mercredi 12 décembre 2018

LA FORTUNE SOURIT AUX AUDACIEUX

Le tour du monde en quatre-vingt jours - Jules Verne (1872) "Cela me va! Voilà mon affaire! Nous nous entendrons parfaitement, Mr Fogg et moi! Un homme casanier et régulier! Une véritable mécanique! Eh bien, je ne suis pas fâché de servir une mécanique!" Octobre 1872, à Londres. Jean Passepartout, français émigré, entre au service de Phileas Fogg Esquire, gentleman flegmatique et fortuné qui a réglé sa vie avec minutie: lever, toilette, lecture de la presse au Reform Club, déjeuner sur place, dîner idem, parties de whist à son... [Lire la suite]

mercredi 28 novembre 2018

L'ABÎME A DE CES TRAHISONS

Les misérables - Cinquième partie: Jean Valjean - Victor Hugo (1862) "Il y a de l'apocalypse dans la guerre civile, toutes les brumes de l'inconnu se mêlent à ces flamboiements farouches, les révolutions sont sphinx, et quiconque a traversé une barricade croit avoir traversé un songe." 5 juin 1832, sur la barricade de la rue Saint-Denis: alors que le gouvernement a décidé de liquider l'insurrection populaire, le bain de sang semble inévitable. Dans cette nuit qui s'annonce comme le grand tournant des aventures individuelles, tous... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 21 novembre 2018

A L'INFINI, IL FAUT L'INEPUISABLE

Les misérables - Quatrième partie: L'idylle rue Plumet - Victor Hugo (1862) "L'année 1832 s'était ouverte avec un aspect d'imminence et de menace." Hiver 1832, Jean Valjean décide de quitter le couvent des Bernardines-Bénédictines de l'Adoration Perpétuelle où il s'était réfugié avec Cosette en 1824. Installé avec une servante, Toussaint, dans une maison rue Plumet, il prend le nom  d'Ultime Fauchelevent. Avec Cosette, ils goûtent une vie simple et ordinaire, retirée du monde, faite de charité, de dévouement... [Lire la suite]
mercredi 31 octobre 2018

LES MIRAGES DE CE TEMPS-LA

Les misérables - Troisième partie: Marius - Victor Hugo (1862) "C'était un garçon bruyant, blême, leste, éveillé, goguenard, à l'air vivace et maladif. Il allait, venait, chantait, jouait à la fayousse, grattait les ruisseaux, volait un peu, mais comme les chats et les passereaux, gaîment, riait quand on l'appelait galopin, se fâchait quand on l'appelait voyou. Il n'avait pas de gîte, pas de pain, pas de feu, pas d'amour; mais il était joyeux parce qu'il était libre." 1832, à Paris. Marius Pontmercy a 22 ans. Il fréquente une... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 17 octobre 2018

LES LUMIERES SONT UNE BRÛLURE

La Tristesse des femmes en mousseline - Jean-Daniel Baltassat (2018) "Il est des jours de la vie qui font de soi ce que l'on est." Février 1945, Paul Valéry se mêle peu des tourments de la Libération. Désenchanté, l'écrivain septuagénaire, laisse sa nostalgie prendre le dessus: dans un tiroir, il retrouve le carnet intime de sa lointaine aïeule, la peintre Berthe Morisot. Dans ces nuits glacées d'hiver, quasiment indifférent à tout, l'homme retouve le temps de ses vingt ans, quand il fréquentait le cercle du poète Stéphane... [Lire la suite]
mercredi 19 septembre 2018

NUMERO 24601

Les misérables - Première partie: Fantine - Victor Hugo (1862) "Alors madame Magloire recommença toute l'histoire, en l'exagérant quelque peu, sans s'en douter. Il paraîtrait qu'un bohémien, un va-nu-pieds, une espèce de mendiant dangereux serait en ce moment dans la ville. (...) On l'avait vu arriver par le boulevard Gassendi et rôder dans les rues à la brune. Un homme de sac et de corde avec une figure terrible." 1815, dans le sud de la France. Evadé du bagne de Toulon où il purge une peine de 5 ans de travaux forcés pour vol,... [Lire la suite]

mercredi 21 février 2018

AH! JE SUIS UN FAMEUX BAROMETRE

Renée Mauperin - Edmond et Jules de Goncourt (1864) "- Quand ferez-vous vos dents de sagesse, Renée? lui demanda Denoisel- Jamais! Et elle se mit à rire." Jeune fille moderne dans la France du Second Empire, Renée Mauperin est éprise de liberté, de vie d'artiste, du bonheur simple d'être entièrement à sa joie sans se soucier de mariage, de fortune ou de position sociale. Entre sa soeur, épouse rangée qui fréquente la bourgeoisie, sa mère qui n'aspire qu'à la respectabilité, son père aimant et bonhomme, Renée refuse tous les... [Lire la suite]
mercredi 31 janvier 2018

JE NE RETIRERAI PAS MA MAIN DE TOI

Une folle amitié de collégien (ou Le disciple aimé ou La mission de Cruchod) - Abel Hermant (1885-1894) Vevey, en Suisse, vers 1880. Jean-Baptiste Merminod a 17 ans et il vient de perdre son père. Pour ce calviniste élevé dans le rigoureuse foi de ses parents, la vie de collège ne réserve que peu de surprises: Jean-Baptiste s'est assuré un ascendant moral sur le directeur de l'établissement, qui l'écoute, et s'est adonné à des amitiés particulières avec quelques camarades, amitiés qui l'ont bien vite lassé et déçu. Mais en ce jour de... [Lire la suite]
mercredi 29 novembre 2017

MEANWHILE

Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie. Par-delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 8 novembre 2017

SOUVENIRS DE MA VIE MORTE

Charles Demailly - Emond et Jules de Goncourt (1860) "Vous êtes un livre vendu; il faut maintenant que vous soyez un livre coupé... et puis - il y a des mondes entre tout cela - un livre lu!" Paris, dans les début du règne de Napoléon III. Charles Demailly travaille pour le Petit Journal, organe indépendant qui s'affranchit de politique pour critiquer les nouveautés, les arts ainsi que la société elle-même. Moqué amicalement voire jalousé par ses camarades de travail, Demailly a une ambition: être un grand écrivain. D'abord affairé... [Lire la suite]