jeudi 19 septembre 2013

QUELQUE CHOSE RESTE EMMÊLE

Carnets de Don Juan - Marcel Jouhandeau (1948, publié en 1988) "Que le regard soit plus ou moins léger et toute la Nature change d'aspect. Si le plaisir est plus grave à mes yeux qu'autre chose au monde, serais-je si sensuel que la déconsidération de toute chair, son insipidité subite, ressemblerait pour moi au désespoir?" Deuxième volume des "Ecrits secrets" de Marcel Jouhandeau publiés en 1988, Carnets de Don Juan est dans la ligne des deux autres volume, à savoir Le voyage secret, chronique d'une passion sentimentale et d'une... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 17 août 2013

Y A QU'UN MALHEUR...

En cas de malheur - Claude Antan-Lara (1958), avec Jean Gabin (Maitre Gobillot), Brigitte Bardot (Yvette Maudet), Edwige Feuillère (Viviane Gobillot), Franco Interlenghi (Mazetti), Nicole Berger (Jeanine), Madeline Barbulée (Bordenave), Gabrielle Fontan (Madame Langlois), Claude Magnier (Gaston), Georges Scey (Monsieur Blondel), Mathilde Casadesus (La patronne du restaurant), Hubert de Lapparent (L'avocat de Blondel), Albert Michel (Eugène), Albert Rémy (Un agent de police), Jacques Marin (Le réceptionniste de l'hôtel Trianon),... [Lire la suite]
dimanche 11 août 2013

L'ETE FINIRA

Un peu de soleil dans l'eau froide - Jacques Deray (1971), avec Claudine Auger (Nathalie Silvener), Marc Porel (Gilles Lantier), Judith Magre (Odile, la soeur de Gilles), André Falcon (Florent, le mari d'Odile), Barbara Bach (Héloïse), Jean-Claude Carrière (François Silvener), Gérard Depardieu (Pierre, le frère de Nathalie), Bernard Fresson (Un ami de Gilles), Jacques Debary (Fairmont, le directeur de Gilles), Marc Eyraud (Rouargue)... Paris, 1971. Une jeune femme quitte un appartement, le regard vague, et s'installe à la table d'un... [Lire la suite]
jeudi 8 août 2013

FINALEMENT JE N'AIME PAS L'ETE

La piscine - Jacques Deray (1969), avec Romy Schneider (Marianne), Alain Delon (Jean-Paul Leroy), Maurice Ronet (Harry Lannier), Jane Birkin (Pénélope Lannier), Paul Crauchet (Inspecteur Lévêque)... 1969, en Provence. Au bord de la piscine dort Jean-Paul Leroy dont la petite amie, Marianne, s'amuse à nager dans l'étendue calme de cette propriété de vacances. Le soleil, la chaleur, le repos, le farniente... Et puis survient Harry, et sa fille Pénélope. Un jeu à quatre, une partie de poker amoureux et sexuel s'engage, et... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
jeudi 25 juillet 2013

UN EXTRA DANS LES ETAGES

Port du désir - Edmont T. Gréville (1955), avec Jean Gabin (Capitaine Le Quévic), Andrée Debar (Martine, une jeunne fille de Marseille), Jean-Roger Caussimon (Monsieur Black, un armateur), Henri Vidal (Michel, un jeune scaphandrier), Edith Georges (Lola, la strip-teaseuse), Antonin Berval (Monsieur Léon, un ami de Monsieur Black), Léopoldo Francès (Baba), Gaby Basset (Madame Aimée, la tenancière), Jacques Dynam (Le Meur, second de Le Quévic), Yoko Tani (Une danseuse), Darling Légitimus (La mère de Baba), Edmond Ardisson (Le patron de... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 24 juin 2013

LA VOLUPTE PEUT TENIR DE RELIGION

Tirésias - Marcel Jouhandeau (1954, publié en 1988) "Presque un vieillard, je connais l'amour d'un garçon qui me redonne vingt ans, au moment même où j'ai l'impression qu'une heure passée avec lui me coûte une année de mes jours, mais les dieux savent que dans ces occasions, je ne marchande pas." 1946-1947, Marcel Jouhandeau tombe sous le charme d'un garçon nommé Richard et qu'il rencontre dans le bordel de son ami Jean Beige où il se rend à l'insu de sa femme, Elise. Ce jeune homme lui fait découvrir rien moins que la sodomie... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 6 juin 2013

LE MAUSOLEE DE DIEU

Monsieur Godeau intime - Marcel Jouhandeau (1926) "M. Godeau prendrait du Bien ce qu'il en pourrait supporter, ce qui était nécessaire pour qu'il évitât le Mal. M. Godeau prendrait du mal ce qu'il n'en pourrait éviter, ce qui était nécessaire pour qu'il supportêt le Bien. M. Godeau prendrait du Bien et du Mal ce qu'il en pourrait supporter, ce qui était nécessaire. Il transigerait avec le Bien et avec le Mal." Monsieur Godeau, catholique hanté par Dieu, semble vivre une existence tranquille dans une petite ville de province, entouré... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 23 mai 2013

LA MORT QUI FAIT LE TROTTOIR

Tout ce qui ne me transporte pas me tue. Tout ce qui n'est pas l'amour se passe pour moi dans un autre monde, le monde des fantômes. Tout ce qui n'est pas l'amour se passe pour moi en rêve, et dans un rêve hideux. Entre une heure d'amour et une autre heure d'amour, je fais celui qui vit, je m'avance comme un spectre, si on ne me soutenais pas, je tomberais. Je ne redeviens un homme que lorsque des bras me serrent; lorsqu'ils me desserrent je me refais spectre à nouveau. (...) Ce n'est pas mon genre de vie qui me rend malheureux,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 20 mai 2013

CETTE FOIRE AUX FESSES

Gay Paris. Une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940. - François Buot (2013) "Du moment que deux hommes s'aiment, je n'ai aucune objection morale à leurs rapports physiologiques." C'est ce que disait Raymond Queneau dans les années 1920, au sein du groupe des surréalistes. Dans ce Paris d'après guerre, après 4 ans de cruelles souffrances pour la France et pour l'Europe, la société veut se libérer de ses anciens carcans bourgeois et moraux. "Dans cette France de l'après-guerre, si libérale au niveau des lois, mais si... [Lire la suite]
jeudi 28 mars 2013

MADEMOISELLE SOUILLON

L'assommoir - Emile Zola (1876) "J'ai voulu peindre la déchéance fatale d'une famille ouvrière, dans le milieu empesté de nos faubourgs" (Emile Zola, préface à L'assommoir, 1876) Paris, 1850. Gervaise Macquart habite en toute proche banlieue parisienne, près du boulevard Ornano dans le futur 18e arrondissement de Paris. Installée avec Auguste Lantier, un ouvrier violent et profiteur, elle exerce la profession de blanchisseuse afin de subvenir aux besoins de ses deux fils, Etienne et Claude. Abandonnée par Lantier un matin de... [Lire la suite]