mardi 1 septembre 2009

MADAME MERE

"Elle le venait voir comme autrefois, lorsqu'il y avait et chez elle quelque bourrasque un peu violente; et cependant Mme Bovary mère semblait prévenue contre sa bru. Elle lui trouvait un genre trop relevé pour leur position de fortune; le bois, le sucre et la chandelle filaient comme dans une grande maison, et la quantité de braise qui se brûlait à la cuisine aurait suffi pour ving-cinq plats!  Elle rangeait son linge dans les armoires et lui apprenait à surveiller le boucher quand il apportait la viande. Emma recevait ces... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 31 août 2009

REVERIES

"Elle s'acheta un plan de Paris, et, au bout de son doigt, sur la carte, elle faisait des courses dans la capitale. Elle remontait les boulevards, s'arrêtant à chaque angle, entre les lignes des rues, devant les carrés blancs qui figurent les maisons. Les yeux fatigués à la fin, elle fermait ses paupières, et elle voyait dans les ténèbres se tordre au vent des becs de gaz, avec des marchepieds de calèches, qui se déployaient à grand fracas devant le péristyle des théâtres. Elle s'abonna à La Corbeille, journal des femmes, et au Sylphe... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 30 août 2009

BARAGOUIN ET GALIMATIAS

" - Du reste, disait l'apothicaire (...), le thermomètre (j'en ai fait les observations) descend en hiver jusqu'à quatre degrés, et, dans la forte saison, touche vingt-cinq, trente centigrades tout au plus, ce qui nous donne vingt-quatre Réaumur au maximum, ou autrement cinquante-quatre Fahrenheit (mesure anglaise), pas davantage! - et, en effet, nous sommes abrités des vents du nord par la forêt d'Argueil, d'une part, des vents d'ouest par la côte Saint-Jean de l'autre; et cette chaleur, cependant, qui à cause de la vapeur d'eau... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 29 août 2009

PASSION MUETTE

"Il se torturait à découvrir par quel moyen lui faire sa déclaration; et, toujours hésitant, entre la crainte de lui déplaire et la honte d'être si pusillanime, il en pleurait de découragement et de désirs. Puis il prenait des décisions énergiques; il écrivait des lettres qu'il déchirait, s'ajournait à des époques qu'il reculait. Souvent il se mettait en marche, dans le projet de tout oser; mais cette résolution l'abandonnait bien vite en la présence d'Emma, et, quand Charles, survenant, l'invitait à monter dans son boc pour aller... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 27 août 2009

POLITISME

"Alors on vit s'avancer sur l'estrade une petite vieille femme de maintien craintif, et qui paraissait se ratatiner dans ses pauvres vêtements. Elle avait aux pieds de grosses galoches de bois, et, le long des hanches, un grand tablier bleu. Son visage maigre, entouré d'un béguin sans bordure, était plus plissé de rides qu'une pomme de reinette flétrie, et des manches de sa camisole rouge dépassaient deux longues mains, à articulations noueuses. La poussière des gragnes, la potasse des lessives et le suint des laines les avaient si... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 25 août 2009

TOURBILLONNANT

" Il n'avait plus, comme autrefois, de ces mots si doux qui la faisaient pleurer, ni de ces véhémentes caresses qui la rendaient folle; si bien que leur grand amour, où elle vivait plongée, parut se diminuer sous elle, comme l'eau d'un fleuve qui s'absorberait dans son lit, et elle aperçut la vase. Elle n'y voulut pas croire; elle redoubla de tendresse; et Rodolphe, de moins en moins, cacha son indifférence. Elle ne savait pas si elle regrettait de lui avoir cédé, ou si elle ne souhaitait point, au contraire, le chérir davantage.... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 24 août 2009

LES JEUDIS D'UNE ODALISQUE

"Ils retrouvaient toujours les meubles à leur place, et parfois des épingles à cheveux qu'elle avait oubliées, l'autre jeudi, sous le socle de la pendule. Ils déjeunaient au coin du feu, sur un petit guéridon incrusté de palissandre. Emma découpait, lui mettait les morceaux dans son assiette en débitant toutes sortes de chatteries; et elle riait d'un rire sonore et libertin quand la mousse du vin de Champagne débordait du verre léger sur les bagues de ses doigts. Ils étaient si complètement perdus en la possession d'eux-mêmes ... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 23 août 2009

LIRE ET VOIR

Madame Bovary - Claude Chabrol (1991), avec Isabelle Huppert (Emma Bovary), Jean-François Balmer (Charles Bovary), Christophe Malavoy (Rodolphe Boulanger), Lucas Belvaux (Léon Dupuis), Jean Yanne (Homais), Thomas Chabrol (Le Vicomte), Jacques Dynam (Bournissien, l'abbé), Jean-Louis Maury (Lheureux)...Adapter le roman le plus célèbre de Gustave Flaubert et, certainement, un des romans les plus connus de la littérature française, véritable pavé de perfection, réussite qui noue la forme et le fond pour les rendre indissociables, bref,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 21 août 2009

ARSENIC ET VIEILLE BADERNE

Contre-enquête sur la mort d'Emma Bovary - Philippe Doumenc (2007)Deux policiers de Rouen mènent l'enquête à Yonville après la mort de la femme du médecin, Emma Bovary. Les derniers mots de la morte les ont poussés à se déplacer: "Assassinée, pas suicidée." Et si Gustave Flaubert avait menti ?Le roman de Philippe Doumenc est plein de promesses. L'idée est intéressante : considérer que le journaliste Flaubert n'a pas rapporté tous les faits, oubliant des détails importants, confondants les indices et puis, surtout, donnant un... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 21 août 2009

ELLE ETAIT MONSTRUEUSE, TANT PIS

De guerre lasse - Françoise Sagan (1985)"Jérôme ne se sentait absolument pas fier ou orgueilleux ni de sa vie ni de sa personne. Il avait toujours été en retard, il avait toujours eu peur de tout, il avait toujours combattu sa peur, il avait reculé, avant de sauter, devant tout ce qui l''effrayait, il n'avait jamais été doué pour la vie, il était né boiteux avec l'esprit sceptique et le coeur trop gonflé, il n'avait que des regrets, des nostalgies, il était né déçu, angoissé et amoureux."Charles Sambrat vit paisiblement dans... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,