vendredi 2 juillet 2010

UN HOMME ENNUYE

C'était triste, le vent s'engouffrait dans ces larges cheminées de briques et me faisait peur, quand, le soir surtout, les hiboux poussaient leurs cris dans les vastes greniers. Nous prolongions souvent nos visites assez tard le soir, réunis autour de la vieille maîtresse, dans une grande salle couverte de dalles blanches, devant une vaste cheminée en marbre. Je vois encore sa tabatière d'or pleine du meilleur tabac d'Espagne, son carlin aux longs poils blancs, et son petit pied mignon, enveloppé dans un joli soulier à haut talon... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 28 juin 2010

LA FIDELITE N'EST PAS UNE AFFAIRE D'ENTRE-JAMBES

Lise et Lulu - Lise Lévitsky (2010) Née d'une famille russe antisémite dont le père a collaboré avec les nazis, issue d'une bourgeoisie tzariste qui méprise le bolchévisme et les gens du peuple, Lise Lévistsky, pianiste prodige, devient, à 21 ans, contre l'avis de toute sa famille, la femme d'un petit peintre sans importance, laid et juif de surcroît: Lucien Ginsburg. Entre eux deux, ce sera 40 ans d'amour, 40 années de relation complexe, tendre, profonde et dévouée. C'est à ce garçon inconnu et presque secret que Lise Lévitsky... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 24 juin 2010

SACRIFICE DU PORC

D'abord, les hommes, parmi la basse-cour affolée, poursuivent la victime qui peu à peu fatiguée, encerclée, se rend. Lui a-t-on passé le lasso, on la traîne dans le voisinage d'un piquet, sorte de gibet, autour duquel, en se raccourcissant, la corde s'enroule. Un moment, la bête immobile offre juste sa gorge, où, bien affûté, un couteau pratique une large entaille. Celui qui a frappé s'empare du grouin qu'il comprime dans son poing fermé comme dans un étau, pour étouffer un cri déchirant, tandis qu'un autre enfonce la garde de fer, en... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 20 juin 2010

UNE LUEUR UN PEU GRISE

Les sept couleurs - Robert Brasillach (1939) Patrice et Catherine, deux jeunes gens, se rencontrent dans le Paris amusant de 1926. Lui est pensionnaire dans un établissement tenu par deux vieilles filles, elle est issue d'une famille parisienne des plus recommandables. A la fin de ses études, Patrice se rend en Italie où il découvre l'idéologie fasciste et le redressement effectué par l'Italie sous Mussolini. Mais ce voyage met de la distance entre les deux jeunes gens, si bien que Catherine se laisse séduire par François, un... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 16 juin 2010

DES MORTS, DES SEMENCES, ET LE PAIN POUSSAIT...

La terre - Emile Zola (1887) "La Terre a paru. La déception a été profonde et douloureuse. Non seulement l'observation est superficielle, les trucs démodés, la narration commune et dépourvue de caractéristiques, mais la note ordurière est exacerbée encore, descendue à des saletés si basses que, par instants, on se croirait devant un recueil de scatologie : le Maître est descendu au fond de l'immondice." (P. Bonnetain, J.H. Rosny, L. Descaves, P. Margueritte, G. Guiches, Le manifeste des cinq, Le figaro, 18 août 1887) Jean Macquart... [Lire la suite]
samedi 12 juin 2010

SOUS LE GAZON DE LA TERRE

Car il faudra bien que tout finisse et que la terre s'use à force d'être foulée; car l'immensité doit être lasse enfin de ce grain de poussière qui fait tant de bruit et trouble la majesté du néant. Il faudra que l'or s'épuise à force de passer dans les mains et de corrompre; il faudra bien que cette vapeur de sang s'apaise, que le palais s'écroule sous le poids des richesses qu'il recèle, que l'orgie finisse et qu'on se réveille. Alors il y aura un rire immense de désespoir, quand les hommes verront ce vide, quand il faudra... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 8 juin 2010

CA PINCE, MONSEIGNEUR !

Un drôle de paroissien - Jean-Pierre Mocky (1963), avec Bourvil (Georges Lachaunay), Jean Poiret (Raoul), Francis Blanche (Inspecteur Cucherat), Jean Tissier (Inspecteur Bridoux)... Très pieux, Georges Lachaunay est un oisif. Il ne travaille pas, d'ailleurs personne ne travaille dans sa famille; aucun Lachaunay n'a travaillé depuis quatre générations et tout le monde s'en vante: "une goutte de paresse dans un océan de labeur". Mais quand l'argent vient à manquer, que la famille est au bord de l'explusion, qu'il gèle dans... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 4 juin 2010

YOU MAY SEE ME GIVING BIRTH...

Il avait été pédéraste jusqu'à quarante-cinq ans, mais, à présent, il n'avait plus la force après une journée de travail et un dîner en ville de retrouver un beau jeune homme à minuit. Il se contentait de les suivre d'un oeil mélancolique dans les salons. La mondanité tue tout, même les vices. (...) Quand on est heureux, on prend volontiers les autres pour des auxiliaires de son bonheur et l'on sait seulement quand on ne l'a plus qu'ils n'en étaient que les insignifiants témoins. (...) Quel meilleur souvenir peut laisser une... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 31 mai 2010

VAS Y LEON, RELEVE-TOI !

L'avenir nous appartient. Une histoire du Front Populaire. Michel Marguairaz et Danielle Tartakowsky (2006)Le 4 juin 1936, Léon Blum est nommé Président du Conseil par le Président de la République Albert Lebrun. Après des élections brillamment remportées par l'alliance dite de Front Populaire regroupant le Parti Communiste Français (PCF), les socialistes de la Section Française de l'Internationale Ouvrière (SFIO) et ceux du Parti Radical Socialiste (Rad-Soc), l'action se met en marche. Le 21 juin 1937, Léon Blum remet sa démission au... [Lire la suite]
jeudi 27 mai 2010

IL FAUDRA BIEN UN JOUR QUE TU QUITTES L'ADOLESCENCE.

Fanfan  / Quinze ans après - Alexandre Jardin (1990 / 2010) "Il faut oublier le conditionnel." 1990. Alexandre Crusoë entame ses vingt ans en projetant un mariage avec Laure de Chantebise, sa petite amie depuis plusieurs années. Mais un jour, le hasard place sur sa route Françoise Sauvage dite Fanfan. Aussitôt, le jeune homme est ébloui par sa beauté, son charme et sa liberté mais Alexandre n'a qu'une peur: vivre avec Fanfan une passion consumante qui se terminera en poisseuse routine (sur le modèle de la famille... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,