AFFICHEUn drôle de Caïd / Une souris chez les hommes - Jacques Poitrenaud (1964), avec Louis de Funès (Marcel Ravelais), Maurice Biraud (Francis Blanchet), Dany Savalle (Lucille Baillet), Dany Carrel (Sylvie Blanchet), Maria Pacôme (Tante Emma), Dora Doll (Catherine, caissière dans les magasins Dufour), Robert Manuel (Léon Dufour, directeur des magasins Dufour), Jean Lefebvre (le surveillant du Bon Marché), Claude Piéplu (l'inspecteur), Jacques Legras (l'adjoint de l'inspecteur), Madeleine Clervanne (Mlle Laurent, la domestique des Blanchet), Gérard Lartigau (Lucky), Philippe Castelli (le gardien au musée du Louvre), Jacques Dynam (le cafetier), Albert Michel (Le caissier du Bon Marché), Bernard Musson (un agent de police)...

Paris la nuit, dans les années 1960. Dans une maison bourgoise, Marcel Ravelais et Francis Blanchet réalisent un cambriolage. D'habitude, ils sont les as du mauvais coup mais cette fois, la malchance est sur eux: non seulement Marcel, pourtant expert, ne parvient pas à ouvrir le coffre, mais le butin récupéré dans les tiroirs s'avère bien maigre. Pour Francis, les choses pressent: il a une femme et une enfant, une domestique, et se fait passer auprès d'eux pour un agent d'affaire très pris mais très bien payé. Marcel, qui s'est mis dans la poche la caissière des magasins Dufour, a préparé un nouveau plan: forcer l'appartement du directeur Dufour et lui rafler le montant de la caisse. Sauf que la voisine de Dufour, la singulière Lucille Baillet les surprend. Avide d'aventure, se prenant pour Judex, Sylvie décide de faire chanter les deux hommes, et d'une manière originale: elle ne les dénoncera pas à la police s'ils acceptent de réaliser d'autres coups dont ils partageront la recette avec elle...

Louis de Funès au tournant de sa carrière. Si de nos jours on ne présente plus le génial comique français, et si l'on ne revient plus sur le fait que sa célébrité  fut stablement établie auprès du public en 1964, il n'est pas inutile de rappeler qu'avant le triplé gagnant qui fit sa renommée (Le gendarme de Saint-Tropez, Fantômas et Le Corniaud), 01Louis de Funès tourna dans de nombreux films et que l'année 1964 constitue bien une année charnière pour lui. Après le succès de Pouic-Pouic (1963), il se fait un nom auprès du public avec Faites sauter la banque et Des pissenlits par la racine. Ainsi donc il se retrouve entraîné dans l'aventure d'Une souris chez les hommes, film qui lui permet de retrouver son comparse des Pissenlits, Maurice Biraud, et la jeune Dany Saval, 22 ans et toute en jambes, qui aborde ici son 13e film. Adapté par Albert Simonin (la trilogie du Grisbi), le roman policier de Francis Ryck est dialogué par un Michel Audiard à l'apogée de sa célébrité. Quant au réalisateur, Jacques Poitrenaud, élève de Vadim, il n'a pas laissé un souvenir impérissable dans la mémoire du cinéma français.

Pour en revenir à ce gentil petit film de cambriole, Une souris chez les hommes trouve tout son relief grace à un Louis de Funés très à l'aise en malfrat, dégoisant son Audiard avec délice. Mutine, Dany Saval apporte une note faussement ingénue et un rien décalée à l'ensemble qui pourrait vite sombrer dans le terne si les comédiens ne soutenaient avec grand talent un intrigue pas si inintéressante mais sans aucune portée philosophique ni de message. 02Un film d'ambiance, essentiellement, que l'on prend plaisir à goûter - un petit côté film à l'ancienne qui, avec Jean Gabin aurait été un film noir - et à entendre avec les trouvailles des bruitages qui y ajoutent une note particulière.

Cette histoire de deux ringards de la cambriole dont la route vers la fortune est contrariée par l'arrivée d'une jolie pépée bien loin d'être stupide, est donc bien un petit plaisir en noir et blanc qui convient bien aux après-midis en famille ou aux soirées pour cinéphile en mal de détente.

Savoureux mais vite digéré.