lundi 4 juin 2018

FOR THE LOVE, FOR LAUGHTER, I FLEW UP TO YOUR ARMS

Ca sent bon, les jeunes gens. Ca a cette odeur de propre, de frais, une odeur d'eau de Cologne ou de gel de douche. C'est intact, net, lisse. C'est un territoire inviolé. Ca offre une image de la pureté. D'ailleurs, ça offre tout, ça offre, comme ça, sans ambiguïté apparente, sans arrière-pensée, sans retenue. C'est posé là, dans le costume d'une jeunesse qu'on pourrait croire éternelle, ça ne sais pas ce que vieillir veut dire. Ca ignore tout de la dégradation inexorable de l'apparence, de la flétrissure inévitable de la peau, de... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 18 avril 2018

LE SPECTRE D'UN INACCESSIBLE IDEAL

Les Thibault - Volume 1: Le cahier gris, Le pénitencier, La belle saison - Roger Martin du Gard (1922-1923) 1904 à Paris: Oscar Thibault, veuf considéré, règne en maître sur sa famille composée de ses deux fils, Antoine, 23 ans intene en pédiatrie, et Jacques 14 ans lycéen, de sa gouvernante dont il a admis la fille Gisèle de Waize dans la maison. Ce jour-là, le père apprend que Jacques a disparu: il a fui avec son ami Daniel de Fontanin, lycéen également, et ce que révèle l'enquête rapide menée auprès des mâitres des deux garçons... [Lire la suite]
mercredi 7 mars 2018

THE SUMMER WE HAD

Call me by your name - Luca Guadagnino (2017), avec Thimotée Chalamet (Elio Perlman), Armie Hammer (Oliver), Michael Stuhlbarg (Samuel Perlman), Amira Casar (Annella Perlman), Esther Garrel (Marzia), Vanda Capriolo (Mafalda), Antonio Rimoldi (Anchise), André Aciman (Mounir)... Dans le nord de l'Italie, pendant l'été 1983. Elio Perlman est un adolescent brillant qui habite une grande villa avec ses parents: Annella, traductrice, et Samuel, professeur spécialisé dans la culture méditerranéenne antique. Petit genie du piano, guitariste... [Lire la suite]
mercredi 21 février 2018

AH! JE SUIS UN FAMEUX BAROMETRE

Renée Mauperin - Edmond et Jules de Goncourt (1864) "- Quand ferez-vous vos dents de sagesse, Renée? lui demanda Denoisel- Jamais! Et elle se mit à rire." Jeune fille moderne dans la France du Second Empire, Renée Mauperin est éprise de liberté, de vie d'artiste, du bonheur simple d'être entièrement à sa joie sans se soucier de mariage, de fortune ou de position sociale. Entre sa soeur, épouse rangée qui fréquente la bourgeoisie, sa mère qui n'aspire qu'à la respectabilité, son père aimant et bonhomme, Renée refuse tous les... [Lire la suite]
mercredi 17 janvier 2018

UN COEUR TENDRE QUI HAIT LE NEANT VASTE ET NOIR*

Dédé - Achille Essebac (1901 - version modifiée en 1909) "Ses cheveux étaient couleur de feuilles mortes. Je me rappelle cela d'abord parce que ce fut à l'automne que je le connus." Octobre 1883, Marcel Thellier est au collège et fait la connaissance, le jour de la rentrée, d'un nouvel élève: André Dalio que sa mère appelle affectueusement Dédé. Emerveillé par la beauté du nouveau, Marcel décide de s'en faire un ami, un confident, un proche. Entre les deux garçons, les choses évoluent lentement, jusqu'à l'année de leur 15 ans où un... [Lire la suite]
mercredi 10 janvier 2018

L'ANGE ET LE FANTÔME

Le livre blanc (et autres textes) - Jean Cocteau / édition de Bernard Benech (1928 pour le texte principal) 1927: Jean Cocteau a triomphé avec Orphée et se guérit peu à peu de la mort de son amant, Raymond Radiguet. Alors qu'André Gide a publié en 1924 un essai philosophique sur la pédérastie et l'homosexualité (Corydon), Cocteau entreprend de raconter, sous une forme poétique, ses amours masculines, et en particilier Jean Desbordes ainsi que ses passions pour les marins de Toulon. Mais c'est surtout le personnage de collège, l'élève... [Lire la suite]

mercredi 3 janvier 2018

METAMORPHOSE

On ne reçoit pas la sagesse, il faut la découvrir soi-même après un trajet que personne ne peut faire pour nous, ne peut vous épargner, car elle est un point de vue sur les choses. Les vies que vous admirez, les attitudes que vous trouvez nobles n'ont pas été disposées par le père de famille ou par le précepteur, elles ont été précédées de débuts bien différents, ayant été influencées par ce qui régnait autour d'elles de mal ou de banalité. Elles représentent un combat et une victoire. Je comprends que l'image de ce que vous avons... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 25 octobre 2017

MOITIE CAMÉS, MOITIE PÉDALES*

Jésus-la-Caille - Francis Carco (1914, version augmentée en 1920) "'T'es bath, la Caille. Ta peau c'est du satin. J'suis folle! Ta peau me brûle et tes mirettes... Oh! tes mirettes!... (...) Qu'est-ce que tu m'as jeté pour que je soye à toi, dis, à en crever comme j'en crève, mon amour?... Donne-moi tes châsses, que je les boive. C'est bon. A m'chatouillent... Tu rigoles... J'te vas bouffer, petite lope... rigole pas, ou j'te mords." Paris, la Belle Epoque, dans le quartier de la rue Lepic et de la place Blanche: clients,... [Lire la suite]
mercredi 11 octobre 2017

UNE JOLIE CANAILLE

A la recherche du temps perdu. / VI. Albertine disparue - Marcel Proust (1925) "On ne guérit d'une souffrance qu'à condition de l'éprouver pleinement." Lasse de l'inquisition permanente que lui fait subir son bon-ami de narrateur, Albertine Simonet, en cette fin d'hiver 1901, a quitté l'appartement où elle séjournais chez les parents de son promis. Brutale, la fuite de la jeune fille éveille dans le coeur du jeune homme des sentiments contradictoires: tenait-il à Albertine? Etait-elle la débauchée qu'il avait voulu le croire?... [Lire la suite]
mardi 18 juillet 2017

L'ESPOIR S'ENVOLE DEJA

Les inconnus dans la maison - Henri Decoin (1942), avec Raimu (Maître Hector Loursat de Saint-Marc), Juliette Faber (Nicole Loursat), Jean Tissier (Ducup, juge d'instruction), Jacques Baumer (Rogissart, procureur de la République), Noël Roquevert (Binet, commissaire de police), André Reybaz (Emile Manu), Marcel Mouloudjy (Ephraïm / Amédée Luska), Marc Dolnitz (Edmond Dossin), Jacques Denoël (Marcel Destrivaux), Pierre Ringel (Daillat), Tania Fédor (Mme Dossin), Héléna Manson (Mme Manu), Jacques Grétillat (Le Président des Assises),... [Lire la suite]