LIVRE

Le chapeau de Mitterrand - Antoine Laurain (2012)

"Il venait de commettre un vol. La dernière fois qu'il avait volé quelque chose remontait à sa plus tendre adolescence, dans une galerie marchande de Courbevoie. Il s'était laissé entraîner par un ami après la sortie de l'école. Ils avaient volé Aline, le quarante-cinq tours de Christophe, le chanteur."

Daniel Mercier, obscur employé de la Sogetec, déjeune par hasard, un soir d'automne 1986, dans une brasserie parisienne, dîner au cours duquel il a pour voisin de table François Mitterrand, Président de la République en pleine cohabitation. Flanqué de Roland Dumas et Michel Charasse, l'homme de l'Elysée quitte le restautant en oubliant son célèbre chapeau de feutre noir marqué de ses initials. Honteux mais avide, Daniel Mercier s'en empare, s'en coiffe... et voit son avenir radicalement infuencé par ce nouvel accessoire vestimentaire. Perturbateur de la courbe du destin, le chapeau de Mitterrand devient alors, pour une jeune femme adultère, un parfumeur en rupture de succès et un bourgeois de droite l'élément clef qui les fait basculer dans une vie nouvelle, une ère de changement. Mais le Président de la République n'a pas dit son dernier mot...

"Il aurait été bien incapable de dire pourquoi il avait ramassé ce chapeau. Cela faisait un bout de temps qu'il ne cherchait plus à expliquer les comportements bizarres qui le plongeaient le plus souvent dans un profond désarroi."

Souvent décriée, la littérature de gare connaît, heureusement, de bons crûs qui font passer le lecteur un moment agréable et le tiennent en haleine pendant quelques heures. MITTERRANDC'est le cas de ce Chapeau de Mitterrand, roman distrayant non dénué d'une certaine forme d'humour qui nous expose, en deux parties assez inégales il faut le dire, le voyage incroyable d'un chapeau de feutre noir et son impact, réel et mystérieux - ou fantasmé et non moins mystérieux alors - sur la vie de quatre français en recherche d'un second souffle, tout comme son propriétaire initial qui, en 1987, s'invente un nouveau destin pour la France.

Facile à lire donc, amusant, captivant tout autant que léger, le roman d'Antoine Laurain nous replonge avec délice dans le Paris de Jacques Séguéla, Bernard Tapis, dans la France de Thierry Ardisson et d'Yves Mourousi, des Rita Mitsouko et Mylène Farmer, de Serge July et de Francis Bouygues, bref la France "chébran" et "câblée" de 1986-1987, avec quelques clins d'oeils à la légende Mitterrand (Mazarine Pingeot).

"C'étaient une de ces nuits qui ressemblent aux nuits enchantées de la jeunesse, pleines de fête, de liberté et d'interdits - celles que, bien sûr, on n'a jamais vécu autrement qu'en songe. Les auteurs de ce tube étaient numéro un des ventes, il roulait en Rolls-Royce vers le pape de la pub, conduit par un homme qui négociait tout ses prix à moins 30%. Que des vainqueurs."

C'est bon, c'est léger mais pas superficiel, c'est bien tourné, ça nous réserve un rebondissement final, bref de la belle ouvrage sans prétention.

A lire pour le plaisir.