samedi 28 avril 2012

LES NOUVEAUX OLYMPIENS

C'est pourtant au cinéma qu'il revient de magnifier tous ces élans de la culture de masse [des années 1930]. Il connaît alors un âge d'or, impose une école française qui, de Carné à Duvivier et de Renoir à Grémillon, transfigure les Français croqués au vif de leurs désirs et de leurs drames. (...) Il écarte tous ses concurrents, théâtre, music-hall, concert, cabarets: à Paris, ses entrées font 31% du total des recettes des spectacles en 1925, 64% en 1932, 72% en 1939. (...) Le public des années trente, lui, ne lisait pas un film... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 24 avril 2012

A LA FAVEUR D'APOLLON

Le bonheur, c'est d'avoir été jeune l'espace d'un soir, une fois pour toutes, et pour toujours, à la condition de s'en être aperçu. On est dieu en cet instant. Mais il est un autre bonheur, c'est de pas être un dieu seulement, mais d'avoir eu le pouvoir de faire en dehors de soi un dieu de quelqu'un. (...) Nous avons fait un bien étrange rêve - de ceux que peu de gens sont dignes de connaître. Il y a eu tout ce malheur que j'ai traversé et qui se termine par la grâce, cette grâce qui fait que vous fassiez partie de moi. Marcel... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 20 avril 2012

DELIVREZ-NOUS DU MAL

La ligne de démarcation – Claude Chabrol (1966), avec Jean Seberg (Mary de Damville), Maurice Ronet (Pierre de Damville), Daniel Gélin (Docteur Lafaye, chirurgien), Jean Yanne (Monsieur Tricot, instituteur), Jacques Perrin (Michel, un français parachuté), Mario David (Urbain, le garde-chasse), Noël Roquevert (Ugène Ménétru, cafetier), Stéphane Audran (Madame Lafaye), René Havard (Loiseau, interprète à la Kommandantur), Roger Dumas (Le Chéti, passeur), Reinhardt Kolldehoff (Major Von Pritsch), Claude Léveillée (Major Presgrave),... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 15 avril 2012

LES HABITANTS DU PLACARD

Le cercle rouge  - Jean-Pierre Melville (1970), avec André Bourvil (Comissaire Mattéi), Alain Delon (Corey), Yves Montand (Jansen), Gian Maria Volonte (Vogel), François Perrier (Santi), Paul Crauchet (le recéleur)... "Les hommes sont tous coupables, il n'y a pas d'innocents. Même les policiers? Tous." France, 1970. Le commissaire Mattéi escorte le repris de justice Vogel dans le train qui le conduit vers Paris. Mais celui-ci parvient à lui fausser compagnie à la première occasion. En fuite, il tombe sur Corey, un ex... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 10 avril 2012

MON ENFER DELECTABLE

Je dirai qu'il y a un mystère entre J. St. et moi. Je ne peux pas dire que j'aime cet homme ni qu'il m'aime. C'est autre chose, mais quelle gageure! Nous sommes liés. Ce que chacun va demander aux spectacles ou cherche dans ses lectures: ce qui manque à sa propre vie pour qu'elle soit digne d'être contée. Ce que j'ai désiré seulement peut-être: d'être ému. Avec la certitude d'être aimé, si peu que ce soit, l'absence est mille fois préférable à la présence dans le doute. Ne sais-je pas que, même dans les bras d'un autre, ce ne sont... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 5 avril 2012

MADAME FAIT PARTIE DU LOT

Gas-Oil - Gilles Grangier (1955), avec Jean Gabin (Jean Chappe), Jeanne Moreau (Alice), Ginette Leclerc (Mme Scoppo), Marcel Bozuffi (Pierrot Ragondin), Roger Hanin (René Schwob), Henri Crémieux (le juge d’instruction), Robert Dalban (Félix), Gabby Basset (Mme Serin), Jean Lefebvre (le chauffeur de l’autocar), Jacques Marin (un gendarme), Marcel Perès (le barbier)…"La route ça creuse, c’est comme l’amour"… Jean Chappe est un paisible chauffeur routier du Puy-de-Dôme. Il réalise de nombreux voyages en région parisienne, amoureux de la... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

dimanche 1 avril 2012

RE-INVENTION ?

MDNA - Madonna (2012) Un nouvel album de Madonna est toujours un événement attendu, par ses fans bien entendu, par la critique plus que jamais car rarement la chanteuse qui affiche bientôt 30 ans de carrière a fait le bonheur des spécialistes de la chose. Douzième opus de la chanteuse mégastar (la seule survivante de la vague pop&rock américaine des années 1980), MDNA s'annonçait comme un album fignolé et surtout novateur puisque l'artiste avait délaissé le très populaire Stuart Price pour retrouver William Orbit... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 31 mars 2012

LIAISON

Les funérailles d'Adonis - Marcel Jouhandeau (1948) "De bonne heure, je gagnais la collégiale Saint-Pierre et Saint-Paul où les hobereaux arrivaient de tous les points de la province. (...) la plupart des assistants n'avaient cédé en vérité qu'à un profond désir de humer un secret, sans que personne eût osé l'avouer à son voisin ni chacun tout à fait à soi-même. Il fallait voir de ses yeux une fois au moins ce Prince noir, dont on ne savait rien, ce fils prodigue dont le retour, après une éclipse de près d'un demi-siècle, avait... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 28 mars 2012

LES ERRANCES DE TOUS

Carrefour - Kurt Bernhardt (1937), avec Charles Vanel (Roger de Vétheuil), Jules Berry (Lucien Sarrou), Suzy Prim (Michèle Allain), Tania Fedor (Anna de Vétheuil), Marcelle Géniat (Mme Pelletier), Jean Tissier (L’employé de l’agence), Marcel Pérès (L’huissier au tribunal)…Paris, 1937. Roger de Vétheuil est un riche industriel qui a pignon sur rue. Mais une campagne de presse le tourmente, on l’accuse d’être en fait Jean Pelletier, un repris de justice qui aurait usurpé l’identité du véritable Vétheuil, tué au combat en 1917. Décidé à... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 25 mars 2012

UNE LECON

Je n'ai pu demeurer loin de toi pour ta fête.Avant-hier je t'ai dit: "Adieu. Séparons-nous.Mon amour est trop grand. Ce n'est qu'une amusettePour toi, je le sens bien quoi que mon coeur soit fou."     J'ai pleuré, j'ai traîné deux nuits mon impostureEn suppliant le ciel de casser ma fureur.Ta gentillesse au fond de ma détresse dure.Mon oreille n'entend qu'un nom, qu'une rumeur.    "C'est fini? Au revoir!" Désinvolte, tu siffles.Ta richesse m'accable et ta gaieté me gifle.Dans l'exil des néons ton ombre me... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,