mercredi 28 novembre 2018

L'ABÎME A DE CES TRAHISONS

Les misérables - Cinquième partie: Jean Valjean - Victor Hugo (1862) "Il y a de l'apocalypse dans la guerre civile, toutes les brumes de l'inconnu se mêlent à ces flamboiements farouches, les révolutions sont sphinx, et quiconque a traversé une barricade croit avoir traversé un songe." 5 juin 1832, sur la barricade de la rue Saint-Denis: alors que le gouvernement a décidé de liquider l'insurrection populaire, le bain de sang semble inévitable. Dans cette nuit qui s'annonce comme le grand tournant des aventures individuelles, tous... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 24 octobre 2018

DES ENGLOUTISSEMENTS QUI SAUVENT

Les misérables - Deuxième partie: Cosette - Victor Hugo (1862) "Cosette était laide. Heureuse, elle eût peut-être été jolie." Noël 1823: à Monfermeil, la petite Cosette, dont la mère ne payait plus la pension (voir ici), est devenue la domestique de ses tuteurs, les Thénardiers. Mais ce soir-là, un inconnu se présente à l'auberge qui veut emporter l'enfant. Tenant la promesse faite à Fantine sur son lit de douleur, Jean Valjean, bagnard en fuite, prend en charge la vie de la fillette et s'installe dans... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 19 septembre 2018

NUMERO 24601

Les misérables - Première partie: Fantine - Victor Hugo (1862) "Alors madame Magloire recommença toute l'histoire, en l'exagérant quelque peu, sans s'en douter. Il paraîtrait qu'un bohémien, un va-nu-pieds, une espèce de mendiant dangereux serait en ce moment dans la ville. (...) On l'avait vu arriver par le boulevard Gassendi et rôder dans les rues à la brune. Un homme de sac et de corde avec une figure terrible." 1815, dans le sud de la France. Evadé du bagne de Toulon où il purge une peine de 5 ans de travaux forcés pour vol,... [Lire la suite]
mercredi 30 mai 2018

POUR ÊTRE COCU, IL FAUT AVOIR UNE JOLIE FEMME

La femme du boulanger - Marcel Pagnol (1938), avec Raimu (Aimable Castanier, le nouveau boulanger), Charpin (Marquis Castan de Venelles, maire du village), Robert Vattier (le curé), Alida Rouffe (Céleste, la bonne du curé), Maximilienne (Mlle Angèle), Charles Blavette (Antonin), Edouard Delmond (Maillefer, dit Patience, le pêcheur), Paul Dullac (Casimir, le buraliste), Ginette Leclerc (Aurélie Castanier), Charles Moulin (Dominique, le berger piémontais), Robert Bassac (l'instituteur), Marcel Maupi (Barnabé), Jean Castan (Esprit),... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
mercredi 16 mai 2018

LA VERITE EST TOUJOURS A DOUBLE FACE

Les Thibault - Volume 2: La consultation, La Sorellina, La mort du père - Roger Martin du Gard (1928-1929) "Mais oui, la guerre, fit l'autre sérieusement. Nous y allons tout droit." (La consultation) Octobre 1913, Antoine Thibault est pédiatre et installé. Oscar, le père, est cloué sur son lit de douleur, presque impotent, incapable de manger seul depuis le printemps. Se défiant de tous, même se son fils, il est convaincu qu'on lui ment sur son état et, dirigeant ses affaires, malgré la fatigue et les douleurs qui l'accablent,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 14 février 2018

LA SAINTE FEROCITE DES COEURS PURS

Antone Ramon (Les amitiés exclusives) - Amédée Guiard (1913 pour le premier titre, 1914 pour la version définitive) Automne 1901, à l'institution Saint-François-de-Sales de Bourg-en-Bresse. Antone Ramon, 13 ans mais précoce et bon élève, fait son entrée en classe de troisième. Fils de bonne famille, issu de la bourgeoisie lyonnaise, Antone a été élevé dans un cocon et découvre, avec la vie de collège, l'existence de l'Autre, du camarade, du rival ou de l'ami. Mais alors que le règlement interdit toute amitié... [Lire la suite]

mercredi 31 janvier 2018

JE NE RETIRERAI PAS MA MAIN DE TOI

Une folle amitié de collégien (ou Le disciple aimé ou La mission de Cruchod) - Abel Hermant (1885-1894) Vevey, en Suisse, vers 1880. Jean-Baptiste Merminod a 17 ans et il vient de perdre son père. Pour ce calviniste élevé dans le rigoureuse foi de ses parents, la vie de collège ne réserve que peu de surprises: Jean-Baptiste s'est assuré un ascendant moral sur le directeur de l'établissement, qui l'écoute, et s'est adonné à des amitiés particulières avec quelques camarades, amitiés qui l'ont bien vite lassé et déçu. Mais en ce jour de... [Lire la suite]
mercredi 23 août 2017

IL ETAIT HUMAIN ET IL LE CACHAIT

Confiteor - Jaume Cabré (2011) "Et pourquoi est-ce que, maintenant, je pense que je voudrais avoir un fils? se dit-il en colère; ou plutôt révolté. Il regarda à nouveau la petite boîte, seule, sur la table bien nette de la cinquantaquattro. Fèlix Ardèvol balaya un fil imaginaire des pans de sa soutane, passa un doigt sur sa peau irritée par le rabat et s'assit devant sa table. Il manquait trois minutes pour que midi sonne au clocher de Santa Maria. Il inspira profondément et prit une résolution: pour l'instant, il ne se suiciderait... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
mercredi 2 novembre 2016

DANS LE CHEMIN HORRIBLE

La Divine Comédie. L'enfer. - Dante (XIVe siècle), traduction de William Cliff (2013) "O vengeance de Dieu, combien dois-tuêtre redoutée par celui qui valire ici ce que j'ai vu de mes yeux!" A la fin du XIIIe siècle, en Italie. Dante Alighieri, égaré dans une forêt, rencontre le poète antique Virgile après avoir été assailli par les trois péchés à l'origine de tous les maux. Faiblement condamné à sa mort, car il ignorait le christianisme, Virgile propose à Dante de lui servir de guide à travers l'Enfer, jusqu'à l'antre de Lucifer...... [Lire la suite]
mercredi 8 juin 2016

ADIEU, VIVE CLARTE DE NOS ETES TROP COURTS !

La porte étroite - André Gide (1909) "Il m'était aussi naturel de me contraindre qu'à d'autres de s'abandonner, et cette rigueur à laquelle on m'asservait, loin de me rebuter, me flattait." En Normandie, au début du XXe siècle, dans la résidence de ses oncle et tante Bucolin, Jérôme Palissier fait l'expérience, à quatorze ans, de l'amour naissant pour sa cousine, Alissa, de deux ans son aînée. Protestants tous les deux, ils entretiennent une amitié complice où la littérature et la foi sont les seuls aveux. L'année de ses seize ans,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,