FOLIEGRANDEURSLa folie des grandeurs - Gérard Oury (1971), avec Louis de Funès (Don Salluste), Yves Montand (Blaze, son valet), Alice Sapritch (Dona Juana, la Duègne), Karin Schubert (la Reine), Venantino Venantini (Marquis Del Basto), Don Jaime de Mora y Aragon (Marquis de Priego), Alberto de Mendoza (le Roi), Gabriele Tinti (Don Cesar de Bazan), Paul Préboist (le muet)...

Don Salluste, Grand d'Espagne, est ministre des finances et de la police d'un Roi qui préfère chasser que surveiller ses courtisans. Tandis qu'il s'enrichit en détournant les impôts perçus sur le petit peuple des campagnes, il espère épouser l'Infante et devenir un jour Roi. Mais la Reine, qui le déteste, a décidé de le disgracier et de confisquer ses biens. C'est alors que le valet de Don Salluste, Blaze, déjoue un attentat contre le Roi. Il est aussitôt choisi comme remplaçant de Salluste qui décide de se venger en manipulant Blaze, secrètement amoureux de la Reine...

Troisième collaboration de Gérard Oury avec Louis de Funès, ce film grandiose est adapté de la pièce de Victor Hugo, Ruy Blas. A la base, la pièce est fortement tintée d'un romantisme pur fruit: héros malaimé, quête d'amour impossible, fin tragique. Les scénaristes - dont Danièle Thompson - ont gommé les passages les plus enflammés de l'oeuvre originale mais ont toutefois gardé la structure complexe de la pièce, faite de jeu de dupe, de renversements de situation et de mensonges. Car dans cette histoire tout le monde ment: Salluste à Blaze, Blaze au Roi et à la Reine, la Reine au Roi... bref tout ce petit monde grouille de basses motivations et cherche à duper l'autre.REINE

Initialement écrit pour Bourvil, le rôle de Blaze repose sur un double jeu: d'abord valet malin mais invisible à la cour, il devient subitement l'homme le plus en vue du Royaume. Le personnage devait donc être comique dans son rôle de valet, crédible et tout en retenue dans celui de Grand d'Espagne. Hélas, la mort de Bourvil pousse Oury à choisir un autre comédien dont le talent et le comique n'annule pas celui de De Funès. Il semble que ce soit Simone Signoret qui aurait proposé à Oury de choisir Yves Montand pour reprendre le rôle de Blaze. Performance réussit: Yves Montand donne dans le comique léger, devenant un valet malin et incrédule et se métamorphosant en Grand d'Espagne rayonnant.

Outre un scénario parfaitement réglé, la valeur de ce film réside dans sa grande qualité esthétique. Constante chez Gérard Oury, les films de comédie se doivent aussi - à l'instar des films dramatiques - de posséder de grandes qualités de photo, de décors, de costumes et de montage.FUNESMONTAND La folie des grandeurs est sans doute la comédie la plus esthétique qui soit, donnant dans les décors éclatants d'une Espagne florissante, une lumière idéalement réglée et des plans très léchés, rappelant, avec l'aide des costumes particulièrement étudiés, les toiles de Francisco de Goya et Diego Velasquez.

Cerise sur le gâteau, Gérard Oury a confié, pour le grand bonheur de De Funès, la composition de la musique du film à Michel Polnareff, alors artiste pop accompli. Sa partition, loin d'être classique, donne un relief tout particulier à l'oeuvre et illustre à merveille les scènes d'anthologie.

Une comédie réussit, un film majestueux et sans doute la partition comique la plus célèbre de Louis de Funès.