mercredi 6 mars 2019

UN CRIMINEL INCONSCIENT

Souvenirs d'un buveur d'éther - Jean Lorrain (1895-1903) "Après tout, ce n'était peut-être qu'un songe, une vaine fumée." Ecrivain aujourd'hui peu connu, en tout cas réservé aux amateurs, Jean Lorrain fut, à la Belle Epoque, l'un des chantres du vice et de la débauche, une débauche sombre et parfois cruelle, mêlant les drogues aux tentations les moins autorisées par la société. Mêlé à la retentissante affaire Adelswäre-Fersen dans les premières années du XXe siècle, Lorrain s'est surtout fait connaitre par ses publications... [Lire la suite]

mercredi 17 janvier 2018

UN COEUR TENDRE QUI HAIT LE NEANT VASTE ET NOIR*

Dédé - Achille Essebac (1901 - version modifiée en 1909) "Ses cheveux étaient couleur de feuilles mortes. Je me rappelle cela d'abord parce que ce fut à l'automne que je le connus." Octobre 1883, Marcel Thellier est au collège et fait la connaissance, le jour de la rentrée, d'un nouvel élève: André Dalio que sa mère appelle affectueusement Dédé. Emerveillé par la beauté du nouveau, Marcel décide de s'en faire un ami, un confident, un proche. Entre les deux garçons, les choses évoluent lentement, jusqu'à l'année de leur 15 ans où un... [Lire la suite]
mercredi 29 novembre 2017

MEANWHILE

Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie. Par-delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 27 avril 2016

STERILISE CORPS ET ÂME

Le feu follet - Louis Malle (1963), avec Maurice Ronet (Alain Leroy), Jeanne Moreau (Eva, la galeriste), Léna Skerla (Lydia), Jacques Sereys (Lavaud), Alexandra Stewart (Solange), Yvonne Clech (Mademoiselle Farnoux), Hubert Deschamps (Monsieur D'Averseau), Jean-Paul Moulinot (Docteur Barbinais), Mona Dol (Madame Barbinais), Pierre Moncorbier (Moraine), René Dupuis (Charly), Bernard Tiphaine (Milou), Bernard Noël (Dubourg), Ursula Kubler (Fanny), Alain Mottel (Urcel), Romain Bouteille (François, l'activiste de l'O.A.S.), Henri Serre... [Lire la suite]
mercredi 23 mars 2016

UN POISON POUR PENSER

Les paradis artificiels (Le vin. Le hachisch. Le poème du hachisch. Un mangeur d'opium) - Charles Baudelaire (1860) "Le bon sens nous dit que les choses de la terre n'existent que bien peu, et que la vraie réalité n'est que dans les rêves. (...) Qu'éprouve-t-on? que voit-on? des choses merveilleuses, n'est-ce pas? des spectacles extraordinnaires? Est-ce bien beau? et bien terrible? et bien dangereux?" Célèbre auteur des Fleurs du Mal et traducteur non moins fameux d'Edgar Poe, Charles Baudelaire," l'inventeur" du Spleen, décide... [Lire la suite]
mercredi 16 mars 2016

ON N'EST PAS SERIEUX QUAND...

Phrères - Claire Barré (2016) "Simplistes. Nul sens à chercher sous ce mot. Pourtant il y a peut-être là quelque analogie avec cet état d'enfance que nous recherchons, un état où tout est simple, facile." (Roger Gilbert-Lecomte) Reims, mars 1925. Roger Lecomte, 17 ans, et René Daumal, 16 ans, ont décidé de mettre fin à leurs jours. La cause? Ils voulaient partir à Paris fonder une revue surréaliste avec deux autres camarades, Roger Vailland et Robert Meyrat, mais le père de Lecomte ne veut rien entendre et Daumal a promis de... [Lire la suite]

mercredi 25 novembre 2015

FRIANDISE JOURNALIERE

Chez nous, l'on méprise trop l'art de la danse, cela soit dit en passant. Tous les grands peuples, d'abord ceux du monde antique, ceux de l'Inde et de l'Arabie, l'ont cultivée à l'égal de la poésie. La danse est autant au-dessus de la musique, pour certaines organisations païennes toutefois, que le visible et le créé sont au-dessus de l'invisible de l'incréé. Ceux-là seuls peuvent me comprendre à qui la musique donne des idées de peinture. La danse peut révéler tout ce que la musique recèle de mystérieux, et elle a de plus... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 18 mai 2015

CE REMUEMENT DE LA CHOSE COUPABLE !

L'exilé de Capri - Roger Peyrefitte (1959) réédité en 1974 avec un des deux chapitres censurés à la première parution. "Puisse l'Exilé de Capri apprendre à la jeunesse que la beauté n'existe que si une beauté interne et le travail l'exorcisent et luttent contre sa morgue." (Jean Cocteau, Préface à l'édition de 1959) Septembre 1897, Jacques d'Adelswärd, Baron de Fersen, jeune homme blond et élégant de 17 ans, rencontre, au sommet du Vésuve, le poète Robert de Tournel. L'homme, 30 ans alors, tente de séduire Jacques qui lui apprend... [Lire la suite]
lundi 17 mars 2014

PENCHANT VERS L'ARTIFICIEL

A rebours - Joris-Karl Huysmans (1884) "L'artifice paraissait à des Esseintes la marque distinctive du génie de l'homme." Jean des Floressas Des Esseintes, garçon blond un rien dandy, habitant Paris, lymphatique et efféminé, élevé par les Jésuites, décide de vivre en ermite oisif par désintérêt pour le commun et  le vulgaire. Cherchant dans l'érudition les moyens de se créer un univers idéal bien que factice, il mène une vie à rebours de ses habitudes et même des conventions tout autant qu'à l'inverse de ses semblables... ... [Lire la suite]
jeudi 16 janvier 2014

EPOUVANTABLE ECARLATE

Auteur américain de la première partie du XIXe siècle, Edgar Poe est célèbre en France pour ses nouvelles traduites et publiées à titre posthume par le poète Charles Baudelaire. Veuf en 1847 - on ignore à vrai dire de quoi sa femme Virginia est décédée, certainement d'une maladie de type rage ou tuberculose - il écrit depuis 1832 et invente, dit-on, le roman policier tandis qu'il gagne sa vie en qualité de journaliste et de poète. Légendaire, Edgar Poe est avant tout un écrivain d'ambiance, à la fois réaliste et fantastique, imprégnée... [Lire la suite]