mercredi 3 mai 2017

ENCORE UN PLAISIR QUI S'EN VA

Nouvelles (Sac au dos / A vau l'eau / Un dilemne / La retraite de Monsieur Bougran) - Joris-Karl Huysmans (1880 / 1882 / 1887 / 1888) Auteur peu lu de nos jours mais connu pou son célèbre roman décadent A rebours, Huysmans a fait partie du groupe des naturalistes autour d'Emile Zola et de Guy de Maupassant. Ce recueil présente quatre nouvelles réalistes d'un écrivain qui, très vite, se tournera vers une littérature très éloignée du naturalisme. La retraite de Monsieur Bougran raconte en quelques pages la... [Lire la suite]

mercredi 26 avril 2017

LE FAUVE DE LEURS AISSELLES AU VENT

La fille Elisa - Edmond de Goncourt (1877) "Elisa était devant la maison à la lanterne rouge, qui s'affaissait ainsi que la ruine croulante d'un vieux bastion, et dont la porte, fermée et verrouillée, laissait filtrer, par l'ouverture d'un judas, une lueur pâle sur la blancheur glacée du chemin." Paris, pendant la Monarchie de Juillet. Elisa vit avec sa mère, connue dans le quartier de La Chapelle et de la prison Saint-Lazare sous le nom de Madame Alexandre qui voue un soin particulier aux filles-mères et aux filles de joie mal... [Lire la suite]
mercredi 5 avril 2017

CETTE BRAVE ORIANE

A la recherche du temps perdu. / III. Le côté de Guermantes - Marcel Proust (1921) "Dîner chez les Guermantes, c'était comme entreprendre un voyage longtemps désiré, faire passer un désir de ma tête devant mes yeux et lier connaissance avec un songe." Automne 1897, le narrateur de La recherche s'installe, avec ses parents, dans l'hôtel de Guermantes, à Paris. Pour lui, Oriane de Guermantes, la duchesse, est un mystère, tant par son nom que par sa naissance. Amoureux d'elle, il n'a plus qu'un projet : pénétrer dans ce monde qui,... [Lire la suite]
mercredi 22 mars 2017

TU NE PUERAS POINT

Le miasme et la jonquille: l'odorat et l'imaginaire social. XVIIIe et XIXe siècles - Alain Corbin (1986) "Le refus des odeurs ne résulte pas du seul progrès des techniques. Il ne naît pas avec le vaporisateur et le déodorant corporel; ceux-ci ne font que traduire une obsession ancienne et gonfler un lointain mouvement. (...) Que signifie cette accentuation de la sensibilité? Comment s'est opérée cette mystérieuse et inquiétante désodorisation qui fait de nous des êtres intolérants à tout ce ui vient rompre le silence olfactif de... [Lire la suite]
mercredi 1 février 2017

TOUT REDEVIENT LA PEINE QUE C'ETAIT

Le grand Meaulnes - Alain-Fournier (1913) "Et le soir, au dîner, il y eut, à la table de famille, un compagnon silencieux, qui mangeait, la tête basse, sans se soucier de nos trois regards fixés sur lui." Fin du XIXe siècle, en Sologne. François Seurel, 15 ans, est le fils de l'instituteur et de l'institutrice du village de La Motte. Jeune garçon promis à embrasser la carrière parentale, il se decouvre une amitié passionnée pour un nouveau, arrivé un dimanche de novembre: Augustin Meaulnes, de deux ans son aîné. Logé chez... [Lire la suite]
mercredi 23 novembre 2016

SOULEVE TA PAUPIERE CLOSE...

Contes à Ninon / Nouveaux contes à Ninon - Emile Zola (1864 / 1874) "Les oeuvres ne sont que des arguments, dans l'éternelle discussion du beau." (A Ninon, 1874) Emile Zola qui donne dans le récit court... Une facette peu connue de l'écrivain plutôt réputé pour son cycle des Rougon-Macquart. Et pourtant, deux volumes publiés de son vivant regroupent les Contes à Ninon, série de récits où le merveilleux croise le fantastique, éditée en 1864, quatre ans avant qu'il ne se lance dans sa grande oeuvre, et les Nouveaux contes à Ninon, en... [Lire la suite]

mercredi 19 octobre 2016

TOUT ETRE AIME EST UNE ESPECE DE DIEU

Notre coeur - Guy de Maupassant (1890) "Il goûtait en elle la saveur d'une créature factice, faconnée en entraînée pour charmer. C'était un objet de luxe rare, attrayant, exquis et délicat, sur qui s'arrêtaient les yeux, devant qui battait le coeur et s'agitait le désir, ainsi que vient l'appétit devant les nourritures fines dont une vitre vous sépare, préparées et montrées pour exciter la faim." Rentier encore jeune mais néanmoins garçon, André Mariolle est introduit par un ami musicien, Massival, dans le cercle de Michèle de... [Lire la suite]
mercredi 12 octobre 2016

AH! CES REVOLUTIONS!

L'éducation sentimentale - Gustave Flaubert (1869) "Son visage s'offrait à lui dans la glace. Il se trouva beau, et resta une minute à se regarder." 15 septembre 1840, Frédéric Moreau, jeune homme bien né de 18 ans, revient à Nogent-sur-Seine, là où réside sa veuve de mère, afin d'entrer dans le monde. Sur le bateau qui le conduit sur le fleuve, il fait la connaissance de Jacques Arnoux, boutiquier et affairiste parisien, et tombe immédiatement sous le charme de Sophie Arnoux, la femme de l'autre. Dès cet instant,... [Lire la suite]
mercredi 5 octobre 2016

LES IMMONDICES DU COEUR HUMAIN

Pierrette - Honoré de Balzac (1840) "Ce ne fut pas le complot d'êtres méchants et cruels, ce fut l'instinct d'une tyrannie imbécile." Provins, octobre 1827. Pierrette Lorrain, 14 ans, originaire de Bretagne, est devenue la cuisinière et quasi servante de ses cousins, Sylvie, quarante-six ans, et Jerôme-Denis Rogron, proche des quarante. Vieille fille et vieux garçons, le frère vit avec la soeur dans l'espoir de conquérir la bonne société de Provins tout en faisant, à terme, main-basse sur le possible héritage de Pierrette.... [Lire la suite]
mercredi 22 juin 2016

NOS BONHEURS VONT S'INTERFERANT

A la recherche du temps perdu / II. A l'ombre des jeunes filles en fleurs - Marcel Proust (1919) "Qu'est-ce qui vous aurait dit que la petite fille que vous regardiez, sans lui parler, jouer aux barres, serait votre grande amie chez qui vous iriez tous les jours où cela vous plairait?" Paris, à la fin du XIXe siècle, le Narrateur-enfant de Combray que l'on avait laissé encore innocent décortiquant ses premiers émois lors de sa rencontre avec Gilberte Swann aux Champs-Elysées (voir ici) entretient dorénavant une amitié avec... [Lire la suite]