mercredi 6 juillet 2016

DELICE D'ANTAN

La belle américaine - Robert Dhéry (1961), avec Robert Dhéry (Marcel Perrignon), Colette Brosset (Paulette Perrignon), Louis de Funès (Viralot, le chef du personnel / Viralot, le commissaire de police), Alfred Adam (Alfred), Jacques Fabbri (Le gros, marchand de quatre saisons), Jacques Legras (Riri, le cafetier), Christian Marin (Pierrot, le vendeur de glaces), Robert Rollis (Maurice Clapier, dit Lapin, le coiffeur), Hélène Dieudonné (Mémé), Bernard Lavalette (Le ministre du commerce), Michel Serrault (Chauveau, dit Veau-Froid, le... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 29 juin 2016

EPISTROPHY

Un homme à histoires - Patrick Rotman (2016) "L'avenir est entre nos mains. A nous de le dessiner." Eté 1954 à Paris. Serge Nisson est journaliste au jeune hebdomadaire L'Express. Sous la férule de Françoise Giroud et le patronnage de Jean-Jacques Servan-Schreiber, il est membre de cette rédaction bourgeoise dans les couloirs de laquelle il croise François Mauriac, François Mitterrand et Pierre Mendès-France. Dans ce Paris de la Quatrième République, alors que Françoise Sagan vient de recevoir le Prix des Critiques,... [Lire la suite]
mercredi 22 juin 2016

NOS BONHEURS VONT S'INTERFERANT

A la recherche du temps perdu / II. A l'ombre des jeunes filles en fleurs - Marcel Proust (1919) "Qu'est-ce qui vous aurait dit que la petite fille que vous regardiez, sans lui parler, jouer aux barres, serait votre grande amie chez qui vous iriez tous les jours où cela vous plairait?" Paris, à la fin du XIXe siècle, le Narrateur-enfant de Combray que l'on avait laissé encore innocent décortiquant ses premiers émois lors de sa rencontre avec Gilberte Swann aux Champs-Elysées (voir ici) entretient dorénavant une amitié avec... [Lire la suite]
mercredi 8 juin 2016

ADIEU, VIVE CLARTE DE NOS ETES TROP COURTS !

La porte étroite - André Gide (1909) "Il m'était aussi naturel de me contraindre qu'à d'autres de s'abandonner, et cette rigueur à laquelle on m'asservait, loin de me rebuter, me flattait." En Normandie, au début du XXe siècle, dans la résidence de ses oncle et tante Bucolin, Jérôme Palissier fait l'expérience, à quatorze ans, de l'amour naissant pour sa cousine, Alissa, de deux ans son aînée. Protestants tous les deux, ils entretiennent une amitié complice où la littérature et la foi sont les seuls aveux. L'année de ses seize ans,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 1 juin 2016

LE COEUR NE S'APPREND PAS

Le rouge et le noir (Chronique de 1830) - Stendhal (1830) "Madame de Rênal pensait aux passions comme nous pensons à la loterie: duperie certaine et bonheur cherché par des fous." Verrières, près de Besançon en 1830. Julien Sorel n'a pas 20 ans quand il est pris comme précepteur des enfants du coupe Rênal. Fils d'ouvrier, Julien trouve là une occasion de sortir d'un monde relativement pauvre mais surtout fermé aux choses de l'esprit. Destiné au Séminaire, Julien tombe immédiatement sous le charme de Mme de Rênal. Mais partagé... [Lire la suite]
mercredi 20 avril 2016

AINSI SE FONT LES COUPS D'ETAT

Le bal du Comte d'Orgel - Raymond Radiguet (1924) "De toutes les saisons, le printemps, s'il est la plus seyante, est aussi la plus difficile à porter." Paris, 1920. Paul Robin introduit son ami François de Séryeuse, vingt ans, dans la société des Orgel, aristocrates bourgeois très en vue. Lorsqu'il rencontre la comtesse Mahaut d'Orgel pour la première fois, François ne réalise pas qu'il est immédiatement tombé amoureux. Encore jeune, belle et marié à Anne d'Orgel, homme amical, Mahaut elle-même reste aveugle à ce... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 13 avril 2016

UN REGARD D'ENFANT

Portraits-Souvenir - Jean Cocteau (1934) "Je souhait d'être lu par les personnes qui restent des enfants coûte que coûte." Paris, Belle-Epoque. Jean Cocteau a entre 10 et 25 ans, et son chemin croise celui des artistes et intellectuels de son époque: Sarasate, Colette, Footit et Chocolat, Loïe Fuller, Mistinguett, Sarah Bernhardt, Proust, Léon Daudet, Anna de Noailles, Guitry etc. De ces rencontres, de ses souvenirs, Jean Cocteau, poète plus qu'écrivain, tire une série de portraits - accompagnés de dessins de sa main - à la fois... [Lire la suite]
mercredi 30 mars 2016

PLAISIRS DE LA SURPRISE

"Cette disposition de l'âme, qui la porte toujours vers différents objets, fait qu'elle goûte tous les plaisirs qui viennent de la surprise: sentiment qui plaît à l'âme par le spectacle et la promptitude de l'action; car elle aperçoit ou sent les choses qu'elle n'attend pas, ou d'une manière qu'elle n'attendait pas. Une chose peut nous surprendre comme merveilleuse, mais aussi, comme nouvelle, et encore inattendue; et, dans ces derniers cas, le sentiment principal se lie à un sentiment accessoire, fondé sur ce que la chose est... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 23 mars 2016

UN POISON POUR PENSER

Les paradis artificiels (Le vin. Le hachisch. Le poème du hachisch. Un mangeur d'opium) - Charles Baudelaire (1860) "Le bon sens nous dit que les choses de la terre n'existent que bien peu, et que la vraie réalité n'est que dans les rêves. (...) Qu'éprouve-t-on? que voit-on? des choses merveilleuses, n'est-ce pas? des spectacles extraordinnaires? Est-ce bien beau? et bien terrible? et bien dangereux?" Célèbre auteur des Fleurs du Mal et traducteur non moins fameux d'Edgar Poe, Charles Baudelaire," l'inventeur" du Spleen, décide... [Lire la suite]
mercredi 16 mars 2016

ON N'EST PAS SERIEUX QUAND...

Phrères - Claire Barré (2016) "Simplistes. Nul sens à chercher sous ce mot. Pourtant il y a peut-être là quelque analogie avec cet état d'enfance que nous recherchons, un état où tout est simple, facile." (Roger Gilbert-Lecomte) Reims, mars 1925. Roger Lecomte, 17 ans, et René Daumal, 16 ans, ont décidé de mettre fin à leurs jours. La cause? Ils voulaient partir à Paris fonder une revue surréaliste avec deux autres camarades, Roger Vailland et Robert Meyrat, mais le père de Lecomte ne veut rien entendre et Daumal a promis de... [Lire la suite]