lundi 11 juin 2012

ELLE EST FORTE... CELLE LA!

Le gendarme... - suite cinématographique de Jean Girault (1964-1982), avec Louis de Funès (Maréchal des Logis-Chef Ludovic Cruchot), Geneviève Grad (Nicole Cruchot 1964-1968), Claude Gensac (Josépha Lefrançois 1968, puis Josépha Cruchot 1970 et 1982), Maria Mauban (Josépha Cruchot 1979), Michel Galabru (Adjudant Alphonse Gerbert 1964 et 1982, Jérôme Gerbert 1965-1979), Jean Lefebvre (Lucien Fougasse 1964-1970), Christian Marin (Albert Merlot 1964-1970), Guy Grosso (Gaston Tricard 1964-1970), Michel Modo (Jules Berlicot... [Lire la suite]

vendredi 8 juin 2012

L'ASTRE DES ROIS

Louis, enfant roi - Roger Planchon (1993), avec Carmen Maura (Anne d'Autriche), Maxime Mansion (Louis XIV), Paolo Graziosi (Mazarin), Jocelyn Quivryn (Philippe d'Anjou), Hervé Briaux (Gaston d'Orléans), Serge Dupire (Le Prince de Condé), Régis Royer (Le Prince de Conti), Michèle Laroque (La Duchesse de Longueville), Aurélien Recoing (Jean-François de Gondi, Cardinal de Retz), Isabelle Gélinas (La Duchesse de Châtillon), Brigitte Catillon (La Duchesse de Chevreuse), Irina Dalle (Anne d'Orléans dite La Grande Mademoiselle), Carlo Brandt... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 juin 2012

INVISIBLE VIBRATION

La nature est une grande artiste inégale. Il y a des milliers, des millions de corps qu'elle semble à peine dégrossir, qu'elle jette à la vie à demi façonnés, et qui paraissent porter la marque de la vulgarité, de la hâte, de la négligence, d'une création productive etnd'une fabrication banale. De lâ pâte humaine, on dirait qu'elle tire, comme un ouvrier écrasé de travail, des peuples de laideur, des multiples de vivant ébauchés, manqués, des espèces d'image à la grosse de l'homme et de la femme. Puis de temps en temps, au milieu de... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 30 mai 2012

UN JOUR J'AIMERAI LES ANEMONES

Un revenant - Christian-Jacque (1946), avec Louis Jouvet (Jean-Jacques Sauvage), Gaby Morlay (Geneviève Gonin), François Perier (François Nisard), Louis Seigner (Edmond Gonin), Jean Brochard (Jérôme Nisard), Ludmila Tcherina (Karina, la danseuse), Marguerite Moreno (La tante Jeanne Nisard), Arthur Honegger (lui-même)... A Lyon, l'entreprise de soierie Nisard-Gonin connaît quelques difficultés financières. Heureusement, le conseil de famille décide de marier le jeune François à un jeune laideron dont la dot devrait renflouer les... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 25 mai 2012

THE BODY ELECTRIC

Fame - Alan Parker (1980), avec Irène Cara (Coco Hernandez), Gene Anthony Ray (Leroy Johnson), Lee Curreri (Bruno Martelli), Paul MacCrane (Montgomery MacNeil), Moreen Teefy (Doris Finsecker), Barry Miller (Raul Garcia, dit Ralph Garcey), Albert Hague (Benjamin Schorofsky), Debbie Allen (Lydia Grant), Anne Meara (Elisabeth Sherwood)... New-York, à la fin des années 1970. A la Fiorello H. Laguardia High School of Music and Art and Performing arts, c'est le jour du concours d'entrée. Ils sont des centaines à tenter leur... [Lire la suite]
dimanche 20 mai 2012

SATURNALE IVRESSE

Christine et Claude, à tâtons, avaient roulé en travers du lit. Ce fut une rage, jamais ils n’avaient connu un emportement pareil, même aux premiers jours de leur liaison. Tout ce passé leur remontait au cœur, mais dans un renouveau aigu qui les grisait d’une ivresse délirante. L’obscurité flambait autour d’eux, ils s’en allaient sur des ailes de flamme, très haut, hors du monde, à grands coups réguliers, continus, toujours plus haut. Lui-même poussait des cris, loin de sa misère, oubliant, renaissait à une vie de félicité. Elle le... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 15 mai 2012

LA VIE N'A DE GRANDEUR QUE CELLE DE NOS SENTIMENTS

Du pur amour - Marcel Jouhandeau (1955? 1969 ?) "Après ce qui s'est passé la nuit dernière, où en est ton coeur? Nous avons un moment été si près l'un de l'autre que je ne peux plus m'imaginer sans toi?" Déjà âgé et marié à Elise, Marcel Jouhandeau fait la connaissance d'un jeune homme d'environ vingt ans, Robert, qui lui est présenté par l'écrivain et poète Henri Rode. Ce recueil, mi-journal mi-compilation d'aphorismes sur l'amour et la passion, est le récit de sa relation avec Robert. "La passion a cela d'étrange qu'elle vous... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 10 mai 2012

BONHEUR ET JOUISSANCE

Lorsque nous disons que le plaisir est la fin, nous ne voulons pas parler des plaisir des gens dissolus ni des plaisirs qui se trouvent dans la jouissance, comme le croient certains qui, par ignorance, sont en désaccord avec nous ou font à nos propos un mauvais accueil, mais de l'absence de douleur en son corps, et de trouble en son âme. Car ce ne sont pas les banquets et les fêtes ininterrompus, ni les jouissances que l'on trouve avec des garçons et des femmes, pas plus que les poissons et toutes les autres nourritures que porte une... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 6 mai 2012

N'AYONS PAS PEUR DES MOTS

Une histoire d’amour – Guy Lefranc (1951), avec Louis Jouvet (Inspecteur Ernest Plonche), Dany Robin (Catherine Mareuil), Daniel Gelin (Jean Bompart), Yolande Laffon (Mme Mareuil), Georges Chamarat (Auguste Bompart), Renée Passeur (Léa), Catherine Erard (Odile)…"A vingt ans, quand on joue à la grande aventure, on a forcement quelques petites émotions, c'est naturel. Ils s'amusaient comme ils s'aimaient, sans regarder leur montre. Ils avaient l'éternité devant eux. A cet âge, l'éternité, c'est l'affaire de quelques minutes."Paris,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 2 mai 2012

UNE INNOCENCE DE FILLE AU BERCEAU

La conquête de Plassans - Emile Zola (1874) "L'abbé Faujas tendit les bras d'un air de défi ironique, comme s'il voulait prendre Plassans pour l'étouffer d'un effort contre sa poitrine robuste. Il murmura: - Et ces imbéciles qui souriaient, ce soir, en me voyant traverser leurs rues!" Plassans, début du Second Empire. Petite ville de province gagnée au coup d'Etat bonapartiste grâce aux intrigues de la famille Rougon (voir La fortune des Rougon, ici), Plassans n'est pas bien vue par le Gouvernement depuis qu'elle a envoyé à la... [Lire la suite]