mardi 9 juillet 2019

SEULEMENT... Y A UN SEULEMENT

813 (La double vie d'Arsène Lupin, suivi de Les trois crimes d'Arsène Lupin) - Maurice Leblanc (1910, modifié en 1917) "Arsène Lupin!Gourel répétait ces deux mots fatidiques d'un air absolument pétrifié. Ils résonnaient en lui comme un glas. Arsène Lupin! le bandit-roi! l'aventurier suprême! Voyons, était-ce possible?'Mais non, mais non, murmura-t-il, ce n'est pas possible, puisqu'il est mort!'Seulement voilà... était-il réellement mort?Arsène Lupin!" 16 avril 1912, à deux heures de l'après-midi, Rudolf Kesselbach, voyageur... [Lire la suite]

mercredi 26 juin 2019

SOUS LE PONT MIRABEAU...

L'ombre - Francis Carco (1933) "Par ici, répondit Mme Courte. Montez vite. C'est un drame." Paris, un dimanche d'octobre à la fin des années 1920. Denise Fournier, employée à la banque Rosmer, attend le retour de son petit frère, Julien, adolescent blond et secret qu'elle adore, gâte et couve. Leur mère, veuve de guerre ruinée dans l'effondrement des Cape Coppers, vit avec eux. Or, ce dimanche-là, on decouvre, dans l'immeuble des Fournier, le cadavre ensanglanté de Marthe Halluin. Julien ne rentre pas, sa famille s'inquiète et... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 16 janvier 2019

L'ÂGE DES REINS

La foire aux garçons - Philippe Hériat (1934) "Ma chère, disait-elle à Aimée, on ne sait ce que vaut un gigolo que quand on l'a eu dans son lit. Les réputations? Merci! (...) Quant aux apparences, c'est plus trompeur encore. Alors, au lit! Dans les draps! Et moi, pour un qui y reste, j'en ai trente qui passent." Paris, au début des années 1930. Rémy Chasseau veut sortir de son milieu familial. Fils de crémier bien installé aux Halles, une famille plutôt aisée donc, le garçon de 18 ans ne veut ni du mariage qu'on lui a concocté avec... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 31 octobre 2018

LES MIRAGES DE CE TEMPS-LA

Les misérables - Troisième partie: Marius - Victor Hugo (1862) "C'était un garçon bruyant, blême, leste, éveillé, goguenard, à l'air vivace et maladif. Il allait, venait, chantait, jouait à la fayousse, grattait les ruisseaux, volait un peu, mais comme les chats et les passereaux, gaîment, riait quand on l'appelait galopin, se fâchait quand on l'appelait voyou. Il n'avait pas de gîte, pas de pain, pas de feu, pas d'amour; mais il était joyeux parce qu'il était libre." 1832, à Paris. Marius Pontmercy a 22 ans. Il fréquente une... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 24 octobre 2018

DES ENGLOUTISSEMENTS QUI SAUVENT

Les misérables - Deuxième partie: Cosette - Victor Hugo (1862) "Cosette était laide. Heureuse, elle eût peut-être été jolie." Noël 1823: à Monfermeil, la petite Cosette, dont la mère ne payait plus la pension (voir ici), est devenue la domestique de ses tuteurs, les Thénardiers. Mais ce soir-là, un inconnu se présente à l'auberge qui veut emporter l'enfant. Tenant la promesse faite à Fantine sur son lit de douleur, Jean Valjean, bagnard en fuite, prend en charge la vie de la fillette et s'installe dans... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 17 octobre 2018

LES LUMIERES SONT UNE BRÛLURE

La Tristesse des femmes en mousseline - Jean-Daniel Baltassat (2018) "Il est des jours de la vie qui font de soi ce que l'on est." Février 1945, Paul Valéry se mêle peu des tourments de la Libération. Désenchanté, l'écrivain septuagénaire, laisse sa nostalgie prendre le dessus: dans un tiroir, il retrouve le carnet intime de sa lointaine aïeule, la peintre Berthe Morisot. Dans ces nuits glacées d'hiver, quasiment indifférent à tout, l'homme retouve le temps de ses vingt ans, quand il fréquentait le cercle du poète Stéphane... [Lire la suite]

mercredi 10 octobre 2018

LA VILLE ELECTRIFIEE ETAIT BLANCHE

La toile du monde - Antonin Varenne (2018) "Les expositions apparaissent, de loin en loin, comme des sommets d'où nous mesurons le chemin parcouru." Paris, printemps 1900. Aileen Bowman, journaliste américaine un tantinet hommasse, obtient de son éditeur de passer 6 mois dans la capitale française. En contrepartie, elle devra livrer une chronique hebdomadaire sur les grands événements qui occupent la grande ville européenne en ces beaux jours de la fin du siècle: l'exposition universelle, les jeux olympiques d'été et... [Lire la suite]
mercredi 3 octobre 2018

LES FANTÔMES DE L'AVENTURE

Un incident mineur - Léo Fourrier (2018) "L'amant, c'est l'ombre de la nuit qui chaque fois le reprend." Septembre 2017, à Paris. Un adolescent - Il (on ne saura jamais son prénom) - mène une vie peu banale dans le 11e arrondissement de la capitale. 16 ans, émancipé car ses parents sont partis vivre en Guyane suite à la mutation du père, le garçon est un homosexuel de son temps: génération Grindr, montre connectée, sexe sans capote mais sous PrEP. Pour assurer son train de vie, c'est-à-dire celui qu'il veut tenir composé de drogue,... [Lire la suite]
mercredi 12 septembre 2018

ENFIN QUELQUE CHOSE!

37, étoiles filantes - Jérôme Attal (2018) "Paris est ce vieux vampire machin chose qui n'a de cesse d'éblouir la jeunesse. Chaque nouvelle saison, de la chair fraîche de province et du monde entier débarque pour découvrir les terraisses bondées, les boulevards tentaculaires et les rues inédites. Les amitiés éternelles et les amours d'un soir." Fin de l'été 1937, dans la capitale. Alberto Giacometti, sculpteur, la trentaine, pas vraiment reconnu pour son talent, est blessé lors d'un accident de la route; Jean-Paul Sartre,... [Lire la suite]
mercredi 29 août 2018

ORPHEE DETESTAIT LES RECITATIONS

Les prénoms épicènes - Amélie Nothomb (2018) "- J'imagine qu'Epicène est un prénom épicène?- C'est le prénom le plus épicène du monde." Epicène? Vous avez dit Epicène? Lorsque Dominique rencontre Claude, en 1970, elle mène une petite vie étriquée mais calme à Brest, ponctuée par les déjeuners dominicaux chez ses parents (Paris-Brest au dessert et promenade digestive l'après-midi). D'abord peu convaincue, Dominique se laisse conquérir. Tout le monde le lui dit: Claude Guillaume est un bel homme, un bon parti, et surtout il est... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,