mercredi 25 octobre 2017

MOITIE CAMÉS, MOITIE PÉDALES*

Jésus-la-Caille - Francis Carco (1914, version augmentée en 1920) "'T'es bath, la Caille. Ta peau c'est du satin. J'suis folle! Ta peau me brûle et tes mirettes... Oh! tes mirettes!... (...) Qu'est-ce que tu m'as jeté pour que je soye à toi, dis, à en crever comme j'en crève, mon amour?... Donne-moi tes châsses, que je les boive. C'est bon. A m'chatouillent... Tu rigoles... J'te vas bouffer, petite lope... rigole pas, ou j'te mords." Paris, la Belle Epoque, dans le quartier de la rue Lepic et de la place Blanche: clients,... [Lire la suite]

mercredi 2 août 2017

AVANIE ET MAMELLES SONT LES FRAMBOISES DU DESTIN*

Tirez sur le pianiste - François Truffaut (1960), avec Charles Aznavour (Charlie Kholer / Edouard Saroyan), Marie Dubois (Hélène dite Léna), Nicole Berger (Thérésa Saroyan), Michèle Mercier (Clarisse, la prostituée voisine de Charlie), Albert Rémy (Chico Saroyan), Daniel Boulanger (Ernest, l'homme au chapeau), Claude Mansard (Momo, l'homme à la casquette), Boby Lapointe (Le chanteur chez Plyne), Serge Davri (Plyne, le patron de La bonne franquette), Claude Geymann (Lars Schmeel, l'impressario d'Edouard), Richard Kanayan (Fido... [Lire la suite]
mercredi 26 avril 2017

LE FAUVE DE LEURS AISSELLES AU VENT

La fille Elisa - Edmond de Goncourt (1877) "Elisa était devant la maison à la lanterne rouge, qui s'affaissait ainsi que la ruine croulante d'un vieux bastion, et dont la porte, fermée et verrouillée, laissait filtrer, par l'ouverture d'un judas, une lueur pâle sur la blancheur glacée du chemin." Paris, pendant la Monarchie de Juillet. Elisa vit avec sa mère, connue dans le quartier de La Chapelle et de la prison Saint-Lazare sous le nom de Madame Alexandre qui voue un soin particulier aux filles-mères et aux filles de joie mal... [Lire la suite]
mercredi 25 janvier 2017

RIDER ON THE STORM

L'homme à la carabine - Patrick Pécherot (2011) "On m'a dit l'homme à la carabine. C'est drôle à quoi on résume l'individu. L'homme à la carabine. Peut-être, dans un sens, à ce moment-là. Mais si on veut aller plus loin, je serais tout autant l'homme aux semelles de guigne. (...) Ou, tenez, l'homme au coeur d'artichaut. Faut que j'en aie un beau pour avoir tiré en l'air. On se refait pas. Semelles de guigne, coeur d'artichaut. J'ai la caille, moi. Jamais eu de pot. Même pas foutu d'aligner un guignol... Ci-gît André Soudy qui... [Lire la suite]
mercredi 30 novembre 2016

UNE ABDULLA A BOUT DORE

Satan habite au 21 - Jean-Pierre de Lucovich (2015) "J'étais très calme. Trop calme. Je venais de buter un mec, et c'est tout ce que ça me faisait? (...) J'avais même faim. Je fis réchauffer la soupe de Mme Tarot, fumai une cigarette, me couchai et m'endormi avec un regret: celui de n'avoir pu laisser le temps à Lucchesi d'avoir peur, et à moi de le lire dans ses yeux." Jérôme Dracéna, ancien de la Brigade Criminelle, est devenu agent privé. Dans le Paris de l'Occupation, il a déjà enquêté et agi pour la comédienne Arletty et,... [Lire la suite]
mercredi 21 septembre 2016

UNE RELATIVE CULPABILITE

Sur les pas de Ripley - Patricia Highsmith (1980) "Drôle d'existence pour ce garçon, songea-t-il: quelques minutes plus tôt il écrivait le récit d'un meurtre, et maintenant il se trouvait plongé dans la musique pop." Fin juillet 1980, en France près de Fontainebleau. Tom Ripley vit bourgeoisement dans la propriété de Belle Ombre. Marié à Héloïse, dont la fortune familiale assure le niveau de vie, Ripley organise son existence entre les leçons de clavecin, la cuisine de la fidèle Mme Annette et la chasse aux termites bien... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 1 juin 2016

LE COEUR NE S'APPREND PAS

Le rouge et le noir (Chronique de 1830) - Stendhal (1830) "Madame de Rênal pensait aux passions comme nous pensons à la loterie: duperie certaine et bonheur cherché par des fous." Verrières, près de Besançon en 1830. Julien Sorel n'a pas 20 ans quand il est pris comme précepteur des enfants du coupe Rênal. Fils d'ouvrier, Julien trouve là une occasion de sortir d'un monde relativement pauvre mais surtout fermé aux choses de l'esprit. Destiné au Séminaire, Julien tombe immédiatement sous le charme de Mme de Rênal. Mais partagé... [Lire la suite]
mercredi 23 décembre 2015

MYSTERE ET POESIE

L'assassinat du Père Noël - Christian-Jaque (1941), avec Harry Baur (Gaspard Cornusse), Raymond Rouleau (Roland, le baron), Renée Faure (Catherine Cornusse), Marie-Hélène Dasté (Mère Michel), Robert Le Vigan (Léon Villard), Fernand Ledoux (le Maire), Jean Brochard (Monsieur Ricomet, le pharmacien), Jean Parédès (Monsieur Kappel, le sacristain), Héléna Manson (Marie Coquillot), Arthur Devère (Monsieur Tairraz, l'horloger), Marcel Pérès (Monsieur Rambert, l'aubergiste), Georges Chamarat (Monsieur Vercourt, le garde champêtre), Bernard... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 16 novembre 2015

IL Y A BEAUCOUP DE VRAI DANS LES SONGES

Une terrible vengeance - Nicolas Gogol (1832) "Souvent, dans les Carpathes, on entend un sifflement, comme d'un millier de moulins battant l'eau de leurs aubes. Ce sont là, au fond d'un précipice inaccessible que nul homme n'a jamais vu, et que chacun redoute d'approcher, les trépassés qui rongent le trépassé." Danilo Burulbash est un fier Cosaque d'Ukraine. Jeune et fougeux, il a épousé la douce Katerina qui lui a donné un fils, Ivan. Mais le jour du mariage du Cosaque Goberet, à Kiev, un sorcier apparait au milieu... [Lire la suite]
lundi 31 août 2015

IPHIGENIE NE VOULAIT PAS MOURIR

Le crime du comte Neville - Amélie Nothomb (2015) "Pourquoi a-t-on inventé l'enfer alors qu'il existe l'insomnie?" Automne 2014, dans les Ardennes belges. Henri Neville, aristocrate, est informé que son troisième enfant, Sérieuse, jeune fille de 17 ans, a fait une fugue. Quand il vient la récupérer chez la voyante qui a retrouvé la jeune fille dans les bois, celle-ci lui confie deux choses qui vont bouleverser les lendemains du Comte: Sérieuse ne ressent aucune émotion et Henri va, le jour de sa garden-party annuelle, assassiner... [Lire la suite]