mercredi 6 mars 2019

UN CRIMINEL INCONSCIENT

Souvenirs d'un buveur d'éther - Jean Lorrain (1895-1903) "Après tout, ce n'était peut-être qu'un songe, une vaine fumée." Ecrivain aujourd'hui peu connu, en tout cas réservé aux amateurs, Jean Lorrain fut, à la Belle Epoque, l'un des chantres du vice et de la débauche, une débauche sombre et parfois cruelle, mêlant les drogues aux tentations les moins autorisées par la société. Mêlé à la retentissante affaire Adelswäre-Fersen dans les premières années du XXe siècle, Lorrain s'est surtout fait connaitre par ses publications... [Lire la suite]

mercredi 3 octobre 2018

LES FANTÔMES DE L'AVENTURE

Un incident mineur - Léo Fourrier (2018) "L'amant, c'est l'ombre de la nuit qui chaque fois le reprend." Septembre 2017, à Paris. Un adolescent - Il (on ne saura jamais son prénom) - mène une vie peu banale dans le 11e arrondissement de la capitale. 16 ans, émancipé car ses parents sont partis vivre en Guyane suite à la mutation du père, le garçon est un homosexuel de son temps: génération Grindr, montre connectée, sexe sans capote mais sous PrEP. Pour assurer son train de vie, c'est-à-dire celui qu'il veut tenir composé de drogue,... [Lire la suite]
mercredi 1 novembre 2017

COCO CÂLINE

Qu'il fut de Sybaris, l'éveil, mon petit faune!On aurait cru, voyant nos deux corps mélangés,Que le vierge avenir écartait le dangerEt sur nos fronts futurs installait ses icônes... Mais quelle souple ardeur, quels cris mangés tout bas,Quel hymne, Ô ma Lumière, où jaillit comme un trilleCe parfum de seize ans, imprégné de vanille,Tous ces trésors soyeux dont le désir flamba! Le goût qu'avait alors ta lèvre - Ô ma blessure - L'haleine que j'ai bue - et ce lait - je le jureQue je sentais en moi longtemps s'ensevelir, Tout ces rêves... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 25 octobre 2017

MOITIE CAMÉS, MOITIE PÉDALES*

Jésus-la-Caille - Francis Carco (1914, version augmentée en 1920) "'T'es bath, la Caille. Ta peau c'est du satin. J'suis folle! Ta peau me brûle et tes mirettes... Oh! tes mirettes!... (...) Qu'est-ce que tu m'as jeté pour que je soye à toi, dis, à en crever comme j'en crève, mon amour?... Donne-moi tes châsses, que je les boive. C'est bon. A m'chatouillent... Tu rigoles... J'te vas bouffer, petite lope... rigole pas, ou j'te mords." Paris, la Belle Epoque, dans le quartier de la rue Lepic et de la place Blanche: clients,... [Lire la suite]
mercredi 18 octobre 2017

LA MALADIE DU SIECLE

Décadence fin de siècle - Michel Winock (2017) "Le passé me semble horrible, le présent me paraît faible et désolé et quant à l'avenir, c'est l'épouvante." (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, 1898) La France d'avant la Belle Epoque... La connaît-on vraiment? Que dire de cette période plutôt courte qui, de 1880 à 1901, a vu s'affermir le régime républicain - au point que, l'épisode de Vichy mis à part, la République le seul régime plébiscité par les français depuis lors - a vu éclore des hommes de... [Lire la suite]
mercredi 8 mars 2017

LES AMITIES SE DISSOLVENT

Oslo 31 août - Joachim Trier (2011), avec Anders Danielsen Lie (Anders), Hans Olav Brenner (Thomas), Ingrid Olava (Rebecca), Peter With (Tove), Malin Crépin (Malin)... Anders a 34 ans, il est revenu à Oslo après une absence assez longue. Il vient de coucher avec une jeune fille et il la quitte en silence, pour se noyer dans une rivière. Mais un ultime réflexe de survie le pousse à renoncer à son projet. Anders retourne dans le centre de désintoxication où il est en cure pour se libérer de la cocaïne, de l'héroïne, de l'ecstasy et de... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 1 mars 2017

MA VIE EST A ECRASER DU PIED

Le feu follet - Pierre Drieu la Rochelle (1931) "Le désespoir, c'est une idée, la drogue, c'est une pratique." Paris, 1930. Alain est avec Lydia, dans le lit de Lydia. Ils viennent de faire l'amour. Mais Alain est ailleurs: avec Dorothy, sa femme restée aux Etats-Unis? Avec le souvenir de la Lydia d'avant et qu'elle n'est plus? Non, Alain est avec lui-même. Il a 30 ans et depuis de longues semaines il suit une cure de désintoxication chez le docteur de la Barbinais, car Alain est drogué à l'héroïne. Plus de piqûre, plus de... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 18 janvier 2017

LA TIMIDITE EST UN AFFREUX DEFAUT

Peggy dans les phares - Marie-Eve Lacasse (2017) "Peut-être étions-nous encore trop remplies d'espérance, pas encore assez fracassées par la vie pour connaître l'humilité brutale que nécessite l'expérience d'aimer?" Fin des années 1960, Peggy Roche - mannequin, styliste, femme du monde, ex-épouse du comédien Claude Brasseur - entre dans la vie de Françoise Sagan. Connue de l'entourage de l'écrivain, cette relation n'est pas officialisée dans les media. Pourtant, les deux femmes vont vivre un une passion très forte pendant plus de... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 23 mars 2016

UN POISON POUR PENSER

Les paradis artificiels (Le vin. Le hachisch. Le poème du hachisch. Un mangeur d'opium) - Charles Baudelaire (1860) "Le bon sens nous dit que les choses de la terre n'existent que bien peu, et que la vraie réalité n'est que dans les rêves. (...) Qu'éprouve-t-on? que voit-on? des choses merveilleuses, n'est-ce pas? des spectacles extraordinnaires? Est-ce bien beau? et bien terrible? et bien dangereux?" Célèbre auteur des Fleurs du Mal et traducteur non moins fameux d'Edgar Poe, Charles Baudelaire," l'inventeur" du Spleen, décide... [Lire la suite]
mercredi 16 mars 2016

ON N'EST PAS SERIEUX QUAND...

Phrères - Claire Barré (2016) "Simplistes. Nul sens à chercher sous ce mot. Pourtant il y a peut-être là quelque analogie avec cet état d'enfance que nous recherchons, un état où tout est simple, facile." (Roger Gilbert-Lecomte) Reims, mars 1925. Roger Lecomte, 17 ans, et René Daumal, 16 ans, ont décidé de mettre fin à leurs jours. La cause? Ils voulaient partir à Paris fonder une revue surréaliste avec deux autres camarades, Roger Vailland et Robert Meyrat, mais le père de Lecomte ne veut rien entendre et Daumal a promis de... [Lire la suite]