"Ah! cette peau qu'ils ont! (...) Fine comme une pelure de fruit! Vous autres, bous n'avez pas idée de ce que ça peut être! Une peau satinée, glissante et sèche, comme si elle venait toujours d'être frottée de talc; une peau sans un défaut sans une rugosité, sans une moiteur, et brûlante, mais brûlante en dedans, comme on sent la brûlure de la fièvre à travers une manche de mousseline, saisis-tu? comme le corps chaud d'un oiseau sous ses plumes!... SIDIBEEt quand on la regarde, cette peau, au plein jour là-bas, quand la lumière frise l'épaule ou la hanche, il y a, sur cette soie mordorée, des clartés bleues, je ne peux pas t'expliquer, comme une impalpable poudre d'acier, comme un perpétuel reflet de lune... Et leur regard? Ce blanc d'oeil, un peu caramélé, tu sais, où la prunelle nage si lestement... Et puis... Je ne sais comment te dire... Là-bas, l'amour, non, c'est un acte silencieux, à la fois sacré et naturel. Profondément naturel. Il ne s'y mêle aucune pensée, d'aucune sorte, jamais. Et la recherche des plaisirs, qui est toujours plus ou moins clandestine, ici, eh bien, là-bas, elle est aussi légitime que la vie, et, comme la vie, comme l'amour, elle est naturelle et sacrée. (...) En Europe, vous avez ce que vous méritez. Là-bas, ce sont des pays pour nous autres, pour des êtres libres. (...) Tu vis au milieu d'être délicieux, pleins d'un tact et de nuances dont tu n'as pas idée! Autour de toi, rien que des sourires jeunes et gais, des yeux ardents qui devinent tes moindres désirs..."

Roger Martin du Gard, Les Thibault - La belle saison (1923)

Illustration: photographie de Malick Sidibé, Sur les rochers à La Chaussée (1976)