AFFICHELa chienne - Jean Renoir (1931), avec Michel Simon (Maurice Legrand), Janie Marèse (Lucienne Pelletier dite Lulu), Georges Flamant (André Joguin dit Dédé), Magdeleine Bérubet (Adèle Legrand), Roger Gaillard (Alexis Godard dit l'Adjudant), Alexandre Rignault (Hector Langelarde, critique d'art), Lucien Mancini (Wallstein, le marchand de tableaux), Henri Guisol (Amédée, le cafetetier), Jane Pierson (Philomène, la concierge), Colette Borelly (Lili, l'amie de Lulu), Pierre Desty (Gustave, l'ami de Dédé), Jean Gehret (Dugodet), Viviane Romance (Une femme)...

Montmartre, à la fin des années 1920. Maurice Legrand, 42 ans, caissier de la maison Henriot - soierie, lainages, draperie et bonetterie - participe à un banquet avec ses collègues. Mais il refuse de suivre la compagnie qui veut bambocher près du Moulin Rouge: Maurice doit rentrer, sa femme Adèle lui a donné la permission de 23h. Chemin faisant, il croise Dédé, un demi-sel passé par le Bat' Daf' qui vient de cogner Lulu, sa gagneuse, parce qu'elle n'arrive pas à lui trouver les 100 francs qui lui manquent. Croyant à un accident, Maurice prête secours à Lulu, sous le charme canaille de laquelle il tombe immédiatement. Quelques semaines plus tard, Lulu est installée dans un petit appartement avec tout le confort moderne - baignoire, aspirateur - et aux frais de Maurice! Elle lui dissimule sa relation avec Dédé qui, lui, pense avoir trouvé un bon filon pour se remplir les poches...

L'imbécile, la pute et le voyou, tel aurait pu être le titre de ce film de Jean Renoir qui a préféré conserver le titre original du roman dont il est tiré: La chienne, terme plus évocateur du personnage central de l'histoire, une fille des rues, de la nuit, qui s'est donnée totalement à un petit malfrat et qui fera tout pour lui plaire. COQUINEDès la scène d'introduction - un théâtre de Guignol qui nous annonce une histoire à la fois dramatique et morale, ou ni l'un ni l'autre - le ton est donné: Maurice Legrand est un naïf manipulable, Lucienne Pelletier est un menteuse qui porte sa vulgarité sur la face, André Joguin est un souteneur qui joue les gros bras entre Barbès et la place Clichy.

Premier film parlant de Jean Renoir, La Chienne marque un tournant dans la carrière du cinéaste en offrant pour la première fois, de façon évidente en tout cas, son style si personnel de la mise en scène des sentiments humains, sentiments confus, divers et changeants. Les années 1930 seront les meilleurs années de Renoir qui offrira un cinéma réaliste, tout droit issu de son héritage paternel (Auguste Renoir, le peintre) et de l'influence de l'écrivain Emile Zola. D'abord choisi pour incarner le souteneur auquel il doit apporter une veine comique, Michel Simon se voit finalement proposé le rôle ambigüe de Maurice. Grand homme de théâtre depuis 10 ans, ayant été mis en scène plusieurs fois par Louis Jouvet, Michel Simon trouve ici un rôle qui le révèle au grand public comme un comédien de premier rang, capable d'incarner les subtilités d'un caractère rentré, silencieux, tourmenté, de montrer par le silence la souffrance d'un homme dévoré de passion puis de rage.

Fidèle à son style, Jean Renoir mise beaucoup sur l'atmosphère de son film. Ici, c'est le Paris des bas-fonds de la rive droite, Montmartre livré à la prostitution et au Milieu, 02la butte concurrencée par Montparnasse et que les artistes délaissent, préférant le Paris rive gauche de Picasso, de Cocteau, de Fujita, des Surréalistes et de Man Ray. Le Paris de Jean Renoir, c'est le monde de la nuit, pas celui des bals impressionnistes du temps de son père, celui du sexe, de la drogue, du fric-frac et de l'alcool: une vie nocturne... tout un monde. Le Paris de Jean Renoir dans La Chienne, c'est celui du photographe Brassaï.

Dans cette ambiance étrange, Maurice Legrand croit pouvoir revivre, lui qui est flanqué d'une femme aigrie et sèche, un dragon odieux, sans charme, veuve de guerre et avare. Seulement, sa poule est profiteuse, elle est totalement soumise à Dédé qui la tient, non pas l'argent, mais par le plaisir, la jouissance, le sexe. Volcanique, répugnante, elle sue le sexe et c'est ce qui la rend si désirable à tous. Mais Lulu n'est qu'à Dédé et elle fera tout pour lui.

Film sombre en dépit d'une facture bon enfant - en apparence - La chienne est un jeu de marionnettes, une partie à trois où chacun manipule l'autre, une danse poisseuse où les pulsions dominent au point qu'un dénouement terrible - et inattendu - attend ses protagonistes.

Chapeau!