mercredi 20 mars 2019

CETTE ODEUR DE CHAIR ET D'OMBRE

Le désert de l'amour - François Mauriac (1925) "Entre cette agitation infinie et celui qui en était la cause, elle fut gênée au premier regard de ne pouvoir combler le vide." Paris, dans les années 1920. Raymond Courrèges, 35 ans, aperçoit, alors qu'il est installé dans un club de jazz, Maria Cross, une femme qu'il a connue lorsqu'il avait 17 ans... Issu d'une famille bourgeoise bordelaise, Raymond croise Maria Cross chaque jour dans le tramway. Adolescent tout autant solitaire que passionné par les courses de tauraux, Raymond se... [Lire la suite]

mercredi 6 mars 2019

UN CRIMINEL INCONSCIENT

Souvenirs d'un buveur d'éther - Jean Lorrain (1895-1903) "Après tout, ce n'était peut-être qu'un songe, une vaine fumée." Ecrivain aujourd'hui peu connu, en tout cas réservé aux amateurs, Jean Lorrain fut, à la Belle Epoque, l'un des chantres du vice et de la débauche, une débauche sombre et parfois cruelle, mêlant les drogues aux tentations les moins autorisées par la société. Mêlé à la retentissante affaire Adelswäre-Fersen dans les premières années du XXe siècle, Lorrain s'est surtout fait connaitre par ses publications... [Lire la suite]
mercredi 26 décembre 2018

PRINCE ET GENTLEMAN

Les aventures d'Arsène Lupin - Jacques Becker (1957), avec Robert Lamoureux (Arsène Lupin), Liselotte Pulver (Mina von Kraft), Otto E. Hasse (Guillaume II, empereur d'Allemagne), Georges Chamarat (l'inspecteur Dufour), Daniel Ceccaldi (Jacques Gauthier, le journaliste), Paul Muller (Rudolf von Kraft), Jacques Becker (Guillaume de Prusse, Konprinz), Huguette Hue (Léontine Chanu, manucure), Henri Rolland (Emile Duchamp, président du Conseil), Hubert de Lapparent (le vendeur de bijoux), Pierre Duncan (le Maharadja), Paul... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 10 octobre 2018

LA VILLE ELECTRIFIEE ETAIT BLANCHE

La toile du monde - Antonin Varenne (2018) "Les expositions apparaissent, de loin en loin, comme des sommets d'où nous mesurons le chemin parcouru." Paris, printemps 1900. Aileen Bowman, journaliste américaine un tantinet hommasse, obtient de son éditeur de passer 6 mois dans la capitale française. En contrepartie, elle devra livrer une chronique hebdomadaire sur les grands événements qui occupent la grande ville européenne en ces beaux jours de la fin du siècle: l'exposition universelle, les jeux olympiques d'été et... [Lire la suite]
mercredi 16 mai 2018

LA VERITE EST TOUJOURS A DOUBLE FACE

Les Thibault - Volume 2: La consultation, La Sorellina, La mort du père - Roger Martin du Gard (1928-1929) "Mais oui, la guerre, fit l'autre sérieusement. Nous y allons tout droit." (La consultation) Octobre 1913, Antoine Thibault est pédiatre et installé. Oscar, le père, est cloué sur son lit de douleur, presque impotent, incapable de manger seul depuis le printemps. Se défiant de tous, même se son fils, il est convaincu qu'on lui ment sur son état et, dirigeant ses affaires, malgré la fatigue et les douleurs qui l'accablent,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 18 avril 2018

LE SPECTRE D'UN INACCESSIBLE IDEAL

Les Thibault - Volume 1: Le cahier gris, Le pénitencier, La belle saison - Roger Martin du Gard (1922-1923) 1904 à Paris: Oscar Thibault, veuf considéré, règne en maître sur sa famille composée de ses deux fils, Antoine, 23 ans intene en pédiatrie, et Jacques 14 ans lycéen, de sa gouvernante dont il a admis la fille Gisèle de Waize dans la maison. Ce jour-là, le père apprend que Jacques a disparu: il a fui avec son ami Daniel de Fontanin, lycéen également, et ce que révèle l'enquête rapide menée auprès des mâitres des deux garçons... [Lire la suite]

mercredi 31 janvier 2018

JE NE RETIRERAI PAS MA MAIN DE TOI

Une folle amitié de collégien (ou Le disciple aimé ou La mission de Cruchod) - Abel Hermant (1885-1894) Vevey, en Suisse, vers 1880. Jean-Baptiste Merminod a 17 ans et il vient de perdre son père. Pour ce calviniste élevé dans le rigoureuse foi de ses parents, la vie de collège ne réserve que peu de surprises: Jean-Baptiste s'est assuré un ascendant moral sur le directeur de l'établissement, qui l'écoute, et s'est adonné à des amitiés particulières avec quelques camarades, amitiés qui l'ont bien vite lassé et déçu. Mais en ce jour de... [Lire la suite]
mercredi 24 janvier 2018

L'ASPHYXIE

Une jeunesse - Jacques d'Adelswärd-Fersen (1907) "- Mais si je ne crois pas suffisamment, mon père?- Vous croirez.- Mais si j'ai peur du renoncement?- Vous renoncerez.- Et si j'aime?- Vous oublierez." Vers 1905, en Sicile, le jeune Nino, une quinzaine d'années, est l'amant d'un Français, Robert Jélaine. Lorsque la grand-mère du jeune garçon meurt, ses dernières volontés sont implacables: elle souhaite que Nino devienne prêtre. C'est l'oncle de l'adolescent, Don Borelli, qui est chargé de l'exécution des résolutions d'outre-tombe, et... [Lire la suite]
mercredi 17 janvier 2018

UN COEUR TENDRE QUI HAIT LE NEANT VASTE ET NOIR*

Dédé - Achille Essebac (1901 - version modifiée en 1909) "Ses cheveux étaient couleur de feuilles mortes. Je me rappelle cela d'abord parce que ce fut à l'automne que je le connus." Octobre 1883, Marcel Thellier est au collège et fait la connaissance, le jour de la rentrée, d'un nouvel élève: André Dalio que sa mère appelle affectueusement Dédé. Emerveillé par la beauté du nouveau, Marcel décide de s'en faire un ami, un confident, un proche. Entre les deux garçons, les choses évoluent lentement, jusqu'à l'année de leur 15 ans où un... [Lire la suite]
mercredi 25 octobre 2017

MOITIE CAMÉS, MOITIE PÉDALES*

Jésus-la-Caille - Francis Carco (1914, version augmentée en 1920) "'T'es bath, la Caille. Ta peau c'est du satin. J'suis folle! Ta peau me brûle et tes mirettes... Oh! tes mirettes!... (...) Qu'est-ce que tu m'as jeté pour que je soye à toi, dis, à en crever comme j'en crève, mon amour?... Donne-moi tes châsses, que je les boive. C'est bon. A m'chatouillent... Tu rigoles... J'te vas bouffer, petite lope... rigole pas, ou j'te mords." Paris, la Belle Epoque, dans le quartier de la rue Lepic et de la place Blanche: clients,... [Lire la suite]