lundi 17 juin 2013

ELLE ETAIT SI LAIDE

Ximénès Malinjoude / Le journal du coiffeur- contes et nouvelles de Marcel Jouhandeau (1927 / 1931) "Il faisait collection aussi de couteaux miniatures, de pistolets breloques, de fusées, que sa mère, à l'insu de Ximénès, mouillait par prudence, de dents humaines, de mèches de cheveux et de débris d'ongles. Colombine, sa poupée, avait un poignard à la ceinture! (...) A tous ceux qu'il approchait, Ximénès demandait un peu de leur substance et chacune de ces reliques était munie de son cercueil et de son étiquette, comme les cadavres... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 13 juin 2013

CA SENT SI BON LA FRANCE...

Les Français au quotidien. 1939-1949- Eric Alary, Bénédicte Vergez-Chaignon, Gilles Gauvin (2006) De la déclaration de guerre à l'Allemagne en septembre 1939, à la fin officielle du rationnement en 1949, la vie quoditienne des Français a été chamboulée, perturbée et même  révolutionnée, au point que la France n'arbore plus le même visage ni ne possède le même esprit après une décénie de privations et contraintes en tous genres. "Un ménage avec deux enfants âgés de 6 à 10 ans, dépense 1920 francs pour l'alimentation; si la femme... [Lire la suite]
lundi 10 juin 2013

UNE MINUTE ENTIERE DE FELICITE !

Les nuits blanches (souvenirs d'un rêveur) - Fédor Dostoïevski (1848) "Le ciel  était si étoilé, un ciel si lumineux, qu'à lever les yeux vers lui on devait malgré soi se demander: se peut-il que sous un pareil ciel vivent des hommes irrités et capricieux?" C'est l'histoire d'un homme de 26 ans. Jeune célibataire dans la Saint-Petersbourg impériale, fonctionnaire, il mène une vie calme et solitaire. Un soir qu'il se promène sur les bords de la Neva, il remarque une jeune fille de 17 ans, Nastenka. Aussitôt amoureux d'elle,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 6 juin 2013

LE MAUSOLEE DE DIEU

Monsieur Godeau intime - Marcel Jouhandeau (1926) "M. Godeau prendrait du Bien ce qu'il en pourrait supporter, ce qui était nécessaire pour qu'il évitât le Mal. M. Godeau prendrait du mal ce qu'il n'en pourrait éviter, ce qui était nécessaire pour qu'il supportêt le Bien. M. Godeau prendrait du Bien et du Mal ce qu'il en pourrait supporter, ce qui était nécessaire. Il transigerait avec le Bien et avec le Mal." Monsieur Godeau, catholique hanté par Dieu, semble vivre une existence tranquille dans une petite ville de province, entouré... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 3 juin 2013

MEMOIRE D'UN INSTANT

De toi la douce, et fraîche souvenance Du premier jour, qu’elle m’entra au cœur Avec ta haute, et humble contenance, Et ton regard d’Amour même vainqueur, Y dépeignit par si vive liqueur Ton effigie au vif tant ressemblante, Que depuis l’Âme étonnée, et tremblante De jour l’admire, et la prie sans cesse : Et sur la nuit tacite, et sommeillante, Quand tout repose, encor moins elle cesse.   Maurice Scève, Délie (1544)
jeudi 30 mai 2013

GENTLEMAN ET HARENG

Mélodie en sous-sol - Henri Verneuil (1963), avec Jean Gabin (Charles), Alain Delon (Francis Verlot), Maurice Biraud (Louis Naudin), Viviane Romance (Ginette), Henri Virlojeux (Mario), Jean Carmet (Un barman), Dominique Davray (Léone, la tenancière des bains), Dora Doll (Comtesse Doublianoff), Michel Magne (Le chef d'orchestre du Palm-Beach), Paul Mercey (Un cafetier), Carla Marlier (Brigitte), Les ballets de Ben Tyber... 1962 à Paris. Charles, paisible soixantenaire, sort tout juste de prison après une longue réclusion. Décidé à se... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

lundi 27 mai 2013

LA CINQUIEME SAISON

Le grand bain - Doriand (2004) Il en est parfois des albums musicaux comme de certains romans. On les redécouvre après quelques années, le temps sans doute d'une maturation, et on s'aperçoit qu'on était passé à côté de quelque chose lors de la première écoute, même si on avait beaucoup aimé l'ensemble. C'est à ce genre d'album qu'appartient Le grand bain, de Doriand. Doriand, à l'époque, a 32 ans. Il est alors assez peu connu du grand public, si ce n'est par son tube de 1996 Au diable le paradis et pour avoir écrit, en 2001, les... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 23 mai 2013

LA MORT QUI FAIT LE TROTTOIR

Tout ce qui ne me transporte pas me tue. Tout ce qui n'est pas l'amour se passe pour moi dans un autre monde, le monde des fantômes. Tout ce qui n'est pas l'amour se passe pour moi en rêve, et dans un rêve hideux. Entre une heure d'amour et une autre heure d'amour, je fais celui qui vit, je m'avance comme un spectre, si on ne me soutenais pas, je tomberais. Je ne redeviens un homme que lorsque des bras me serrent; lorsqu'ils me desserrent je me refais spectre à nouveau. (...) Ce n'est pas mon genre de vie qui me rend malheureux,... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 20 mai 2013

CETTE FOIRE AUX FESSES

Gay Paris. Une histoire du Paris interlope entre 1900 et 1940. - François Buot (2013) "Du moment que deux hommes s'aiment, je n'ai aucune objection morale à leurs rapports physiologiques." C'est ce que disait Raymond Queneau dans les années 1920, au sein du groupe des surréalistes. Dans ce Paris d'après guerre, après 4 ans de cruelles souffrances pour la France et pour l'Europe, la société veut se libérer de ses anciens carcans bourgeois et moraux. "Dans cette France de l'après-guerre, si libérale au niveau des lois, mais si... [Lire la suite]
jeudi 16 mai 2013

JE PENSAIS A AUTRE CHOSE

L'herbe rouge - Boris Vian (1950) "Et d'abord ils accoururent en hordes inorganisées comme un grand incendie d'odeurs, de lumière et de murmures." Wolf est un inventeur. Il a mis au point une machine dans laquelle on peut redécouvrir ses souvenirs, même les plus traumatisants. Avec cette machine, il y a un gros avantage à ce voyage intérieur: dès que l'on quitte la cabine de l'appareil, on oublie tout. Pour cette opération, Wolf est assisté de Lazuli, un homme plutôt calme qui est amoureux de la belle Folavril. Seulement, depuis... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,