mercredi 16 octobre 2019

VOUS ETES TOUS DINGUES

Solo - Jean-Pierre Mocky (1970), avec Jean-Puerre Mocky (Vincent Cabral), Anne Deleuze (Annabel), Denis Le Guillou (Virgile Cabral), Henri Poirier (commissaire Verdier), Christian Duvaleix (inspecteur Larrighi), Sylvie Bréal (Micheline, la voisine de Virgile), R. J. Chauffard (Le Rouquin), Eric Burnelli (Marc), Marcel Pérès (le maître d'hôtel au Kelber), Rudy Lenoir (le maître d'hôtel russe au Kelber), Dominique Zardi (le juge d'instruction), Roger Lumont (le serveur du Cosmos)... 1969, au Vésinet. Dans une maison bourgeoise, une... [Lire la suite]

mercredi 28 août 2019

IL FAUT DE LA SANTE POUR MOURIR

Soif - Amélie Nothomb (2019) "Ce n'est pas un hasard si j'ai choisi cette région du monde: il ne me suffisait pas qu'elle soit politiquement déchirée. Il me fallait une terre de haute soif. Aucune sensation n'évoque à ce point celle que je veux inspirer que la soif." L'an 33, à Jérusalem. Jésus est jugé et condamné à la crucifixion. Accomplissant son destin, il raconte sa dernière nuit, sa mort et sa résurrection à travers sa propre existence, par les mots qu'il n'a jamais dits dans sa vie incarnée et que les chroniqueurs ont... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 6 mars 2019

UN CRIMINEL INCONSCIENT

Souvenirs d'un buveur d'éther - Jean Lorrain (1895-1903) "Après tout, ce n'était peut-être qu'un songe, une vaine fumée." Ecrivain aujourd'hui peu connu, en tout cas réservé aux amateurs, Jean Lorrain fut, à la Belle Epoque, l'un des chantres du vice et de la débauche, une débauche sombre et parfois cruelle, mêlant les drogues aux tentations les moins autorisées par la société. Mêlé à la retentissante affaire Adelswäre-Fersen dans les premières années du XXe siècle, Lorrain s'est surtout fait connaitre par ses publications... [Lire la suite]
mercredi 12 octobre 2016

AH! CES REVOLUTIONS!

L'éducation sentimentale - Gustave Flaubert (1869) "Son visage s'offrait à lui dans la glace. Il se trouva beau, et resta une minute à se regarder." 15 septembre 1840, Frédéric Moreau, jeune homme bien né de 18 ans, revient à Nogent-sur-Seine, là où réside sa veuve de mère, afin d'entrer dans le monde. Sur le bateau qui le conduit sur le fleuve, il fait la connaissance de Jacques Arnoux, boutiquier et affairiste parisien, et tombe immédiatement sous le charme de Sophie Arnoux, la femme de l'autre. Dès cet instant,... [Lire la suite]
mercredi 24 août 2016

TENDANCE NATURELLE

Riquet à la houppe - Amélie Nothomb (2016) "Les gens ne sont pas indifférents à l'extrême beauté: ils la détestent très consciemment. Le très laid suscite parfois un peu de compassion; le très beau irrite sans pitié. La clef du succès réside dans la vague joliesse qui ne dérange personne." Enide et Honorat ont un fils, Déodat, né tardivement dans leur vie. Déodat est affreusement laid, mais il a de l'esprit, beaucoup d'esprit même et, en dépit de considérations singulières ou de goût originaux, Déodat intrigue son monde. Trémière... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 6 janvier 2016

JEUNES SENTIMENTS

Sortant de l'enfance, vers vingt-cinq ans, le jeune homme est très confus. Souvent, c'est alors qu'il se marie, pour échapper à ce brouillard. Il croit trouver dans le mariage une règle et un but. Mais ni la raison ni le coeur ne sont à cet âge de bon conseil. La raison n'est pas assez éclairée et le coeur est trop assuré. Parfois l'instinct le sert et il n'est pas impossible qu'un choix si prématuré se révèle heureux. En général, l'instinct est très émoussé. (...) Inclure l'amour dans le mariage et la réalité, c'est exiger des... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 7 septembre 2015

LES ÊTRES HUMAINS

Notes d'hiver sur impressions d'été - Fiodor Dostoïevski (1863) "J'avais rêvé trop à notre Europe russe; cela est pardonnable quand on vient en Europe européenne." En 1862, l'écrivain russe Fiodor Dostoïevski s'accorde un voyage hors de Russie - "Ma santé est si délabrée que je pars (demain) jusqu'en septembre me soigner à l'étranger. J'ai le haut mal et par-dessus le marché beaucoup d'autres menus maux, qui se sont affravés à Pétersbourg." (Lettre à Andrei Dostoïevski, 6 juin 1862). Deux mois et demi durant, pendant l'été, il... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 27 juillet 2015

IL A FAIT FLOC !

Le fauteuil hanté - Gaston Leroux (1909) Paris, au début du siècle dernier. Ce jour là, Gaspard Lalouette, honnête marchand d'art et d'antiquité du IXe arrondissement, est en promenade sur les quais de Seine quand il est pris dans un mouvement de foule: on va accueillir à l'Académie Française le successeur de Monseigneur d'Abbeville. C'est que l'événement est d'importance: le dernier candidat à la succession d'Abbeville est mort en plein discours d'éloge, et dans des circonstances mystérieuses. Quand l'Homme du jour, au cours de son... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 26 mai 2014

J'AI EPOUSE LE NEANT

Les Térébinthe - Marcel Jouhandeau (1926) "Joséphine Térébinthe partageait sa prime jeunesse entre Mlle Jacquemart, son confesseur et la mère. Mlle Jacquemart la voulait tout entières aux oeuvres, son confesseur toute à la dévotion, sa mère au ménage. (...) Joséphine confessa qu'elle préférait les Oeuvres à la dévotion et la dévotion à la charcuterie." A Chaminadour, les charcutiers Térébinthe ont deux enfants: Séraphin qui entre au Séminaire et Joséphine que son père destine à prendre sa suite après un bon mariage. Mais Joséphine... [Lire la suite]
lundi 17 mars 2014

PENCHANT VERS L'ARTIFICIEL

A rebours - Joris-Karl Huysmans (1884) "L'artifice paraissait à des Esseintes la marque distinctive du génie de l'homme." Jean des Floressas Des Esseintes, garçon blond un rien dandy, habitant Paris, lymphatique et efféminé, élevé par les Jésuites, décide de vivre en ermite oisif par désintérêt pour le commun et  le vulgaire. Cherchant dans l'érudition les moyens de se créer un univers idéal bien que factice, il mène une vie à rebours de ses habitudes et même des conventions tout autant qu'à l'inverse de ses semblables... ... [Lire la suite]