jeudi 16 mai 2013

JE PENSAIS A AUTRE CHOSE

L'herbe rouge - Boris Vian (1950) "Et d'abord ils accoururent en hordes inorganisées comme un grand incendie d'odeurs, de lumière et de murmures." Wolf est un inventeur. Il a mis au point une machine dans laquelle on peut redécouvrir ses souvenirs, même les plus traumatisants. Avec cette machine, il y a un gros avantage à ce voyage intérieur: dès que l'on quitte la cabine de l'appareil, on oublie tout. Pour cette opération, Wolf est assisté de Lazuli, un homme plutôt calme qui est amoureux de la belle Folavril. Seulement, depuis... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 13 mai 2013

LE TRIOMPHE DE LA SUBVERSION

Le gentleman d’Epsom – Gilles Grangier (1962), avec Jean Gabin (Richard Briand-Charmery dit "Le Commandant"), Madeleine Robinson (Maud), Jean Lefebvre (Charly, écumeur de champs de courses), Louis de Funès (Gaspard Ripeux, le restaurateur), Paul Frankeur (Arthur, le croupier), Franck Villard (Lucien, le tenancier), Marie-Hélène Dasté (Tante Berthe), Paul Mercey (Oscar Robineau), Jacques Marin (Raoul, le boucher), Léonce Corne (Freedman), Léon Zitrone (lui-même), Raymond Oliver (lui-même), Catherine Langeais (elle-même)… "Le cheval... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
jeudi 9 mai 2013

DIRECT ET PIROUETTES

5  - Alizée (2013) Annoncé à grand renfort de com, le dernier album de la chanteuse Alizée a été présenté comme d'inspiration yéyé, donc sixties. Certains sont allés jusqu'à dire que l'ensemble serait un hommage rendu à France Gall, Brigitte Bardot et même François Hardy, à l'époque de leur splendeur musicale... c'est à dire les années 1960... Passons sur cette affirmation qui induit qu'à partir de 1970, ces trois femmes n'ont plus eu aucun succès dans le monde du disque (c'est peut-être vrai pour Brigitte Bardot) et... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
lundi 6 mai 2013

GROGNARDS ET HUSSARDS

Le soufre et le moisi. La droite littéraire après 1945. Chardonne, Morand et les hussards. - François Dufay (2006) "Ce qui va commencer n'est plus pour nous et il faut s'en réjouir ou du moins n'en pas souffrir, car ce sera le contraire de ce que nous avons aimé. Ce sera terrible, avec pour seule beauté l'amplitude de la catastrophe et la hauteur de la vague qui va emporter bien d'autres choses que nous, bien d'autres choses que ce qu'emportent d'habitude les petits vagues de générations ou les ordinaires chapitres d'histoire. Nous... [Lire la suite]
vendredi 3 mai 2013

MORT AUX CONFRERES !

L'épuration des intellectuels - Pierre Assouline (1990) "Il s'agit de savoir si un écrivain est responsable de ses écrits au point de mériter de les payer de sa vie." Ainsi s'exprimait l'écrivain et Résistant Vercors quand en 1944-1945, la France entreprend d'épurer sa classe pensante, à savoir les intellectuels: journalistes, écrivains, éditorialistes, etc. A peine le territoire national commence-t-il a être libéré de l'occupation allemande, que les Français lavent leur linge sale en famille. L'histoire de l'Epuration regorge de... [Lire la suite]
mardi 30 avril 2013

IL NE ME FASCINE PLUS

Le voyage secret - Marcel Jouhandeau (1941, publié en 1988) "Du moment que j'ai mérité d'être écartelé, je me dois trouver bien content de n'être que malheureux." En 1941, Marcel Jouhandeau vit une grand passion amoureuse. Invité en voyage par cet homme qui le fascine au plus haut point, mais dont il ignore les véritables inclinations, il rédige un carnet de voyage où il évoque la douleur de cet amour secret et silencieux, sous le regard de compagnons de voyage qui se moquent de lui et d'un autre inconnu qui semble le séduire tout... [Lire la suite]

samedi 27 avril 2013

A QUOI SERT L'INTELLIGENCE ?

Le voyage d'automne. Octobre 1941, des écrivains français en Allemagne. - François Dufay (2008) "Au fond, se dit Jouhandeau, nous assistons à un drame. Le Reich est inquiet de son avenir. Il cherche à modifier son orientation et compte, pour frayer la voie à une renaissance spirituelle, sur la France, appellée à devenir l'institutrice de l'Europe! Ce voyage - c'est du moins ce qu'on fait comprendre aux écrivains - n'est rien d'autre que la première manifestation de cette nouvelle orientation. Les hésitations, les craintes, les... [Lire la suite]
mercredi 24 avril 2013

LA BRUTALITE ET LE SANG VERSE

La révolution fasciste. Vers une théorie générale du fascisme. - George Lachmann Mosse (2003) "Le fascisme fut lui-même une révolution; il s'empara du pouvoir en utilisant les méthodes du XXe siècle de mobilisation et de contrôle des masses et il remplaça les anciennes élites par de nouvelles." On a beaucoup et, parfois, tout dit sur le fascisme, cette expérience européenne de nouvel ordre humain, cette théorie politique qui, après le communisme, a marqué durablement l'histoire mondiale. Mais que sait-on vraiment, au-delà des... [Lire la suite]
dimanche 21 avril 2013

D'AUTRES LARMES EN PERSPECTIVE

Ô fins d'automne, hivers, printemps trempés de boue,Endormeuses saisons ! je vous aime et vous loueD'envelopper ainsi mon coeur et mon cerveauD'un linceul vaporeux et d'un vague tombeau. Dans cette grande plaine où l'autan froid se joue,Où par les longues nuits la girouette s'enroue,Mon âme mieux qu'au temps du tiède renouveauOuvrira largement ses ailes de corbeau. Rien n'est plus doux au coeur plein de choses funèbres,Et sur qui dès longtemps descendent les frimas,Ô blafardes saisons, reines de nos climats, Que l'aspect permanent... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 18 avril 2013

UN GRAND REPORTAGE SUR LA VIE HUMAINE

Brassaï. Paris. - Jean-Claude Gautrand (2008) "Brassaï est un oeil vivant", disait de lui l'écrivain Henry Miller. Né Gyula Halasz en Hongrie, Brassaï est de ces artistes dont tout le monde a déjà vu une oeuvre sans faire attention à l'auteur lui même. Tout le monde, ou peu s'en faut, aime Robert Doisneau, ses photos d'un Paris enchanteresses, sa vision carte postale d'une ville d'amour et d'extase... mais tout le monde, ou plutôt tous ceux qui ont vu Paris non pas avec l'oeil émerveillé du touriste que le patrimoine de la capitale... [Lire la suite]