mercredi 9 septembre 2009

POURQUOI EMMA

Madame Bovary de Gustave Flaubert (1857) est mon roman préféré. On pourrait dire qu'il est mon livre de chevet, pourtant je ne l'ai lu et relu que trois fois. Ce qui fait que je place ce roman au-dessus de tous les autres, c'est qu'il est le seul que je connaisse à allier avec autant de perfection la forme (narration, style, vocabulaire) que le fond (ironie, réalisme). Je vous livres donc quelques uns de mes passages favoris, pour leur humour, leur génie littéraire, leur perfection de style... ... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 7 septembre 2009

LA CASQUETTE DE CHARLES BOVARY

"C’était une de ses coiffures d’ordre composite, où l’on retrouve les éléments du bonnet à poil, du chapska, du chapeau rond, de la casquette de loutre et du bonnet de coton, une des ces pauvres choses, enfin, dont la laideur muette a des profondeurs d’expression comme le visage d’un imbécile. Ovoïde et renflée de baleines, elle commençait par trois boudins circulaires ; puis, s'alternaient, séparés par une bande rouge, des losanges de velours et de poils de lapin, venait ensuite une façon de sac qui se terminait par un polygone... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 6 septembre 2009

LA PREMIERE FEMME DE CHARLES

"Quoiqu’elle fût laide, sèche comme un cotret, et bourgeonné comme un printemps, certes Mme Dubuc ne manquait pas de partis à choisir. Pour arriver à ses fins, la mère Bovary fut obligée de les évincer tous, et elle déjoua même fort habilement les intrigues d’un charcutier qui était soutenu par les prêtres. (…) Et puis la veuve était maigre ; elle avait les dents longues ; elle portait en toute saison un petit châle noir dont la pointe lui descendait entre les omoplates ; sa taille dure était engainée dans des robes en façon de... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 5 septembre 2009

COMPTES PAYSANS

"Le père Rouault n'eût pas été fâché qu'on le débarrassât de sa fille, qui ne lui servait guère dans sa maison. Il l'excusait intérieurement, trouvant qu'elle avait trop d'esprit pour la culture, métier maudit du ciel, puisqu'on n'y voyait jamais de millionnaire. Loin d'y avoir fait fortune, le bonhomme y perdait tous les ans; car, s'il excellait dans les marchés, où il se plaisait aux ruse du métier, en revanche la culture proprement dite, avec le gouvernement intérieur de la ferme, lui convenait moins qu'à personne. Il ne retirait... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 4 septembre 2009

REALISME

"C'était sour le hangar de la charretterie que la table était dressée. Il y avait dessus quatre aloyaux, six fricassées de poulets, du veau à la casserole, trois gigots, et, au milieu, un joli cochon de lait rôti, flanqué de quatre andouilles à l'oseille. Aux angles, se dressait l'eau-de-vie dans des carafes. Le cidre doux en bouteilles poussait sa mousse épaisse autour des bouchons, et tous les verres, d'avance, avaient été remplis de vin jusqu'au bord. De grands plats de crème jaune, qui flottaient d'eux-mêmes au moindre choc de la... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 3 septembre 2009

REMUGLE

"[Charles] était donc heureux et sans souci de rien au monde. Un repas en tête-à-tête, une promenade le soir sur la grande route, un geste de sa main sur ses bandeaux, la vue de son chapeau de paille accroché à l'espagnolette d'une fenêtre, et bien d'autres choses encore où Charles n'avait jamais soupçonné de plaisir, composaient maintenant la continuité de son bonheur. (...) Charles, à cheval, lui envoyait un baiser: elle répondait par un signe, elle refermait la fenêtre, il partait. Et alors, sur la grande route qui étendait sans en... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 2 septembre 2009

POUR LES JEUNES FILLES

"[Emma] frémissait en soulevant de son haleine le papier de soie des gravures, qui se levait à demi plié et retombait doucement contre la page. C'était, derrière la balustrade d'un balcon, un jeune homme en court manteau qui serrait dans ses bras une jeune fille en robe blanche, portant une aumônière à la ceinture. (...) Les naïves, une larme sur la joue, becquetaient une tourterelle à travers les barreaux d'une cage gothique, ou, souriant la tête sur l'épaule, effeuillaient une marguerite de leurs doigts pointus, retroussés comme des... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 1 septembre 2009

MADAME MERE

"Elle le venait voir comme autrefois, lorsqu'il y avait et chez elle quelque bourrasque un peu violente; et cependant Mme Bovary mère semblait prévenue contre sa bru. Elle lui trouvait un genre trop relevé pour leur position de fortune; le bois, le sucre et la chandelle filaient comme dans une grande maison, et la quantité de braise qui se brûlait à la cuisine aurait suffi pour ving-cinq plats!  Elle rangeait son linge dans les armoires et lui apprenait à surveiller le boucher quand il apportait la viande. Emma recevait ces... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 31 août 2009

REVERIES

"Elle s'acheta un plan de Paris, et, au bout de son doigt, sur la carte, elle faisait des courses dans la capitale. Elle remontait les boulevards, s'arrêtant à chaque angle, entre les lignes des rues, devant les carrés blancs qui figurent les maisons. Les yeux fatigués à la fin, elle fermait ses paupières, et elle voyait dans les ténèbres se tordre au vent des becs de gaz, avec des marchepieds de calèches, qui se déployaient à grand fracas devant le péristyle des théâtres. Elle s'abonna à La Corbeille, journal des femmes, et au Sylphe... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 30 août 2009

BARAGOUIN ET GALIMATIAS

" - Du reste, disait l'apothicaire (...), le thermomètre (j'en ai fait les observations) descend en hiver jusqu'à quatre degrés, et, dans la forte saison, touche vingt-cinq, trente centigrades tout au plus, ce qui nous donne vingt-quatre Réaumur au maximum, ou autrement cinquante-quatre Fahrenheit (mesure anglaise), pas davantage! - et, en effet, nous sommes abrités des vents du nord par la forêt d'Argueil, d'une part, des vents d'ouest par la côte Saint-Jean de l'autre; et cette chaleur, cependant, qui à cause de la vapeur d'eau... [Lire la suite]
Posté par DISJECTA à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,