mercredi 21 avril 2010

LE JOUR OU JE NE TE PARLERAI PLUS

Je l'aimais. Je ne savais pas pourquoi, pourquoi lui, pourquoi si vite, pourquoi si violemment, mais je l'aimais. Il avait suffi d'une nuit pour que ma vie ressemble à cette fameuse pomme si ronde et pleine et pour que, lui parti, je ne me sente plus que la moitié de la pomme, fraîchement tranchée, vulnérable à tout ce qui viendrait de lui et à rien d'autre. J'avais basculé d'un coup du royaume de la solitude  dans celui de l'amour et je trouvais curieux d'avoir le même visage, le même nom, le même âge. Je n'avais jamais très... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 17 avril 2010

LE CORPS DOMPTE

La compréhension profonde du paradoxe du corps permet de réconcilier les deux propos apparemment contradictioire de Nietzsche et de François d'Assises. Le premier disait à peu près cela dans le Zarathoustra: "il y a plus de sagesse dans votre corps que dans votre raison" et le second considérait qu'il fallait traiter son corps comme "Frère l'âne". La sagesse qui monte du corps ne peut exister que parce que le corps est conscient. De même, quand l'âne est bien monté, son énergie est orientée par une conscience. Dans... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 13 avril 2010

LES GENIES NE SE BALADENT PAS PIEDS NUS ! ET SAGAN ?

Le cinéma français connaît quelques triologies (la plus fameuse, la "marseillaise" de Pagnol, la burlesque "septième compagnie" de Lamoureux, les "Ripoux", les "bronzés"...) mais il en est une assez inconnue. Plus exactement, chacun des films qui la composent est célèbre, mais peu de personne savent qu'il s'agit d'une trilogie exposant le parcours d'un même homme.Dans la tradition du polar français, l'écrivain Albert Simonin a produit dans les années 1950 trois romans autour de Max dit le menteur, héros du Milieu parisien, bandit... [Lire la suite]
vendredi 9 avril 2010

SOBRE FEROCITE

Le vin de Paris - Marcel Aymé (1947) Recueil de nouvelles de Marcel Aymé, Le vin de Paris est surtout un condensé d'amertume et d'acidité envers les contemporains d'un écrivain qui a connu l'Occupation et la bassesse humaine. Ce recueil comprend ainsi la très célèbre Traversée de Paris adaptée au cinéma, flanquée de sept autres recits, tous d'une grand qualité littéraire, mêlant humour - parfois absurde - et coups de griffe. Si la première nouvelle, L'indifférent, dresse le terne portrait d'un homme revenu de tout et surtout de... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 5 avril 2010

TERRE ET ESPRIT

Le paradoxe de la conscience et du corps est celui-ci: il faut que la conscience descende dans le corps pour pouvoir comprendre comment elle y est attachée; après seulement, elle peut penser sérieusement à s'en détacher. A ce moment-là, la désidentification n'est pas un affaiblissement, mais un renoncement, car il permet de s'identifier au Soi, à sa vraie nature (...) Il faut tenir le juste milieu entre l'écoute et le maîtrise du corps: si on n'a que la maîtrise sans l'écoute, on tombe dans la moralisation pure et dans le refoulement.... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 2 avril 2010

MERE ET FILS

Tarnation - Jonathan Caouette (2003), avec Jonathan Caouette, Renée LeBlanc, David Sanin Paz, Rosemary Davis, Adolph David...Jonathan a 31 ans. Depuis qu'il a 11 ans, il filme. Il filme les événements familiaux, il filme la vie de tous les jours, et surtout il tient un journal intime sur pellicule, s'exposant à sa caméra, se livrant, s'adonnant parfois  à des mises en scènes enfantines loin d'être innocentes, expliquant surtout le trouble qui le frappe quotidiennement. Jonathan a 31 ans, il refait le montage de sa vie, à travers... [Lire la suite]

mardi 30 mars 2010

BURNING WAVES OF ECSTASY

Une enfant du siècle - Alizée (2010) Dix ans après le succès (énorme) de Moi... Lolita, Alizée revient cette semaine avec un nouvel opus - le quatrième - qui se veut inspiré des plus belles heures de l'electro eighties. Surfant sur le succès du revival bobo qui fait de Lio une icône télévisuelle et une égérie de la pop-bontempi, les producteurs de la jeune fille ont décidé, à sa demande, de briser l'image de petite protégée de Mylène Farmer. Contrat rempli! En 2000, Alizée déboule avec des mélodies sucrées et les allures... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 28 mars 2010

PENSEE D'HIVER

Supporter le discours des bien-pensants n'est déjà pas facile, mais cela devient intolérable quand on découvre l'ampleur de la haine dissimulée derrière ce catéchisme.Amélie Nothomb, Le voyage d'hiver (2009)Illustration: Giuseppe Arcimboldo, l'Eté (1563), Paris, musée du Louvre
Posté par DISJECTA à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 24 mars 2010

NOM DE NOM DE NOM DE...

Le diable et les dix commandements - Julien Duvivier (1962), avec Michel Simon (Jérôme Chambard), Lucien Baroux (Monseigneur Hector Trousselier), Micheline Presle (Micheline Allan), Françoise Arnoult (Françoise Beaufort), Mel Ferrer (Philipp Allan), Claude Dauphin (Georges Beaufort), Charles Aznavour (Denis Mayeux), Lino Ventura (Garigny), Maurice Biraud (Louis, l'inspecteur de police), Fernandel (Dieu), Alain Delon (Pierre Messager), Danielle Darrieux (Clarisse Ardant), Madeleine Robinsson (Germaine Messager), Georges Wilson (Marcel... [Lire la suite]
samedi 20 mars 2010

LE VENDEUR DE QUEUE

Hotel de dream - Edmund White (2007)"Comme je voudrais que Cora cesse de parler de ma santé! Ca porte la poisse. Ce n'est pas que je m'inquiète de ce qui peut m'arriver. Je n'ai jamais souhaité vivre au-delà de trente ans - mais cet âge, je ne l'aurai que dans deux ans... Keats et Byron sont partis tôt."Angleterre, 1900. L'écrivain américain Stephen Crane se meurt de la tuberculose. Sa compagne, Cora, ancienne tenancière de l'hôtel de Dream, a décidé de l'accompagner dans son dernier voyage, vers un climat plus propice, Badenweiler en... [Lire la suite]