mardi 13 octobre 2009

IMPRESSIONS DU QUOTIDIEN

Miss Harriet - Guy de Maupassant (1883)Avec Madame Bovary et Germinie Lacerteux, cette nouvelle de Maupassant fait partie de mes écrits réalistes favoris et constitue l'un des romans auxquels je dois quelques une de mes plus riches émotions artistiques. Elle concentre à elle seule tous les intérêts que je trouve à l’art réaliste : la goût du paysage, les mœurs de campagne, la recherche d’une élévation de l’âme, une peinture sociale emprunte de vérité et dénuée de péripéties improbables. A tout ceci, Maupassant ajoute un verni qui me... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 13 octobre 2009

TENTATIVE DE NATURALISME

La maison Tellier - Guy de Maupassant (1881)Le sujet du roman maladroitement adapté pour la télévision publique en 2008 – encore que la maladresse confine à la honte quand un scénario sacrifie à ce point l’essence d’une œuvre pour en faire une comédie boulevardière au ton moralisateur – est en lui-même savoureux : une maison close de Fécamp, la maison Tellier, se trouve subitement fermée, au grand dam de ses habitués, "pour cause de communion". Toutes ces dames, et leur patronne, prennent le train pour Virville, dans l’Eure, afin... [Lire la suite]
jeudi 8 octobre 2009

LE SOUFFRE ET L'ENCENS

Sébastien Roch - Octave Mirbeau (1890)Dans un univers fermé, une société ritualisée et exclusive, les déviances s’expriment dans des jeux de pouvoir, de possession et de classes sociales : "Les collèges sont des univers en petit. Ils renferment, réduits à leur expression d’enfance, les mêmes dominations, les mêmes écrasements que les sociétés les plus despotiquement organisées. Une injustice pareille, une semblable lâcheté président aux choix des idoles qu’ils élèvent et des martyrs qu’ils torturent."Sébastien Roch est envoyé par son... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 29 septembre 2009

TOILES QUOTIDIENNES

Les dimanches d’un bourgeois de Paris - Guy de Maupassant (1880)Monsieur Patissot, légèrement malade, décide de prendre chaque dimanche une partie de campagne. "Resté garçon par amour du repos et de la tranquillité, il exécrait le mouvement et le bruit. Ses dimanches étaient généralement passés à lire des romans d'aventures et à régler avec soin des transparents qu'il offrait ensuite à ses collègues. Il n'avait pris, en son existence, que trois congés, de huit jours chacun, pour déménager. Mais quelquefois, aux grandes fêtes, il... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 29 septembre 2009

ET LOULOU FUT

Un cœur simple - Gustave Flaubert (1877)Il ne faut pas aborder une œuvre de Flaubert en mettant de côté la part d’ironie qu’il laisse suinter entre les lignes. Ce conte en est l’exemple quasiment parfait. D'aucuns y verront certainement une banale chronique de vie de province, d’autre un récit cruel. Personnellement, j’y vois l’évocation comique d’une forme d’excessive naïveté. L’histoire touche au réalisme le plus parfait : la vie d’une innocente servante. Elle s’ouvre par une phrase laconique: "Pendant un demi-siècle, les... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 29 septembre 2009

EXERCICE DE DOGME

Germinie Lacerteux - Edmond et Jules de Goncourt (1865)L’œuvre est réaliste, dogmatiquement réaliste. Dans ce roman, le réalisme ne se teinte d’aucune ironie, d’aucun recul du narrateur qui puisse permettre de se tirer du tourbillon qui entraîne l’héroïne. On est happé par le récit, pris dans la chronique crue d’une vie de miséreuse, celle d’une bonne de Paris. Ce roman est un roman vrai et une révélation pour ma part. Dénué de ressort comique, ce roman m’a frappé par sa froideur et sa véracité.Et quel style ! Quelle écriture... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 24 septembre 2009

ELOGE DE LA MECHANCETE

Le curé de Tours - Honoré de Balzac (1843)A Tours, un vieux curé, l’Abbé Birotteau, un brin gauche et bonhomme, lorgne sur le confort dont jouit son ami, le non moins jeune Abbé Chapeloud, à qui il rend des visites quotidiennes. Sa logeuse, Sophie Gamard, vieille fille un rien mesquine, met en effet à la disposition du vieil Abbé un bel appartement à l’ombre de la Cathédrale. Dans cette ambiance feutrée, aux senteurs d’Oliban et de petit paroissien poussiéreux, Mlle Gamard s’avère être une femme droite et sévère.Lorsque Chapeloud... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 24 septembre 2009

OBSESSION

La vieille fille - Honoré de Balzac (1837)A Alençon en 1816, Rose Cormon souffre de la solitude. Mais elle a 40 ans, est confite d’habitudes et présidente de la Société de Maternité : «Mademoiselle Cormon ne trouvait cependant point dans sa personne l’auxiliaire obligé de ses désirs. (…) Les pieds de l’héritière étaient larges et plats ; sa jambe (…) ne pouvait être prise pour la jambe d’une femme. C’était une jambe nerveuse, à petit mollet saillant et dru, comme celui d’un matelot. Une bonne grosse taille, un embonpoint de nourrice,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 24 septembre 2009

COMEDIE REALISTE

Eugénie Grandet - Honoré de Balzac (1833)Le sous-titre de ce roman est Histoire de province. C’est un thème récurrent dans les romans réalistes qui alternent récits parisiens et récits de province, dans lesquels on distingue également les aventures villageoises et les aventures bourgeoises situées dans les villes. Honoré de Balzac n’est pas a proprement parlé un auteur réaliste. Il est un héritier de la tradition romantique mais il est surtout observateur et décrit à merveille une société mise en mouvement par les hommes et les... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 23 août 2009

LIRE ET VOIR

Madame Bovary - Claude Chabrol (1991), avec Isabelle Huppert (Emma Bovary), Jean-François Balmer (Charles Bovary), Christophe Malavoy (Rodolphe Boulanger), Lucas Belvaux (Léon Dupuis), Jean Yanne (Homais), Thomas Chabrol (Le Vicomte), Jacques Dynam (Bournissien, l'abbé), Jean-Louis Maury (Lheureux)...Adapter le roman le plus célèbre de Gustave Flaubert et, certainement, un des romans les plus connus de la littérature française, véritable pavé de perfection, réussite qui noue la forme et le fond pour les rendre indissociables, bref,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,