mercredi 31 octobre 2018

LES MIRAGES DE CE TEMPS-LA

Les misérables - Troisième partie: Marius - Victor Hugo (1862) "C'était un garçon bruyant, blême, leste, éveillé, goguenard, à l'air vivace et maladif. Il allait, venait, chantait, jouait à la fayousse, grattait les ruisseaux, volait un peu, mais comme les chats et les passereaux, gaîment, riait quand on l'appelait galopin, se fâchait quand on l'appelait voyou. Il n'avait pas de gîte, pas de pain, pas de feu, pas d'amour; mais il était joyeux parce qu'il était libre." 1832, à Paris. Marius Pontmercy a 22 ans. Il fréquente une... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mercredi 24 octobre 2018

DES ENGLOUTISSEMENTS QUI SAUVENT

Les misérables - Deuxième partie: Cosette - Victor Hugo (1862) "Cosette était laide. Heureuse, elle eût peut-être été jolie." Noël 1823: à Monfermeil, la petite Cosette, dont la mère ne payait plus la pension (voir ici), est devenue la domestique de ses tuteurs, les Thénardiers. Mais ce soir-là, un inconnu se présente à l'auberge qui veut emporter l'enfant. Tenant la promesse faite à Fantine sur son lit de douleur, Jean Valjean, bagnard en fuite, prend en charge la vie de la fillette et s'installe dans... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 17 octobre 2018

LES LUMIERES SONT UNE BRÛLURE

La Tristesse des femmes en mousseline - Jean-Daniel Baltassat (2018) "Il est des jours de la vie qui font de soi ce que l'on est." Février 1945, Paul Valéry se mêle peu des tourments de la Libération. Désenchanté, l'écrivain septuagénaire, laisse sa nostalgie prendre le dessus: dans un tiroir, il retrouve le carnet intime de sa lointaine aïeule, la peintre Berthe Morisot. Dans ces nuits glacées d'hiver, quasiment indifférent à tout, l'homme retouve le temps de ses vingt ans, quand il fréquentait le cercle du poète Stéphane... [Lire la suite]
mercredi 10 octobre 2018

LA VILLE ELECTRIFIEE ETAIT BLANCHE

La toile du monde - Antonin Varenne (2018) "Les expositions apparaissent, de loin en loin, comme des sommets d'où nous mesurons le chemin parcouru." Paris, printemps 1900. Aileen Bowman, journaliste américaine un tantinet hommasse, obtient de son éditeur de passer 6 mois dans la capitale française. En contrepartie, elle devra livrer une chronique hebdomadaire sur les grands événements qui occupent la grande ville européenne en ces beaux jours de la fin du siècle: l'exposition universelle, les jeux olympiques d'été et... [Lire la suite]
mercredi 3 octobre 2018

LES FANTÔMES DE L'AVENTURE

Un incident mineur - Léo Fourrier (2018) "L'amant, c'est l'ombre de la nuit qui chaque fois le reprend." Septembre 2017, à Paris. Un adolescent - Il (on ne saura jamais son prénom) - mène une vie peu banale dans le 11e arrondissement de la capitale. 16 ans, émancipé car ses parents sont partis vivre en Guyane suite à la mutation du père, le garçon est un homosexuel de son temps: génération Grindr, montre connectée, sexe sans capote mais sous PrEP. Pour assurer son train de vie, c'est-à-dire celui qu'il veut tenir composé de drogue,... [Lire la suite]
mercredi 12 septembre 2018

ENFIN QUELQUE CHOSE!

37, étoiles filantes - Jérôme Attal (2018) "Paris est ce vieux vampire machin chose qui n'a de cesse d'éblouir la jeunesse. Chaque nouvelle saison, de la chair fraîche de province et du monde entier débarque pour découvrir les terraisses bondées, les boulevards tentaculaires et les rues inédites. Les amitiés éternelles et les amours d'un soir." Fin de l'été 1937, dans la capitale. Alberto Giacometti, sculpteur, la trentaine, pas vraiment reconnu pour son talent, est blessé lors d'un accident de la route; Jean-Paul Sartre,... [Lire la suite]

mercredi 29 août 2018

ORPHEE DETESTAIT LES RECITATIONS

Les prénoms épicènes - Amélie Nothomb (2018) "- J'imagine qu'Epicène est un prénom épicène?- C'est le prénom le plus épicène du monde." Epicène? Vous avez dit Epicène? Lorsque Dominique rencontre Claude, en 1970, elle mène une petite vie étriquée mais calme à Brest, ponctuée par les déjeuners dominicaux chez ses parents (Paris-Brest au dessert et promenade digestive l'après-midi). D'abord peu convaincue, Dominique se laisse conquérir. Tout le monde le lui dit: Claude Guillaume est un bel homme, un bon parti, et surtout il est... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 18 juillet 2018

PERSONNE N'EST IRREMPLACABLE

Le deuxième souffle - Jean-Pierre Melville (1966), avec Lino Ventura (Gustave Minda dit Gu), Paul Meurisse (Commissaire Blot, de Paris), Christine Fabréga (Simone Melletier dite Manouche), Raymond Pellegrin (Paul Ricci), Marcel Bozuffi (Jo Ricci), Paul Frankeur (Commissaire Fardiano, de Marseille), Denis Manuel (Antoine Ripat), Michel Constantin (Alban), Pierre Zimmer (Orloff), Louis Bugette (Théo), Raymond Loyer (Jacques Ribaldi dit Le notaire), Albert Michel (Marcel, dit Le stéphanois), Jean-Claude Berq (l'adjoint de Blot)... ... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 13 juin 2018

LES SYNTONES ET LES SCHIZOÏDES

Les thibault - Volume 3: L'été 1914, Epilogue - Roger Matin du Gard (1936, 1940) "Le frisson qui secouait l'Europe ébranlait les vies privées; de toutes parts, entre les êtres, les liens factices se desserraient, se rompaient d'eux-mêmes; le vent précurseur qui passait sur le monde faisait tomber des branches les fruits véreux." (L'été 1914) Dimanche 28 juin 1914, la famille Oscar-Thibault, éclatée entre Paris et la Suisse, accueille diversement la nouvelle de l'attentat, à Sarajevo, de l'Archiduc d'Autriche, François-Ferdinand.... [Lire la suite]
mercredi 23 mai 2018

OPINION PARTAGEE

Mais oui, dis-je. Oui, hélas! [Les parisiens] savent trop qu'ils sont pleins de charme et que Paris est une ville admirable. Comme tout cet esprit français est pénible! Et puis je n'apprécie pas du tout le goût parisien. Les toilettes des dames ne me plaisent pas, elles sont excessives, trop stylisées, ces femmes sentent trop le journal de mode et le fard... Paris manque de propreté et de fraîcheur. Tout votre art est un peu bête. Et puis votre amour, l'amour à Paris, avec son côté "bourgeois-robe de chambre", à vous donner la... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,