mardi 21 février 2012

DIX-NEUF ANS

Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous! Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 17 février 2012

VENGEANCE, AMOUR, VENGEANCE

Egisto - musique de Francesco cavalli, livret de Giovanni Faustini (1643), mise en scène de Benjamin Lazar, direction musicale Vincent Dumestre, avec Claire Lefilliâtre (Clori), Marc Mauillon (Egisto), Anders Dahlin (Lidio), Isabelle Druet (Climène), Cyril Auvity (Hipparco), Ana Quintans (L'aurore / Vénus), Luciana Mancini (Didon / La volupté), Serge Goubioud (La nuit / Déma), David Tricou (Apollon), l'orchestre du Poème Harmonique... Dans la campagne de l'île ionienne de Zacintho, la Nuit fait place à l'Aurore qui révèle deux... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 14 février 2012

UNE ROULURE

[Irma Bécot] était fille d’un épicier de la rue Montorgueil. Très instruite d’ailleurs, histoire sainte, calcul, orthographe, car elle avait suivi jusqu’à seize ans les cours d’une école du voisinage. Elle faisait ses devoirs entre deux sacs de lentilles et elle achevait son éducation, de plain-pied avec la rue, vivant sur le trottoir, au milieu des bousculades, apprenant la vie dans les continuels commérages des cuisinières en cheveux, qui déshabillaient les abominations du quartier, pendant qu’on leur pesait cinq sous de gruyère. ... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 11 février 2012

LA LIBERTE DE CONQUERIR L'IMPOSSIBLE

Ludwig ou le crépuscule des dieux – Luchino Visconti (1972) avec Helmut Berger (Ludwig von Wittelsbach, Roi de Bavière), Romy Schneider (Elisabeth von Wittelsbach, Impératrice d’Autriche), Trevor Howard (Richard Wagner), John Moulder-Brown (Othon von Wittelsbach, Prince de Bavière), Gert Fröbe (Père Hoffmann), Umberto Orsini (Conte von Holstein), Helmut Griem (Capitaine Duerckheim)…Royaume de Bavière, 1864. Le jeune Ludwig, 18 ans, devient Roi sous les yeux ébahis de son jeune frère, Othon, 16 ans. Devant le nouveau souverain,... [Lire la suite]
samedi 4 février 2012

LA SUFFISANCE A SOI

Le bonheur sera cet état dans lequel nous ne sommes plus dépendant du besoin, car nous nous rendons maîtres de cettte dépendance (circonscrite aux besoins nécessaires), et c'est nous-mêmes qui pouvons nous en libérer. Ainsi le besoin est réduit, et plutôt qu'avoir besoin des plaisirs, désormais il s'agit pour nous d'user des plaisirs; cela ne signifie pas que tout besoin est définitivement supprimé, que le sage ne souffre absolument plus, s'il est vrai qu'en tant que vivant nous restons soumis à des besoins essentiels. (...) Ce... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 28 janvier 2012

LE DEVOIR, C'EST LE DEVOIR

La grande illusion – Jean Renoir (1937), avec Jean Gabin (Lieutenant Maréchal), Pierre Fresnay (Capitaine De Boëldieu), Marcel Dalio (Lieutenant Rosenthal), Eric Von Stroheim (Commandant Von Rauffenstein), Dita Parlo (Elsa), Julien Carette (Cartier), Jacques Becker (l’officier anglais qui piétine sa montre)…"La peinture de ce milieu me permettait d'insister sur une théorie qui m'a toujours été chère, que les hommes ne se divisent pas en nations mais peut-être en catégories de travail. C'est ce que l'on FAIT qui est notre véritable... [Lire la suite]

samedi 21 janvier 2012

IL LE FAUT

Ascenseur pour l'échafaud - Louis Malle (1958), avec Jeanne Moreau (Florence Carala), Maurice Ronet (Julien Tavernier), Georges Poujouly (Louis), Yori Bertin (Véronique), Lino Ventura (Le commissaire Cherrier), Jean Wall (Simon Carala), Hubert Deschamps (Le substitut), Charles Denner (L'inspecteur), Jean-Claude Brialy (un client)... Paris, rive gauche. Florence Carala téléphone à l'homme qu'elle aime, Julien Tavernier, ancien de l'Indochine. Passionnément amoureuse, Florence, fiévreuse, attend que son amant réalise le crime parfait,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
samedi 14 janvier 2012

PAS DE PITIE POUR LES GRUES

Minuit... quai de Bercy - Christian Stengel (1953), avec Madeleine Robinson (Irène Cazenave), Erich Von Stroheim (Professeur Kiefer), Francis Blanche (M. Boulay, épicier), Mary Marquet (Mme Vignot, habitante de l'immeuble), Germaine Reuver (Mlle Gauthier), Rosy Varte (Ginette Boulay), Louis Seigner (Stéphane Andrieux), Lysiane Rey (Madame Mado, la concierge), Philippe Lemaire (Luc Genevois), Georgette Anys (Madame Soriano, une cliente du masseur), Jean Carmet (Merle, l'adjoint de l'inspecteur)... Au 8 avenue Rimbaud, une ténébreuse... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 7 janvier 2012

LAMENTABLE BANQUEROUTE D'UNE VIE

L'oeuvre - Emile Zola (1886) "C'est un roman où mes souvenirs et mon coeur ont débordé." Claude Lantier est jeune homme vigoureux, beau et plein de vie. Fils de Gervaise Macquart (voir L'Assomoir; par conséquent Claude est le neveu de Jean Macquart de La Terre), il a grandi à Plassans où ses talents artistiques ont été reconnus et entretenus. Installé à Paris, il est peintre et cherche à produire une oeuvre majeure qui sera non seulement l'expression de son génie novateur, mais aussi une conception moderne, nouvelle et originale qui... [Lire la suite]
vendredi 30 décembre 2011

BARNUM AQUARIUM

Jamais les gens n'avaient été plus laids ni plus drôles. Celui-là avec son grand pinceau pisseux de moustache, un petit ventre, un gilet à carreaux, de longues jambes, et une peau de caoutchouc flasque sous le panama. L'autre, un court, à la barbe en bourre à matelas, le nez pâle, un navet, et des anses dans un veston à petit damier. Les deux dames sèches comme du crottin sur lequel on aurait mis des plumes. Toute une famille en rang d'oignons, des yeux de crapaux à toutes les tailles, du veston fatigué du père aux marins à col bleu... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :