mercredi 10 janvier 2018

L'ANGE ET LE FANTÔME

Le livre blanc (et autres textes) - Jean Cocteau / édition de Bernard Benech (1928 pour le texte principal) 1927: Jean Cocteau a triomphé avec Orphée et se guérit peu à peu de la mort de son amant, Raymond Radiguet. Alors qu'André Gide a publié en 1924 un essai philosophique sur la pédérastie et l'homosexualité (Corydon), Cocteau entreprend de raconter, sous une forme poétique, ses amours masculines, et en particilier Jean Desbordes ainsi que ses passions pour les marins de Toulon. Mais c'est surtout le personnage de collège, l'élève... [Lire la suite]

mercredi 3 janvier 2018

METAMORPHOSE

On ne reçoit pas la sagesse, il faut la découvrir soi-même après un trajet que personne ne peut faire pour nous, ne peut vous épargner, car elle est un point de vue sur les choses. Les vies que vous admirez, les attitudes que vous trouvez nobles n'ont pas été disposées par le père de famille ou par le précepteur, elles ont été précédées de débuts bien différents, ayant été influencées par ce qui régnait autour d'elles de mal ou de banalité. Elles représentent un combat et une victoire. Je comprends que l'image de ce que vous avons... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 27 décembre 2017

POUR LES APPARENCES

La comtesse de Hong Kong - Charles Chaplin (1967), avec Sophia Loren (Comtesse Natasha Alexandroff), Malon Brando (Ogden Mears), Tippi Hedren (Martha Mears), Sydney Chaplin (Harvey Crothers), Patrick Cargill (Hudson), Margaret Rutherford (Miss Gaulswallow), Angela Scoular (Une mondaine), John Paul (Le commandant du navire), Géraldine Chaplin (Une danseuse), Oliver Johnston (Clark, un ami des Mears), Angela Pringle (La baronne Kovanotchi), Jenny Bridges (La comtesse Okinov),  Josephine Chaplin (Une jeune danseuse), Victoria... [Lire la suite]
mercredi 20 décembre 2017

FANTOMAS JUSTICIER

Judex - Georges Franju (1963), avec Channing Pollock (Judex), Francine Bergé (Marie / Diana Monti), Edith Scob (Jacqueline Bontemps, née Favraux), Théo Sarapo (Morales), Jacques Jouanneau (Détective Alfred Cocantin), Michel Vitold (Favraux père), René Génin (Pierre Kerjean), Sylvia Koscina (Daisy), Max Montavon (Le domestique chez Cocantin)... Dans la France de 1914, le banquier Favraux reçoit une lettre de chantage signée Judex: spéculateur, manipulateur et homme sans scrupule, Favraux est accusé d'avoir, entre... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 13 décembre 2017

IL FAUT SAVOIR SE RESIGNER

La trilogie marseillaise: Marius, Fanny, César - Alexander Corda (1931), Marc Allégret (1932), Marcel Pagnol (1936), avec Raimu (César Ollivier, bistrotier sur le port de Marseille), Orane Demazis (Fanny Cabanis, marchande de coquillages), Pierre Fresnay (Marius Ollivier, le fils de César), Fernand Charpin (Honoré Panisse, maître voilier), Alida Rouffe (Honorine Cabanis, la mère de Fanny), André Fouché (Césariot Panisse, le fils de Fanny, 1936), Paul Dulac (Félix Escartefigue, chauffeur de ferry, 1931 et 1936), Auguste Mourriès... [Lire la suite]
mercredi 6 décembre 2017

VOUS AIMEZ LE CANARD FARCI ?

Le 7e commandement - Raymond Bernard (1957), avec Edwige Feuillère (Nadia Vronskaïa), Jacques Dumesnil (Gilbert Odet), Jacques Morel (Pilou), Maurice Taynac (Labaroche), Jeanne Fusier-Gir (Tante Emilia), Micheline Dax (La remplaçante sans conversation), Jean Lefebvre (Edouard), Jean Nergal (Van Roosebeck), Paul Faivre (Le jardinier de Gilbert), Henri Virlojeux (Un garçon d'étage), Jackie Sardou (La domestique de Gilbert), Bernard Musson (Le receptionniste de l'hôtel), Max Montavon (Le garçon d'étage avec Van Roosebeck)... "Quand... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 29 novembre 2017

MEANWHILE

Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie. Par-delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 22 novembre 2017

L'OCCASION POUR LES PRISONNIERS DE SE RACHETER

Hippocrate aux enfers. Les médecins des camps de la mort - Michel Cymès (2015) "On a jugé regrettable de ne pouvoir faire des expériences sur du matériel humain car, ces expériences étant très dangereuses, personne n'est volontaire. C'est pourquoi je pose la question capitale: pouvez-vous mettre à notre disposition deux ou trois criminels professionnels, à des fins expérimentales?" (Lettre de Sigmund Rasher, médecin du camp de Dachau, au Reichsführer Heinrich Himmler, le 15 mai 1941) Médecin reconverti en animateur de télévision,... [Lire la suite]
mercredi 15 novembre 2017

ENSUITE, IL NE S'EST PLUS RIEN PASSE*

A la recherche du temps perdu. / VII. Le temps retrouvé - Marcel Proust (1927) "Ils n'étaient pas des vieillards, mais des jeunes gens de dix-huit ans extrêmement fanés." Paris, de 1916 à 1919. Après avoir essuyé de longs ennuis de santé qui l'ont contraint à plusieurs séjours en maison de soins, le narrateur, au bord de la trentaine, retrouve le petit monde de la Princesse de Guermantes et de Mme Verdurin. La guerre mondiale est venue téléscoper les trajectoires, déjà chaotiques, de ce microcosme d'insectes à part:... [Lire la suite]
mercredi 8 novembre 2017

SOUVENIRS DE MA VIE MORTE

Charles Demailly - Emond et Jules de Goncourt (1860) "Vous êtes un livre vendu; il faut maintenant que vous soyez un livre coupé... et puis - il y a des mondes entre tout cela - un livre lu!" Paris, dans les début du règne de Napoléon III. Charles Demailly travaille pour le Petit Journal, organe indépendant qui s'affranchit de politique pour critiquer les nouveautés, les arts ainsi que la société elle-même. Moqué amicalement voire jalousé par ses camarades de travail, Demailly a une ambition: être un grand écrivain. D'abord affairé... [Lire la suite]