa mère appelle affectueusement Dédé. Emerveillé par la beauté du nouveau, Marcel décide de s'en faire un ami, un confident, un proche. Entre les deux garçons, les choses évoluent lentement, jusqu'à l'année de leur 15 ans où un... [Lire la suite]
mercredi 10 janvier 2018

L'ANGE ET LE FANTÔME

Le livre blanc (et autres textes) - Jean Cocteau / édition de Bernard Benech (1928 pour le texte principal) 1927: Jean Cocteau a triomphé avec Orphée et se guérit peu à peu de la mort de son amant, Raymond Radiguet. Alors qu'André Gide a publié en 1924 un essai philosophique sur la pédérastie et l'homosexualité (Corydon), Cocteau entreprend de raconter, sous une forme poétique, ses amours masculines, et en particilier Jean Desbordes ainsi que ses passions pour les marins de Toulon. Mais c'est surtout le personnage de collège, l'élève... [Lire la suite]
mercredi 3 janvier 2018

METAMORPHOSE

On ne reçoit pas la sagesse, il faut la découvrir soi-même après un trajet que personne ne peut faire pour nous, ne peut vous épargner, car elle est un point de vue sur les choses. Les vies que vous admirez, les attitudes que vous trouvez nobles n'ont pas été disposées par le père de famille ou par le précepteur, elles ont été précédées de débuts bien différents, ayant été influencées par ce qui régnait autour d'elles de mal ou de banalité. Elles représentent un combat et une victoire. Je comprends que l'image de ce que vous avons... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 15 novembre 2017

ENSUITE, IL NE S'EST PLUS RIEN PASSE*

A la recherche du temps perdu. / VII. Le temps retrouvé - Marcel Proust (1927) "Ils n'étaient pas des vieillards, mais des jeunes gens de dix-huit ans extrêmement fanés." Paris, de 1916 à 1919. Après avoir essuyé de longs ennuis de santé qui l'ont contraint à plusieurs séjours en maison de soins, le narrateur, au bord de la trentaine, retrouve le petit monde de la Princesse de Guermantes et de Mme Verdurin. La guerre mondiale est venue téléscoper les trajectoires, déjà chaotiques, de ce microcosme d'insectes à part:... [Lire la suite]

mercredi 1 novembre 2017

COCO CÂLINE

Qu'il fut de Sybaris, l'éveil, mon petit faune!On aurait cru, voyant nos deux corps mélangés,Que le vierge avenir écartait le dangerEt sur nos fronts futurs installait ses icônes... Mais quelle souple ardeur, quels cris mangés tout bas,Quel hymne, Ô ma Lumière, où jaillit comme un trilleCe parfum de seize ans, imprégné de vanille,Tous ces trésors soyeux dont le désir flamba! Le goût qu'avait alors ta lèvre - Ô ma blessure - L'haleine que j'ai bue - et ce lait - je le jureQue je sentais en moi longtemps s'ensevelir, Tout ces rêves... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 13 septembre 2017

CETTE PASSERELLE QUI PERMET AUX GRANDES AMES DE COMMUNIQUER AVEC LES PETITES

Ils m'ont dit qui j'étais - Mazarine Pingeot (2003) "Dites-moi ce que vous lisez, je vous dirai qui vous êtes est un de mes jeux favoris." La lecture comme révélateur de soi, de sa propre histoire, de son propre parcours, de sa propre recherche d'un sens intérieur: tel est le coeur du récit de Mazarine Pingeot qui, de la Comtesse de Ségur à Stéphane Mallarmé, nous raconte une part d'elle et, en définitive, comme une part de nous... "Lire reste une action non tournée vers le monde actuel, la réussite, le déploiement de ses qualités... [Lire la suite]
mercredi 21 juin 2017

LE COEUR ENSEVELI DANS CETTE ALLEGORIE*

Villa Kérylos - Adrien Goetz (2017) "Le grec ancien est une langue qui s'apprend très lentement et qui s'oublie très vite." 1956, à Nice. Achille Leccia, soixante-dix ans, revient dans la villa où il a grandi: la villa Kerylos, construite au début du XXe siècle par Théodore Reinach, un érudit féru de Grèce antique. A l'époque de la construction, la mère d'Achille était employée dans la maison du voisin des Reinach, l'ingénieur Gustave Eiffel, et c'est avec l'appui de Théordore que le garçon a échappé à son milieu,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 7 juin 2017

PETER PAN

Conversations avec un enfant curieux - Michel Tremblay (2016) "Tiens, ton mot favori qui revient. Pourquoi. Pourquoi tu veux toujours savoir pourquoi?" Michel a 8 ans et dans le Montréal de 1950, il veut tout savoir. Alors il questionne, il demande, il raisonne même, au point de tenir tête: la religion, les croyances, le cinéma, la famille, l'école... tout y passe et c'est auprès de sa mère Réhauna, de son père et de sa tante Bartine qu'il essaye d'avoir des réponses. Pourquoi son père a-t-il acheté un pont, comment parler... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,