jeudi 29 mai 2014

UNE BONNE NATURE

Quelqu'un qui a une culture trouve toujours dans le passé de quoi le consoler de ses embêtements, ou du moins les alléger. Il pleut? Les samouraïs vivaient sous la pluie. Il neige? Les hidalgos castillans vivaient sous la neige. On crève de chaud? Le sultan je ne sais plus quoi avait un esclave chargé spécialement de lui éventer les testicules. On chiale? Les chevaliers des chansons de geste sont tout le temps à chialer. On dort mal? Auguste. Des rhumatismes? Hadrien. Une épouse impossible? Socrate. Des serviteurs impossibles?... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 26 mai 2014

J'AI EPOUSE LE NEANT

Les Térébinthe - Marcel Jouhandeau (1926) "Joséphine Térébinthe partageait sa prime jeunesse entre Mlle Jacquemart, son confesseur et la mère. Mlle Jacquemart la voulait tout entières aux oeuvres, son confesseur toute à la dévotion, sa mère au ménage. (...) Joséphine confessa qu'elle préférait les Oeuvres à la dévotion et la dévotion à la charcuterie." A Chaminadour, les charcutiers Térébinthe ont deux enfants: Séraphin qui entre au Séminaire et Joséphine que son père destine à prendre sa suite après un bon mariage. Mais Joséphine... [Lire la suite]
jeudi 22 mai 2014

L'ATROCE CREATURE

La pharisienne - François Mauriac (1941) Au début du XXe siècle, le jeune Louis Pian, pensionnaire dans un collège catholique du bordelais, ne trouve pas de réconfort à la mort de sa mère et se console petitement dans les attentions de son surveillant, Monsieur Puybaraud, et dans l'admiration qu'il porte à un autre élève, Jean de Mirbel dont il veut devenir l'ami. Les vacances d'été sont pour Louis l'occasion d'affirmer cette amitié puisque Jean, rebelle et sauvage, est envoyé chez l'Abbé Calou qui a la réputation de savoir mater... [Lire la suite]
lundi 19 mai 2014

IMMOLATION DE SOI

Le culte des sens a souvent été décrié, et à juste titre: un instinct naturel inspire aux hommes la terreur de passions et de sensations qui leur semblent plus fortes qu'eux-même, et qu'ils ont conscience de partager avec les formes inférieures du monde organique. Mais Dorian Gray estimait que la vraie nature des sens n'avait jamais été bien comprise, qu'ils avaient gardé leur animalité sauvage uniquement parce qu'on avait voulu les soumettre par la famine ou les tuer à force de souffrance, au lieu de chercher à en faire des éléments... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 15 mai 2014

METRO BALARD

La passante du Sans-Souci – Jacques Rouffio (1982), avec Romy Schneider (Elsa Wiener / Lina Baumstein), Michel Piccoli (Max Baumstein), Gérard Klein (Maurice Bouillard), Wendelin Werner (Max Baumstein enfant), Dominique Labourier (Charlotte Maupas), Helmut Griem (Michel Wiener), Mathieu Carrière (Ruppert Von Legaart alias Frederico Lego), Jacques Martin (Marcel Turco), Maria Schell (Anna Helwig), André Chaumeau (L’avocat Général), Véronique Silver (Le Président du tribunal), Jean Reno (Un antisémite en 1982)… 1981, Max Baumstein,... [Lire la suite]
lundi 12 mai 2014

VICHY-BONHEUR

La vie culturelle sous Vichy - sous la direction de Jean-Pierre Rioux (1990) "Dans la France du Maréchal, le culte du chef s'impose à tous les degrés. Le retour aux traditions dites françaises entraîne une idéologie de la nostalgie qui dénonce la modernité du siècle, la décadence antérieure, le cosmopolitisme. L'éloge des communautés (famille ou profession) s'accompagne d'une condamnation de l'individualisme et d'un encouragement prodigué à certains laboratoires idéologiques ou intellectuels. (...) C'est une des marques, au demeurant... [Lire la suite]

jeudi 8 mai 2014

JE SURVOLERAI MA MORT

Journal sous l'occupation suivi de La courbe de nos angoisses - Marcel Jouhandeau (1980) "Peu importe ce que font les gens. Il y a beaucoup plus de nous-mêmes dans nos illusions et nos mensonges que dans nos actes et notre sincérité." (1942) 1980, l'écrivain français Marcel Jouhandeau décide de publier son journal écrit sous l'Occupation. Pour son éditeur, le public est en mesure de recevoir les confessions intimes de cet écrivain dont l'attitude entre 1939 et 1945 n'a pas toujours été lisse. Comme il le précise lui-même en... [Lire la suite]
lundi 5 mai 2014

LES LAISSES-POUR-COMPTE DE L'ORDRE NOUVEAU

La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery. 1933-1945 - Philippe Burrin (édition 2003) "Comment donc expliquer que, d'une gauche qui s'était définie dès 1934 par l'antifascisme, des hommes aient pu aboutir dans la collaboration avec Hitler?" Ainsi est parfaitement résumé le propos de ce livre captivant quoi que très technique sur le parcours de trois hommes de la gauche française devenus des chantres particulièrement actifs de la collaboration avec l'Allemagne nazie entre juillet 1940 et  juillet 1944. Parlementaire de la... [Lire la suite]
jeudi 1 mai 2014

SANTA PERONISTA

Evita - Alan Parker (1996), avec Madonna (Eva Duarte De Peron), Antonio Banderas (Che), Jonathan Pryce (Colonel Juan Peron), Jimmy Nail (Agustin Magaldi), Peter Hughes (Général Franco) ... 26 juillet 1952 à Buenos Aires, Eva Peron, "guide spirituel de la nation" et épouse du Président de la Nation Argentine, le Colonel Juan Paron, s'éteint à 33 ans des suites d'un cancer. Tout le pays prend alors le deuil et assiste, éploré, aux grandioses funérailles organisées pour l'occasion. Dans la foule, un homme du peuple, Che, critique... [Lire la suite]
lundi 28 avril 2014

ETRE ROI, ETRE DIEU !

L'argent - Emile Zola (1891)  "Ah! dame! je ne réponds pas de la casse, on ne remue pas le monde, sans écraser les pieds de quelques passants." Paris, printemps 1864. Aristide Rougon, dit Saccard, qui avait fait fortune en spéculant sur les grands travaux de Paris et qui connait la ruine, n'a certes pas dit son dernier mot. Une fois sa villa du parc Monceau vendue, il se lance dans une nouvelle affaire, motivée par les nobles idées de Caroline et Georges Hamelin. Ce dernier, ingénieur talentueux, souhaite civiliser le... [Lire la suite]