mercredi 16 août 2017

HYMNE AU PARFUM

Il est des parfums - Françoise Sagan et Guillaume Hanoteau (1973) "Méfions-nous des êtres et des choses qui n'ont pas d'odeur." Quand un journaliste, dramaturge et écrivain rencontre une écrivain, scénariste et dramaturge, de quoi parlent-ils? De parfums, bien sûr! Dans cette histoire des parfums en France, qui prend naissance avec l'eau de Cologne de Jean-Marie Farina en 1709, Guillaume Hanoteau nous raconte comment le parfum est très vite devenu une marque du luxe et s'est maintenu dans la société contemporaine au rang de produit... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

mercredi 9 août 2017

CE CHAPEAU N'EST PAS ORDINAIRE

Le chapeau de Mitterrand - Antoine Laurain (2012) "Il venait de commettre un vol. La dernière fois qu'il avait volé quelque chose remontait à sa plus tendre adolescence, dans une galerie marchande de Courbevoie. Il s'était laissé entraîner par un ami après la sortie de l'école. Ils avaient volé Aline, le quarante-cinq tours de Christophe, le chanteur." Daniel Mercier, obscur employé de la Sogetec, déjeune par hasard, un soir d'automne 1986, dans une brasserie parisienne, dîner au cours duquel il a pour voisin de table François... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 2 août 2017

AVANIE ET MAMELLES SONT LES FRAMBOISES DU DESTIN*

Tirez sur le pianiste - François Truffaut (1960), avec Charles Aznavour (Charlie Kholer / Edouard Saroyan), Marie Dubois (Hélène dite Léna), Nicole Berger (Thérésa Saroyan), Michèle Mercier (Clarisse, la prostituée voisine de Charlie), Albert Rémy (Chico Saroyan), Daniel Boulanger (Ernest, l'homme au chapeau), Claude Mansard (Momo, l'homme à la casquette), Boby Lapointe (Le chanteur chez Plyne), Serge Davri (Plyne, le patron de La bonne franquette), Claude Geymann (Lars Schmeel, l'impressario d'Edouard), Richard Kanayan (Fido... [Lire la suite]
mardi 18 juillet 2017

L'ESPOIR S'ENVOLE DEJA

Les inconnus dans la maison - Henri Decoin (1942), avec Raimu (Maître Hector Loursat de Saint-Marc), Juliette Faber (Nicole Loursat), Jean Tissier (Ducup, juge d'instruction), Jacques Baumer (Rogissart, procureur de la République), Noël Roquevert (Binet, commissaire de police), André Reybaz (Emile Manu), Marcel Mouloudjy (Ephraïm / Amédée Luska), Marc Dolnitz (Edmond Dossin), Jacques Denoël (Marcel Destrivaux), Pierre Ringel (Daillat), Tania Fédor (Mme Dossin), Héléna Manson (Mme Manu), Jacques Grétillat (Le Président des Assises),... [Lire la suite]
mercredi 12 juillet 2017

VIVRE SON RÊVE, C'EST MERVEILLEUX

Le miroir à deux faces - André Cayatte (1958), avec Michèle  Morgan (Marie-José Tardivet), Bourvil (Pierre Tardivet), Gérard Oury (Docteur Bosc), Sylvie (Mme Tardivet mère), Elisabeth Manet (Véronique Vauzange), Ivan Desny (Gérard Durieu), Jane Marken (Mme Vauzange mère), Georges Chamarat (M. Vauzange père), Carette (Albert Benoit), Georgette Anys (Margueritte Benoit), Pierre Brice (Jacques), Sandra Milo (Ariane), Renée Passeur (La patiente excentrique), Marcel Pérès (Le bistrotier), Hubert de Lapparent (L'employé des petites... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
mercredi 5 juillet 2017

J'AIMERAIS CROIRE QUE VOUS ÊTES HEUREUSE

Aimez-vous Brahms... - Anatole Litvak (1961), avec Ingrid Bergman (Paula Tessier), Yves Montand (Roger Desmaret), Anthony Perkins (Philip Van der Besh), Jessie Royce Landis (Theresa Van der Besh), Pierre Dux (Maître Fleury), Michèle Mercier (Maisie 3), Jackie Lane (Maisie 1), Jean Clark (Maisie 2), Diahann Caroll (La chanteuse), Jean Ozenne (Un invité chez les Van der Besh), Uta Taeger (Gaby, la bonne de Paula), Germaine Delbat (L'ouvreuse, salle Pleyel), Henri Attal (Un spectateur à Pleyel), Dominique Zardi (Un spectateur à Pleyel),... [Lire la suite]

mercredi 21 juin 2017

LE COEUR ENSEVELI DANS CETTE ALLEGORIE*

Villa Kérylos - Adrien Goetz (2017) "Le grec ancien est une langue qui s'apprend très lentement et qui s'oublie très vite." 1956, à Nice. Achille Leccia, soixante-dix ans, revient dans la villa où il a grandi: la villa Kerylos, construite au début du XXe siècle par Théodore Reinach, un érudit féru de Grèce antique. A l'époque de la construction, la mère d'Achille était employée dans la maison du voisin des Reinach, l'ingénieur Gustave Eiffel, et c'est avec l'appui de Théordore que le garçon a échappé à son milieu,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 14 juin 2017

C'EST UNE BATH IDEE !

La belle équipe - Julien Duvivier (1936), avec Jean Gabin (Jean dit Jeannot), Charles Vanel (Charles Billot, dit Charlot), Raymond Aimos (Raymond dit Tintin), Charles Dorat (Jacques dit Jacquot), Raphaël Médina (Mario), Micheline Cheirel (Huguette, une bouquetière), Viviane Romance (Gina Billot), Marcelle Géniat (Grand'mère), Charpin (Le gendarme), Raymond Cordy (un ivrogne), Jacques Baumer (Gaston Jubette, le propriétaire), Robert Ozanne (Le bistrotier)... 1936, à Paris. Cinq copains - Jeannot, Charlot, Tintin, Jacques et Mario -... [Lire la suite]
mercredi 24 mai 2017

L'HISTOIRE AIME LE GÂCHIS

Grande vacance - René Bonnell (1997) "Alger, comme d'autres villes du pays, était coupée en deux. Tout musulman surpris en quartier européen était abattu. Aucun Européen ne revenait vivant d'une incursion en secteur arabe. Les tueurs des deux camps échangeaient les victimes sur les trottoirs. L'armée ne sortait de ses casernes que pour faire le ménage. Elle veillait à la propreté des rues en regardant s'étriper les Algérois, homologuait les massacres à défaut de les empêcher." Printemps 1962, dans les rues d'Alger la blanche.... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 17 mai 2017

L'OPPROBRE SEUL FAIT LE CRIME

A la recherche du temps perdu. / IV. Sodome et Gomorrhe - Marcel Proust (1921-1922) "Quelquefois l'avenir habite en nous sans que nous le sachions, et nos paroles qui croient mentir dessinent une réalité prochaine." Paris, printemps 1899, le narrateur qui va sur ses 19 ans, poursuit son apprentissage du Monde. Introduit chez la Princesse de Guermantes dans Le côté du Guermantes, il découvre les faux-semblants de cette société à laquelle il veut tant appartenir. A l'occasion de cette soirée d'initiation, il apprend... [Lire la suite]