AFFICHE

La rose et la flèche / Robin et Marianne - Richard Lester (1976), avec Sean Connery (Robin des bois), Audrey Hepburn (Lady Marianne), Robert Shaw (Le shérif de Notthingham), Nicol Williamson (Petit Jean), Denholm Elliott (Will Scarlett), Ronnie Barker (Frère Tuck), Richard Harris (Richard 1er dit Coeur de Lion, roi d'Angleterre), Ian Holm (Jean dit Sans Terre, roi d'Angleterre), Victoria Abril (Isabelle d'Angoulême, reine d'Angleterre)...

23 mars 1199, à une demie-lieue de Châlus, dans le Limousin, un vieux soldat des croisades tient le siège d'une fortesse. Dépêché par le roi d'Angleterre Richard Coeur de Lion, il a pour mission de mettre la main sur une statue en or câchée dans l'enceinte du château. Ce vieux soldat, compagnon de route du roi, c'est Robin dit Robin des bois. S'étant renseigné, il découvre que la statue n'existe pas et refuse d'exécuter l'ordre de donner l'assaut, ce qui provoque la colère de Richard et l'arrestation de Robin. Blessé, le roi se meurt et ordonne la libération de Robin et de son compagnon, Petit Jean. Son roi mort, Robin décide de rentrer en Angleterre, à Sherwood, sa forêt, et, ne voulant pas servir le nouveau souverain Jean Sans Terre, décide de vivre comme jadis. Mais le camp qu'il occupait 20 auparavant a été déserté, la nature y a repris ses droits. Fortuitement, celui qui fut le Prince des Voleurs tombe sur deux anciens camarades, Frère Tuck et Will Scarlett, qui lui apprennent que la belle Marianne, l'amour de Robin est devenue Mère Jennet, abbesse de Kirkly...

Film rarement montré à la télévision de nos jours, La rose et la flêche a été, au moment de sa sortie, un petit événement cinématographique. Non seulement, Sean Connery, quelques années après avoir raccroché le costume de James Bond et ayant tourné quelques films peu significatifs, se lance dans l'aventure mais surtout, le réalisateur Richard Lester parvient à convaincre la légende du cinéma, Audrey Hepburn, de renoncer provisoirement à son retrait du cinéma - qui date de 1968 - pour tenir le rôle d'une Lady Marianne devenue nonne.

Or, qui est le Robin des bois de La rose et la flêche? Ce n'est plus le fringant jeune homme qui tenait tête (déjà) à Jean Sans Terre et au shérif de Notthingham, qui volait les riches pour secourir les pauvres. Robin a 50 ans, c'est-à-dire qu'en 1199 il est quasiment un moribond en sursis, une pomme flétrie comme Lester nous le montre dès le premier plan de son film. Ses cheveux sont partis, ses chaires affaissées, son souffle raccourci. DUO VIEUXEt ses acolytes ne valent pas mieux: le shérif est usé, las, désabusé presque, et d'ailleurs il est toujours au même poste depuis 20 ans, aucune ambition; Petit Jean n'est plus vraiment le chicaneur de la légende; Frère Tuck et Will Scarlett ont perdu de leur superbe; quant à Marianne, elle est religieuse, isolée dans un couvent de fortune avec quatre ou cinq nonnes, sait la médecine mais a renoncé aux biens matériels comme à la chair. Pas de quoi s'amuser à Sherwood, donc.

C'est là toute l'astuce du scenario signé d'un dramaturge américain: revenu en Angleterre, Robin des Bois mesure sa légende qui est restée intacte depuis son départ pour la croisade: il est populaire. Or, s'il peut encore lever une armée de manants prêts à en découdre avec le shérif et contre le roi saxon, Robin n'a plus la flamme sacrée. Dans les années 1170, il luttait contre l'usurpateur, contre l'injuste et l'inéquitable, et pour son roi, c'est-à-dire Richard. Mais les massacres perpétrés par son roi à Saint-Jean-d'Acre l'ont guéri et de la foi, et de son amitié pour Richard; seule la fidélité lui restait. Désabusé, poussif au combat, Robin ne sait plus trop ce qu'il veut: Marianne, certes, mais pour quelle vie? Et où? Comment? Autant de question qu'il ne parvient pas à résoudre.

Film gentillet et agréable, saupoudré d'impertinence érotique et de touches d'humour assez fines, La rose et la flêche fait, aujourd'hui, plus figure de téléfilm que de grand film de cinéma. De quoi divertir quand la pluie bat les vitres ou que la neige n'incite pas à la braver.

Un peu daté, mais châleureux.