mercredi 17 octobre 2018

LES LUMIERES SONT UNE BRÛLURE

La Tristesse des femmes en mousseline - Jean-Daniel Baltassat (2018) "Il est des jours de la vie qui font de soi ce que l'on est." Février 1945, Paul Valéry se mêle peu des tourments de la Libération. Désenchanté, l'écrivain septuagénaire, laisse sa nostalgie prendre le dessus: dans un tiroir, il retrouve le carnet intime de sa lointaine aïeule, la peintre Berthe Morisot. Dans ces nuits glacées d'hiver, quasiment indifférent à tout, l'homme retouve le temps de ses vingt ans, quand il fréquentait le cercle du poète Stéphane... [Lire la suite]

mercredi 18 avril 2018

LE SPECTRE D'UN INACCESSIBLE IDEAL

Les Thibault - Volume 1: Le cahier gris, Le pénitencier, La belle saison - Roger Martin du Gard (1922-1923) 1904 à Paris: Oscar Thibault, veuf considéré, règne en maître sur sa famille composée de ses deux fils, Antoine, 23 ans intene en pédiatrie, et Jacques 14 ans lycéen, de sa gouvernante dont il a admis la fille Gisèle de Waize dans la maison. Ce jour-là, le père apprend que Jacques a disparu: il a fui avec son ami Daniel de Fontanin, lycéen également, et ce que révèle l'enquête rapide menée auprès des mâitres des deux garçons... [Lire la suite]
mercredi 13 décembre 2017

IL FAUT SAVOIR SE RESIGNER

La trilogie marseillaise: Marius, Fanny, César - Alexander Corda (1931), Marc Allégret (1932), Marcel Pagnol (1936), avec Raimu (César Ollivier, bistrotier sur le port de Marseille), Orane Demazis (Fanny Cabanis, marchande de coquillages), Pierre Fresnay (Marius Ollivier, le fils de César), Fernand Charpin (Honoré Panisse, maître voilier), Alida Rouffe (Honorine Cabanis, la mère de Fanny), André Fouché (Césariot Panisse, le fils de Fanny, 1936), Paul Dulac (Félix Escartefigue, chauffeur de ferry, 1931 et 1936), Auguste Mourriès... [Lire la suite]
mercredi 13 septembre 2017

CETTE PASSERELLE QUI PERMET AUX GRANDES AMES DE COMMUNIQUER AVEC LES PETITES

Ils m'ont dit qui j'étais - Mazarine Pingeot (2003) "Dites-moi ce que vous lisez, je vous dirai qui vous êtes est un de mes jeux favoris." La lecture comme révélateur de soi, de sa propre histoire, de son propre parcours, de sa propre recherche d'un sens intérieur: tel est le coeur du récit de Mazarine Pingeot qui, de la Comtesse de Ségur à Stéphane Mallarmé, nous raconte une part d'elle et, en définitive, comme une part de nous... "Lire reste une action non tournée vers le monde actuel, la réussite, le déploiement de ses qualités... [Lire la suite]
mercredi 12 avril 2017

J'AURAIS PRESQUE PU AIMER LA VIE

Saint Salopard - Barbara Israël (2017) "Vous pensiez sûrement que vous pourrier tout obtenir. La vie et le roman, l'amour et la trahison, la vergogne et la respectabilité, la fumisterie et le génie. Vous et moi, nous savons où vos grands espoirs ont atterri et comment tout cela s'est terminé. Permettez-moi de vous dire que c'est bien fait pour vous!" Né Maurice Ettinghausen en 1906, abattu en avril 1945 par un officier S.S. à l'occasion de l'évacuation du camp de concentration dans lequel il avait été déporté en 1943, Maurice Sachs,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 8 juin 2016

ADIEU, VIVE CLARTE DE NOS ETES TROP COURTS !

La porte étroite - André Gide (1909) "Il m'était aussi naturel de me contraindre qu'à d'autres de s'abandonner, et cette rigueur à laquelle on m'asservait, loin de me rebuter, me flattait." En Normandie, au début du XXe siècle, dans la résidence de ses oncle et tante Bucolin, Jérôme Palissier fait l'expérience, à quatorze ans, de l'amour naissant pour sa cousine, Alissa, de deux ans son aînée. Protestants tous les deux, ils entretiennent une amitié complice où la littérature et la foi sont les seuls aveux. L'année de ses seize ans,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 18 mai 2016

A L'HOMME LA FANTAISIE etc. etc.

Corydon - André Gide (1911, édité en 1920, publié en 1924) "Etrange! On a le courage de ses opinions; de ses moeurs, point. On accepte bien de souffrir; mais pas d'être déshonoré." Paris ou ailleurs, au début du XXe siècle. Le narrateur rend visite à son ami Corydon à l'occasion d'un procès de moeurs qui l'a frappé. Lançant la conversation sur la pervesion des moeurs homosexuelles et la contre-nature des invertis, le narrateur entame quatre dialogues répartis sur plusieurs journées, avec Corydon qui entend lui démontrer... [Lire la suite]